Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Gilles Janssen

Gilles Janssen

Amoureux de la vie et passionné par la finance, ma conception de la vie est qu’elle ne se vit pleinement qu’à condition d’être libre, càd libre de nos schémas mentaux et donc également des attentes diverses, internes et externes, qui pèsent sur nous. Est-ce réellement atteignable ? Aucune certitude… mais s’en rapprocher me passionne.

Chacun doit construire sa vérité, que ce soit en ce qui concerne la gestion de son patrimoine ou dans la vie en général, et j’espère que mes réflexions vous permettront d’enrichir les vôtres.

« L’expérience compte plus que le résultat… …qui de toute façon nous dépasse et ne nous appartient pas »


Me contacter :

gilles321@protonmail.com






 

promospeciale

Et personne ne bouge...

Audience de l'article : 1995 lectures
Nombre de commentaires : 9 réactions

Je ne sais pas vous, mais pour ma part je suis stupéfait de la docilité avec laquelle les gens acceptent ce qui semble être la plus grande restriction de liberté jamais portée à l’humanité.

Même si ce n’est en rien souhaitable ni réjouissant, il n'est finalement pas surprenant que :


-        les mecs qui recherchent le pouvoir en fasse un mauvais usage une fois qu’ils l’ont. Le besoin de pouvoir étant souvent la contrepartie d’une peur, ce ne sont donc pas des gens qui vont être dans l’Amour (raison pour laquelle il ne faudrait jamais donner de pouvoir à qqn qui le recherche).

-        une fois qqn au pouvoir, il soit prêt à tout pour y rester

-        que chaque acteur lutte pour son intérêt propre

En revanche, sur ce dernier point, il est justement surprenant que la population soit si peu encline à défendre son intérêt.

Certes, la population est

-        divisée par la peur d’une maladie invisible qui les empêche de se rassembler et de faire un contre-pouvoir

-        divisée par les différences de situations : Un entrepreneur au bord du dépôt de bilan vs un fonctionnaire qui touche son salaire en étant en home-working

-        divisée par la (sur-)abondance d’information, si bien qu’elle n’est plus en mesure de distinguer l’essentiel de l’accessoire ni d’avoir conscience de la « global picture »

-        apeurée de perdre son confort et par des forces de l'ordre plus intéressées à défendre l'intérêt du pouvoir que l'intérêt du peuple.

-        tenue en laisse par des aides sociales dont on perçoit ici bien le caractère de soumission qu’elles confèrent (bien que le revenu universel me semblerait plus juste que les quantitative easing des banques centrales, cette soumission à l’Etat me dérange fortement).

Mais pourquoi reste-t-on de marbre même lorsque des gens arrivent - malgré le contrôle de l’information en place - à se faire entendre au niveau national et d'ailleurs souvent avec un discours plus rationnel que le discours utilisé pour nous priver de nos libertés ?

Jusqu’à présent, je pensais que la peur d’avoir à affronter la réalité faisait que beaucoup de gens se refusait de la voir préférant un mensonge qui rassure - « le passeport va nous permettre de revenir à la vie d’avant » à une vérité qui dérange – « on nous vole notre liberté et il n’y aura plus de vie d’avant ».

En relisant un livre de Bernard Werber, je suis tombé sur ce passage qui apporte un autre éclairage intéressant :

http://www.bernardwerber.com/unpeuplus/ESRA/hierarchie_rats.html

Si on extrapole que cette situation serait transposable à l'humain, cela voudrait dire que peu importe la situation, il y aurait donc des exploités, des exploiteurs, des autonomes et des souffre-douleur. L’effort serait donc plus à adopter le rôle qui nous convient plutôt que de chercher à réveiller des exploités.

Et vous, quel est votre rôle ?
Poster un commentaire

9 commentaires

  • Lien vers le commentaire mikaflex dimanche, 14 mars 2021 09:24 Posté par mikaflex

    Rémy Daillet Wiedemann a invité la population à le rejoindre pour changer les choses en commençant par le gouvernement. Trop peu sont prêts à se battre pour leurs idées.
    François Asselineau est soigneusement écarté du paysage politique, avant cette crise je ne le connaissais pas.
    Il y en a d'autres, d'autres partis, d'autres groupes...

    Les dirigeants contrôlent les medias, les lois et l'appareil répressif.

    Beaucoup se réunissent pour une lutte aussi laborieuse que périlleuse.

    Alors, non, beaucoup se bougent.
    Pourtant cela ne se voit pas car personne ne les montre, voire ils sont soigneusement cachés.
    Une manif avec 1 million de personnes à Berlin l'an dernier? Personne n'en a parlé. En dehors de Facebook et Twitter, cet évènement n'a pas eu lieu pour le reste de la population.

    Quand j'échange avec mes ainés qui regardent encore la télévision, ils sont complètement endoctrinés.
    Quand j'échange avec les jeunes actifs, ils ne parlent que de science, de data, mais n'ont pas le raisonnement nécessaire, ils sont embarqués dans une mouvance médiatique et utilisent leurs compétences pour justifier un discours, c'est devenu de la religion scientiste.
    Quand j'échange avec les 35/50 ans, ils ont d'autre chats à fouetter et essaient de construire un avenir pour leur progénitures tout en gardant la maison propre et le frigo plein.

    Bref, c'est pas gagné !

    PS: sur le problème de raisonnement, si on présuppose par un dogme d'état qu'une maladie est extrêmement mortelle et à la contagion exponentielle, qu'on donne pour traitement de la mort aux rats à tout le monde : 50% meurent. Les super data scientists vont donc en déduire que la mort aux rats aura sauvé 50% de la population.
    Cela paraît idiot et c'est pourtant ce qu'il se passe avec la COVID, les traitements et les vaccins.


  • Lien vers le commentaire zoulou2 dimanche, 14 mars 2021 04:29 Posté par zoulou2

    Ce qui est étonnant, c'est que ceux qui parlent le plus de liberté ne l'utilise pas: 100 euros le passeport et vous partez ou vous voulez !

    La 1ere chose chose quand un expatrie arrive en Chine, il demande comment marche la sécurité sociale Chinoise puis après demande comment faire pour adherer a la sécurité sociale française, parce que en Chine, vous ne pouvez pas vous faire rembourser plus que vous avez cotisé.

    En France un fumeur qui as un cancer du poumon peut se faire rembourser les soins illimites, en Chine, une fois qu'il a épuise le remboursement de SES cotisation, il ne peut plus rien se faire rembourser.

    Le Français veux vivre sur le dos des autres, les Français sont les plus grands communistes du monde.

    Les bobos Français peuvent augmenter leur patrimoine immobilier, en se le faisant payer par d'autres (les APL), c'est pour ca qu'ils ont besoin de l'immigration.

    Le veritable Bobo, c'est pas celui qui fait un travail effectif, car on est tous bobo de quelqu'un, je sais pas faire pousser des patates ou du pain, le veritable Bobo c'est celui qui s'enrichit sur le dos des autres sans travailler via l'immobilier par exemple.

    Ceci est extrêmement visible en Chine, ou seulement 4 Chinois sur 100 louent un appartement, la Chine a 400 millions de classes moyenne.

    L'occident est un chateau qui repose sur du sable, si je prends Apple, les 10 000 ingénieurs en Californie créent plus de richesse que les 2 millions d'employes de Foxcon qui fabrique les telephone.

    Mais ce calcule est faux, car les 2 millions d'employes de Foxcon, mangent, achètent des vêtements, vont chez le médecin, prennent le bus ... la richesse créer est supérieur a ceux que les 10 000 ingénieurs dépensent.

    Se baser uniquement sur le cash est une erreur.

  • Lien vers le commentaire jean-jacques samedi, 13 mars 2021 19:17 Posté par Jean-Jacques

    Bonjour,

    Je peux voir que ce nest pas demain que l'on va s'en sortir.
    Quand on s'extasie devant une expérience avec des rats et que l'on colle cela à ce que ferait l'homme, on a encore du chemin à parcourir.


    Salutations.

  • Lien vers le commentaire Henri Dumas samedi, 13 mars 2021 16:15 Posté par Henri Dumas

    L'expérience rapportée par Werber est, comme d'habitude, excellente.
    Mais il y a quand même un gros problème : LA CAGE.
    Peut-on tirer des conclusions à partir d'animaux, ou d'hommes, au préalabe enfermés ?
    Non, et c'est tout l'objet du débat, refuser l'enfermement, en refuser les motifs comportementaux qui font prétendre à ceux qui nous enferment que libres nous serions des montres, qu'en réalité nous devenons parce qu'ils nous enferment.
    Bravo pour votre apport à la question : qui sommes-nous ?
    Bien à vous

  • Lien vers le commentaire Antoine Capitan samedi, 13 mars 2021 16:12 Posté par antoine capitan

    et ne t inquiete pas "le revenu universel me semblerait plus juste"


    il arrive , un peu de patience ;)

  • Lien vers le commentaire Antoine Capitan samedi, 13 mars 2021 14:15 Posté par antoine capitan

    Merci Gilles , excellent papier/reflexion qui peut expliquer ce qui se passe aujourd hui


    et incroyable experience http://www.bernardwerber.com/unpeuplus/ESRA/hierarchie_rats.html

  • Lien vers le commentaire jean-jacques samedi, 13 mars 2021 13:42 Posté par Jean-Jacques

    Je vous remercie de votre réponse.

    Loin de moi l'idée de vous critiquer et j'ai bien compris votre démarche.

    je suis moi même parti de France, loin de mon pays et de ma ville, cela fait déjà quelque années. C'est avec beaucoup de regret que je l'ai fait mais je me suis rendu compte que la loi et la justice ne défendaient pas les honnêtes citoyens et favorisaient les délinquants et les malhonnêtes.

    Je suis moi même non violent, c'est dans mon essence, et j'étais le premier à croire que l'on pouvait s'en sortir avec pacifisme. Force est de constater que nos gouvernants ne sont pas des humains mais qu'ils incarnent le mal à l'état pur.

    On encense la Révolution Française et le soulévement du peuple par les armes.

    Pourquoi en serait-il autrement de nos jours ?

    Pour quelles raisons sommes-nous à ce point passifs au point de tendre l'autre joue pour que l'on nous frappe encore plus fort ?

    Pouvons-nous combattre le mal par la non-violence ?

    Nous sommes conditionnés, dans notre monde occidental, depuis notre plus tendre enfance par une éducation chrétienne qui nous empêche de nous défendre et de riposter. La religion, et je ne parle pas de Dieu, a été inventé par les dirigeants pour nous soumettre. On peut penser que la religion n'a rien avoir avec tout ça mais je pense que c'est une erreur de le penser. Inconsciement nous avons en nous cette force du mal qui nous dirige et qui nous empêche d'agir.

    Je voudrais revenir sur un commandement qui dit Tu ne Tueras Point. C'est une traduction erronnée et volontaire car le vrai mot est Assassiner. Une différence notable qui change toute notre vision du monde.

    Oui, nous avons le droit et même le devoir de nous défendre et d'attaquer lorsque l'on met notre vie en danger.

    Oui, nous avons le droit et même le devoir de prendre les armes contre l'oppresseur.

    Oui, nous avons le droit et même le devoir d'anéantir le mal.

    Et je dirais même que nous avons l'obligation de le faire si nous sommes véritablement des humains.

    Quand je dis qu'écrire ne méne à rien et que seule l'action arrive à un résultat, je voudrais modérer ces propos pour préciser que les deux sont importants. C'est la combinaisons de ces deux formes d'actions qui nous permettra de gagner le combat. Car il ne faut pas se tromper, c'est un véritable combat qu'il nous faut mener, une guerre sans pitié contre le mal. Une guerre sans pitié qu'il nous faut gagner.




  • Lien vers le commentaire Gilles Janssen samedi, 13 mars 2021 12:35 Posté par Gilles Janssen

    Bonjour Jean-Jacques,

    Navré de voir que le message retenu de cet article soit celui d’une critique car ce n’était pas le fond de ma pensée, mais plutôt le fait qu’au plus le temps avance au moins j’ai l’impression qu’une révolte aura lieu et d’inviter les lecteurs à réfléchir sur cela afin d’éventuellement adopter un autre rôle plutôt que d’espérer que cela change par je ne quelle intervention divine. Il me semble en effet que les rôles de l’autonome (et du souffre-douleur ?) sont plus enviables que celui des exploités, qui en plus de ramasser sur la gueule entretiennent le système.

    Je trouvais intéressant également que l’étude présentée dans le lien conclue que les plus névrosés sont ceux au pouvoir et c’est pourquoi s’attendre à une prise de conscience de leur part me semble illusoire.

    Je peux bien évidemment me tromper et à vous lire je comprends que nous ne partageons pas le même point de vue, ce que je respecte bien évidemment.

    Pour répondre à votre question, mon « rôle » est celui de l’autonome. Je me suis barré de cet enfer et m’en porte très bien. Mon but au travers ma participation à OE et mes réflexions comme cet article est d’aider ceux qui souhaitent faire pareil, aucunement de critiquer qui que ce soit. J’évoque d’ailleurs les freins à bouger dans mon article et d’autre part, ceux qui me connaissent savent très bien que la violence n’est pas mon rayon. J’ai toujours préféré me révolter avec mes pieds qu’avec mes poings. Je serais dès lors très mal placé pour juger qqn sur cela.

    En espérant qu’une seconde lecture vous permettra de changer votre perception,

  • Lien vers le commentaire jean-jacques samedi, 13 mars 2021 11:23 Posté par Jean-Jacques

    Bonjour,

    vous semblez étonné que personne ne bouge.
    Mais je vous pose une question, à part écrire un article, vous que faites-vous ?
    Dénoncer les abus de notre pouvoir pour nous réduire à l'esclavage est une bonne chose, mais critiquer les gens parce qu'ils ne bougent pas implique que nous même agissions.
    La seule façon de se révolter contre nos élites est de prendre les armes, toutes les autres méthodes douces ou pacifiques ne peuvent fonctionner, ou alors juste dans la tête de certaines personnes trop intelligentes.
    Une révolte ne peut se commencer que par un groupe de personnes qui dirige et met en place des stratégie bien précises pour combattre. Je pense que ce genre de groupes commence à se former.
    La question est de savoir si vous ou moi allons prendre part à ce combat ou est ce que nous allons laisser faire les autres, bien assis dans le canapé en critiquant leurs actions. Seule l'action peut mener à la victoire, les blablas ne ménent à rien.