Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Vincent Benard

Vincent Benard

Vincent Bénard est analyste à l'Institut Turgot (Paris) et, depuis mars 2008, directeur de l'Institut Hayek (Bruxelles). C'est un spécialiste du logement et  de la crise financière de 2007-2008 (subprimes). Grand défenseur du libéralisme économique, Vincent décortique tous les errements des Etats providence !

promospeciale

L'entrepreneuriat en France: "Hollande m'a tuer"

Audience de l'article : 5737 lectures
Nombre de commentaires : 13 réactions
Le gouvernement socialiste de MM. Hollande et Ayrault a frappé très fort ce vendredi 28 septembre, une date à retenir pour de bien mauvaises raisons : dans la même journée, il a annoncé l'alignement de la taxation des plus values de revente des parts d'une entreprise sur celle des revenus, et d'autre part, il a annoncé la fin des avantages fiscaux de l'auto-entrepreneur.

Quelques explications s'imposent. C'est Pierre Chappaz, lui même "serial entrepreneur" (kelkoo.com, over-blog...) qui nous explique comment les plus values vont tuer les start-ups:

"Je ne connais pas un seul fondateur de startup qui acceptera l'idée que, en créant une entreprise dans laquelle il va investir toutes ses économies et des années d'efforts, souvent sans se payer, il donnera à l’État 60,5% de son gain quand il vendra sa boite s'il réussit. Il faut savoir que 9 startups sur 10 échouent, et dans ce cas personne ne rembourse le fondateur. Ensuite, sur les 39,5% qui lui resteront, il paiera 1 à 2% par an, tous les ans, c'est l'ISF. Et quand il mourra, l’État prendra 45% de ce qui reste"

Effectivement, créer une Start up avec de telles perspectives, cela ne va pas de soi. Seuls les fous, les chômeurs sans autre solution de survie et les margoulins s'y risqueront encore.

En ce qui concerne les auto-entrepreneurs, le régime de cotisations sociales sera désormais aligné sur celui des autres travailleurs indépendants, ce qui supprime toute attractivité au statut d'auto-entrepreneur. Il est vrai que cette population de gens préférant l'entreprise à l'assistanat, de super-riches gagnant 9 fois sur 10 moins que le SMIC, ne pouvait pas trouver grâce aux yeux de nos paléo-socialistes. Allez, exit l'auto-entrepreneur.

Mais ce n'est pas tout: partout en France, des entreprises sont en train de renoncer aux plans d'intéressement de leurs salariés en actions gratuites: cet intéressement bénéficiait jusqu'ici d'une forte détaxe sur les cotisations salariales et d'une franchise de cotisations "patronales" (je sais, la séparation entre CS et CP est purement artificielle, mais ce n'est pas le débat du jour). Désormais, les charges sur ces plans de distribution atteindront 40,5% de leur montant, ce qui pousse les entreprises qui voulaient associer l'effort de leurs salariés à leur réussite capitalistique à y renoncer. Ce faisant, le gouvernement pénalise surtout des petits salariés (j'ai rencontré un entrepreneur nantais dont les salariés gagnent en moyenne 1500 Euros/m, et qui voulait leur octroyer à peu près 2000 Euros en actions gratuites. Mais à plus de 800 euros de charges par salarié, il a préféré y renoncer...), et prive les entrepreneurs d'un formidable levier de motivation pour des petites entreprises qui ne peuvent pas payer les mêmes salaires que les grands groupes, mais qui, en associant les premiers salariés à leur croissance, peuvent en faire des quasi-associés, en quelque sorte des salariés-entrepreneurs... Mais cela non plus ne trouve pas grâce aux yeux de nos socialistes de combat.

Réussir à tuer l'auto-entreprise, les start ups et l'intéressement des salariés le même jour, Mélenchon en a rêvé, Hollande l'a fait. T'es un vrai killer François ! Ce gouvernement n'est pas simplement incompétent, démagogue et sectaire. Il est avant tout dangereux.

Et ce n'est pas fini. Jean Marc Ayrault a promis, suite à l'annonce de la fermeture d'un haut fourneau de Mittal à Florange (Lorraine), un projet de loi qui rendra encore plus difficiles les restructurations d'entreprises: voilà qui devrait aussi refroidir grandement les investisseurs étrangers qui voudraient faire grandir nos entreprises. Les investissements étrangers en France se limiteront à des achats de marque et de savoir faire pour les transférer vers des cieux plus cléments. La boucle sera alors bouclée: faire naître une entreprise ou la faire grandir en France deviendra un acte suicidaire.

Le frétillant ministre des finances Pierre Moscovici annoncé qu'il envisageait 0,8% de croissance en 2013 et 2% pour les années suivantes. Ou bien ce type marche à la coke, ou bien il n'a plus honte de rien. Ce n'est pas en tuant toutes les incitations à la création d'entreprises ou à l'investissement dans celles qui sont déjà établies que nous créeront les emplois que la première partie de la crise a éliminés. Nous allons au contraire vers une récession carabinée, au plus tard au second semestre 2013, et peut être bien avant. L'effet des mesures annoncées ce 28 septembre pourrait être aussi dévastateur pour l'économie que ne le fut, le 18 octobre 1685, la révocation de l'édit de Nantes, qui fit fuir de l'hexagone la classe la plus entreprenante du pays, les protestants. 

Il reste encore une toute petite chance que les députés ne votent pas ces propositions budgétaires en l'état. Mais elle est ténue. En attendant, préparez vos mouchoirs ou vos valises. Comme dirait H16, ce pays est foutu.


------------

Nb. La mobilisation contre les projets gouvernementaux sur les réseaux sociaux bat son plein. Twitter est en feu, et un groupe de défense des entrepreneurs vient de naître sur Facebook. Vous pouvez rejoindre @defensepigeons sur twitter ou "liker" le groupe "Les pigeons: mouvement de défense des entrepreneurs français" sur Facebook. Déjà plus de 1000 likes et abonnés en moins de 6 heures, et une grosse manif en préparation le samedi 6 octobre à Paris. Plus de détails rapidement via twitter. N'hésitez pas à utiliser @defensepigeons ou le hashtag #Geonpi dans vos twitts pour faire connaître le mouvement.
----------
Poster un commentaire

13 Commentaires

  • Lien vers le commentaire sam ventura jeudi, 04 octobre 2012 18:53 Posté par VIRGIGIL

    ba de  tout facon qu'est ce que sa change dans 2 ans flambi sera viré, avec sa troupe de clowne

  • Lien vers le commentaire alex6 lundi, 01 octobre 2012 23:43 Posté par alex6

    @Henri:
    C est un autre debat mais les mille annees d'obscurantisme ont peu a voir avec la montee du christianisme qui par ailleurs etait tres peu represente sur la premiere partie soit environ 460ans quand meme.
    On doit a la religion chretienne, en partage avec les musulmans, la preservation de la majorite de la culture Grecque et Romaine, qui aurait pu simplement disparaitre sans le relais des scribes chretiens qui ont fait le relai avec l'invention tardive de l'imprimerie.
    Attention a ne pas confondre anti-clericalisme et anti-chritianisme (ceci n'est pas une accusation), c'est un mal francais tres ancien.

  • Lien vers le commentaire alex6 lundi, 01 octobre 2012 23:38 Posté par alex6

    Je me suis barre en 2007, sous les regards moqueurs et amuses de certains de mes proches (tous fonctionnaires)
    Aujourd'hui, leurs gamins ne trouvent pas de boulot et ils commencent a prendre la mesure du desastre qui se dessine pour le pays.
    L'acceleration vers le mur est impressionante depuis deux ans, je ne me risquerais plus a aucun pronostique sur le timing. Je pensais que ca allait encore tenir une dizaine d'annee mais la, un ou deux ans me paraissent deja etre une eternite...
    Bonne chance a ceux qui sont restes.

  • Lien vers le commentaire alex6 lundi, 01 octobre 2012 23:36 Posté par alex6

    Je me suis barre en 2007, sous les regards moqueurs et amuses de certains de mes proches (tous fonctionnaires)
    Aujourd'hui, leurs gamins ne trouvent pas de boulot et ils commencent a prendre la mesure du desastre qui se dessine pour le pays.
    L'acceleration vers le mur est impressionante depuis deux ans, je ne me risquerais plus a aucun pronostique sur le timing. Je pensais que ca allait encore tenir une dizaine d'annee mais la, un ou deux ans me paraissent deja etre une eternite...
    Bonne chance a ceux qui sont restes.

  • Lien vers le commentaire SIGSEGV lundi, 01 octobre 2012 16:50 Posté par sigsegv

    Où ai-je dédouané les gouvernements précédents ?

    Cela ne chage rien au fait que sous le quinquénat Sarkozyste, on ait rajouté 600 milliards de dette; quand Fillon est arrivé en 2007 il avait déclaré "la France est en faillite"; drôle de manière de gérer une structure en faillite n'est-ce pas ?

    Sur le déficit budgétaire; il est évident que l'Etat est trop important et que son déficit est insoutenable; sauf que...

    dans le système monétaire actuel on ne peut que se surendetter; et on a bien vu que lorsque la bulle de dette privée éclate cela amène à une catastrophe (subprime; lehman...); alors c'est finalement implictement l'Etat qui joue ce rôle de "débiteur en dernier ressort" pour injecter de la monnaie; des mesures de réductions de deficit sont fortement dépressives puisque le système monétaire est ainsi fait.

    Il ne peut y avoir de réduction de dette publique sans reflexion sur le système monétaire. Pourquoi croyez-vous que les niveaux de dettes publiques ont explosés après l'abandon du Gold Standard ?

  • Lien vers le commentaire SIGSEGV dimanche, 30 septembre 2012 19:13 Posté par sigsegv

    Quand je lis les commentaires je me demande si c'est une plaisanterie ou pas...

    Vu l'état des finances publiques, avec 1800 milliards de dette à rouler (je ne crois pas que M. Hollande a endetté le pays à hauteur de 1800 milliards; par contre on peut demander des comptes à son prédescesseur pour avoir à lui seul alourdi la facture de 600 milliards en 5 ans); ils sont simplement en train de racler les fonds de tiroir (baisse des dépenses / augmentation des rentrées) pour tenter de tenir dans le déficit max de 3% du pacte budgétaire.

    Est-ce la bonne solution pour sortir le pays de là où il est ? Non; mais ne jouons pas les étonnés; il y a eu des élections et l'augmentation des rentrées fiscales y tenait une bonne place (taxe à 75% tout ça...)

    Bref ces hausses d'impôts tous azimuts (d'ailleurs cela ne concerne pas que le capital mais tous les impôts; IR inclus) ne sont pas du socialisme dogmatique mais le retour à la réalité budgétaire de la situation financière actuelle.

  • Lien vers le commentaire Henri Dumas dimanche, 30 septembre 2012 16:12 Posté par Henri Dumas

    Bonsoir,

    Un très bon billet.

    Surprenante la réaction des "pigeons", mais bien tardive.
     
    Objectivement, il n'y a pas de marche arrière possible, le défaut de paiement est certain.

    Ce n'est pas le premier dans l'histoire de notre pays, mais là il s'agit de tout l'occident.

    Un peu la chute de Rome sur un avachisement général et la montée alors d'une utopie "le christianisme", l'homme bon, l'amour du prochain....

    Bilan, la barbarie un peu plus de mille ans, une église totalitaire bien ingrate envers ses martyrs qui lui ont donné le pouvoir, mais un petit quelque chose qui reste.

    Puis finalement : presque rien. Le monde continue, la vie marche en avant.

    Nous sommes si peu de chose. 

    Bravo quand même pour ce beau billet, courageux.

    Cordialement. H. Dumas 

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper dimanche, 30 septembre 2012 15:16 Posté par Charles DEREEPER

    Message pour YVES

    le plan B, j'ai longtemps cru qu'il était évident. en fait, non. le plan B de la fuite est contraire à la nature des francais. de nombreux gars si bons, vont subir et gacher leur talent plutot que de se barrer dans un autre pays. C'est en cela que la réalité humaine est surprenante. la liberté est  une fiction. les gens adorent être emprisonnés en se convainquant qu'ils sont libres et peuvent faire à chaque instant .... ce qu'ils ne feront JAMAIS !

  • Lien vers le commentaire Balthazar dimanche, 30 septembre 2012 13:07 Posté par balthazar

    Nous sommes en démocratie. Pour changer de direction vers de la cohérence, il faudrait que le peuple sache les bons choix à faire. Or d'évidence la majorité n'a pas de culture économique et n'a pas non plus le temps ou les capacités de réflechir à la question.  Comme la douleur enseigne à l'enfant ce à quoi il doit faire attention , nous avons besoin d'un choc don tnous pourrons nous relever, pour que les choses deviendront plus évidentes. D'ici là, je pense que nous sommes en roue-libre et que la seule inconnue est à quelle vitesse nous deviendront grecs. 

  • Lien vers le commentaire benny dimanche, 30 septembre 2012 12:05 Posté par benny

    En quatre mois nous voyons le dogmatisme stérile combattre avec la bêtise économique . J'ai découvert en Mars un livre de Ayn Rand "la grève". Je vous engage à lire ce roman économique. C'est un livre passionant en soit, mais surtout passionant car le scénario que nous vivons maintenant  s'y déroule naturellement. Et l'état de rage que j'avais atteint à la fin du livre me reprend maintenant en voyant combien l'obscurantisme socialiste ajouté à la molesse et l'utopie peuvent rapidement prendre racine dans la réalité.

  • Lien vers le commentaire Harry Haller dimanche, 30 septembre 2012 09:24 Posté par harry

    Avec chaque jour un peu plus de français-clients, bénéficiaires ou obligés, la majorité grossissante se trouve coincée à espérer que ça ne lui tombe pas dessus. Les esprits entreprenants n'ont qu'à faire le dos rond ou partir, ils ne sont d'aucun intérêt politique.

    Il faudrait que nous soyons bien nombreux pour que l'idéologie change si radicalement. Qu'en pense les moins de 30 ans, car je ne vois qu'eux ?

  • Lien vers le commentaire Yves dimanche, 30 septembre 2012 09:21 Posté par yves

    Le socialisme tue l'Europe depuis 1914 (*) ... le 28/09/2012 n'est qu'une petite étape dans ce processus et cette tendance de long terme qui engendre le déclin de l'Europe et la frustration des poulations dans quasiment tous les domaines économiques ... Je suis étonné que Chappaz , mon ancien directeur marketing à l'époque ou nous étions chez Big Blue (2001) soit encore en France, il est temps pour lui de passer sur le plan B en direction Londres/Bruxelles.

    (*) beaucoup de français de gauche comme de droite, pensent par pure idéologie que l'Etat fait mieux que les individus dans le domaine économique !! Cet état de pensée est créé par l'Education Nationale et renforcé plus tard par les médias.