Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Bruno Napoli

Bruno Napoli

Tout jeune quinquagénaire, originaire du sud de la France, ayant grandi en Afrique de l’Ouest entre 1977 et 1987 (Mali, Gabon, Sénégal et Côte d’Ivoire), titulaire d’un BEP et CAP en Electromécanique (2 ans après la 3ème), ayant passé 25 ans à Paris, pas mal voyagé en Amérique du nord, et récemment expatrié à Hong Kong depuis la Fin 2018. Je bosse actuellement dans l’industrie de la lumière.
Je suis passionné de nouvelles technologies, surtout dans le monde de la HiFi, la vidéo, le Home Cinéma et depuis 10 ans maintenant la Domotique. Ces dernières années je me suis beaucoup intéressé aux implications des smart technologies avec les assurances, la cybersécurité et la géopolitique. J’écris depuis 5 ans dans plusieurs revues et blogs professionnel Français, Américain et Asiatiques sur le sujet.J’ai presque toujours été entrepreneur dans ma vie, j’ai monté plein de petites et moyennes boites et projets en France qui se sont toutes cassées la gueule. J’ai donc mon diplôme universitaire de “Tombe, relève-toiaméliore-toi et recommence”.
Je suis connu pour ne pas avoir ma langue dans ma poche, mais ouvert d’esprit et toujours prêt à reconsidérer mes pensées. A travers mes articles je vais tenter de vous faire partager mes analyses et vous faire comprendre les opportunités qu’il pourrait y avoir dans cette industrie.
Je vous souhaite une bonne lecture.

promospeciale

La plus grosse claque de ma vie…

Audience de l'article : 1400 lectures
Nombre de commentaires : 6 réactions
J’étais en train d’écrire un article sur comment expliquer les Cryptos Monnaies à vos grand-mères, et en effectuant des recherches, j’ai réalisé la vision à long terme du/des créateurs de la Blockchain. Et là, je dois avouer que toutes les neurones de mon cerveau se sont polymérisés. Accrochez-vous, c’est un peu long, mais au bout du compte vous allez comprendre pourquoi la Blockchain est la chose la plus incroyable, la plus disruptive que l’homme ai inventé, pourquoi la vraie révolution n’est pas le Bitcoin mais la Blockchain et pourquoi les états feront tout ce qu’ils peuvent pour la contrôler. Cet article va vous demander un certain recul, un peu d’ouverture d’esprit et de lâcher prise, alors mettez-vous bien et bonne lecture parce qu’on est dans le biblique…

Si Jésus Christ devait se réincarner sur terre, il le ferait sous la forme de la Blockchain.

Voici une explication volontairement simplifiée voir romancée utilisant des gros raccourcis. Et on commence tout naturellement par expliquer ce qu’est une Blockchain.

Faisons d’emblée la différence entre une Crypto Monnaie et une Blockchain, deux termes associés l’un à l’autre et parfois confondus. Une Blockchain n'est pas une Crypto Monnaie et vice versa. Disons qu’une Crypto Monnaie s’appuie sur une méthode incorruptible et infalsifiable de certification et d’archivage de transaction nommée Blockchain. Il existe plein de Blockchains en service actuellement et comme on le verra plus tard, elles peuvent servir à bien d’autres choses qu’à soutenir l’infrastructure d’une Crypto Monnaie. En poussant le raisonnement, on pourrait dire que "normalement", une banque ce n’est pas de l’argent, et l’argent ce n’est pas une banque. Même si les deux sont associés l’un à l’autre, l’un (la banque) est le moteur de l’autre (l’argent). Autre terminologie qui porte à confusion et qui donne au Cryptos Monnaies une réputation sulfureuse, le mot Crypto. On s’imagine que tout est crypté, obscur, que personne ne peut voir ce qu’il y a dans la Blockchain et que par conséquent le Bitcoin sert essentiellement à financer les pires horreurs. En fait, les Blockchains qui soutiennent les Cryptos Monnaies Bitcoin ou Ethereum par exemple utilisent bien un système cryptographique pour éviter que le contenu soit corrompu, mais leur contenu lui-même tout du moins concernant les transactions des Crypto Bitcoin et Ethereum n’est pas crypté.

Une Blockchain est donc une méthode incorruptible et infalsifiable de certification et d’archivage de transaction qui ne peut pas être corrompue en partie parce qu’elle n'est pas centralisée en un seul endroit et en partie parce qu’il faut plusieurs personnes pour valider chaque transaction.

Michael Casey et Paul Vigna ont écrit ce livre "The Truth Machine: The Blockchain and the Future of Everything" dans lequel ils expliquent les implications de l’implémentation de la Blockchain dans le futur. Ils renomment la Blockchain "The Truth Machine", littéralement "La machine qui délivre la vérité". Gardez ce terme en tête pour plus tard, l’air de rien.

Prenons un scénario fantaisiste et totalement fictif : Quand les opérations sont centralisées en un seul endroit, l’employé d’une banque pourrait par exemple entrer dans son système informatique et transférer de l'argent du compte d'un client vers son propre compte puis supprimer toutes traces sur les journaux de transactions. Avec l’informatique d’aujourd’hui, les bonnes personnes et les bons outils, il est facile de falsifier tout un système informatique et c’est d’autant plus facile si on en a les clefs ainsi que l’usage exclusif. Dès qu’il n’y a qu’une personne où qu’une seule entité qui a les clefs d’un système ou d’un pouvoir, il est corruptible et sujet aux erreurs qu’elles soient accidentelles ou pas d’ailleurs, ne voyons mas le mal partout. On pourrait aussi imaginer une erreur dans la transmission des données d’un service à l’autre de la banque créant une opération incohérente sur un compte bancaire.

Une façon de résoudre ce problème bancaire serait de décentraliser le système et on procédera ainsi :  Tous les clients de la banque auraient chez eux un ordinateur connecté à la banque pour maintenir en temps réel une copie "en clair" de toutes les opérations de tous les clients. Et si on voulait en plus aller plus loin, pour qu’une opération soit valable il faudrait qu’elle soit validée par tous les ordinateurs chez tous les clients pour être enfin archivée chez tout le monde. Valider une opération vérifiera qu’elle ait bien passé toutes les étapes normales définies à l’avance. Par exemple que l’argent qui arrive sur un compte ai bien été déposé au guichet, puis compté, que les numéros de série des billets aient été vérifiés, qu’ils ne fassent pas partis d’un lot de billets volé, puis inscrite dans le bon registre… Bref que toute la chaine normale des opérations de ce genre soit transparent, respectée, valide et traçable. Pour cela il faudrait aussi que tous les outils de la banque comme les machines à compter les billets ou celles qui scannent les chèques soient aussi connecté au system pour y remonter les informations en temps réel.

Si quelqu'un côté banque ou côté client voulait insérer une fausse opération dans les livres de compte, il faudrait réunir clients et personnel bancaire autour d'une table et que tout ce beau monde soit d’accord pour falsifier en même temps la ou les opérations sur son propre ordinateur. Et comme par conception, le système a besoin de l’accord de tout le monde pour valider chaque opération, il suffit d’une personne qui refuse de rentrer dans la combine pour éviter toute malversation. L’intégrité des opérations, la vérité devient alors la responsabilité de tous et non d’une seule personne, entité ou état. Vous avez remarqué que l’air de rien j’ai inséré le mot "état".

Dès que la banque a un nouveau client, ce dernier allume son ordinateur chez lui, commence par télécharger toutes les opérations depuis la toute première puis commence à valider et enregistrer les opérations. Et plus il y a de clients, plus il est difficile de falsifier le système. Tous les ordinateurs qui sont chez les clients, qui aident à valider et à archiver les opérations et qui par conséquent maintiennent les informations accessibles s’appelleraient des "Mineurs". Comme chaque mineur utilise son électricité et son propre ordinateur, il serait récompensé avec un peu d’argent à chaque fois qu’il effectue des validations. (Plus de détails sur l’utilisation du mot "mineur" et du principe de "Minage" plus bas)

Le processus technique qui permettrait aux opérations d’être organisées et validées est compliqué et n’a aucun intérêt à être détaillé ici. Tout ce qu’il faut savoir à ce stade, c’est que les opérations bancaires seraient inscrites et organisées dans des blocs d’informations et que ces derniers seraient reliés, chainés les uns aux autres de façon qu’ils s’autovalident entre eux. Si quelqu’un change une seule information dans n’importe quel block, l’équilibre de la chaine de blocs est compromis, tous les mineurs savent immédiatement qui l’a fait et rejettent automatiquement cette nouvelle information. Cette chaine de blocs d’informations en Anglais s’appellerait : Blockchain. Voilà, nous venons de décrire très simplement en quelques lignes le fonctionnement d’une Blockchain.

Il ne vous aura pas échappé que dans ce scénario bancaire fantaisiste, toutes les opérations sont échangées en clair, du coup, tout le monde sait qui fait quoi. L’avantage de la transparence c’est que ça rend les choses d’autant plus infalsifiables, l’inconvénient c’est que plus personne n’a réellement de vie privée. Dans notre exemple appliqué à la banque, on pourrait décider de n’avoir dans la Blockchain que le numéro du compte bancaire et pas le nom du client histoire d’anonymiser un peu la chose. Seul la banque connaît le nom du client associé à tel ou tel numéro de compte. Mais comme tous les clients de la banque ont une copie des transactions, n’importe qui pourrait analyser un compte bancaire et déduire en fonction de habitudes et des endroits où est dépensé l’argent qui se cache derrière un compte. Gardez en tête tous les aspects de vie privée de ce scénario fictif car il est exactement le même pour le Bitcoin par exemple.

Résumons ce cas pratique de Blockchain appliquée au monde de l’entreprise en l’occurrence là, une banque : Tout le monde a une copie en clair des livres de comptes mais personne ne connaît l’identité des clients associée aux numéros de comptes, tout le monde vérifie les opérations de tout le monde, tout le monde valide également l’intégrité de chaque opération, et aucune opération n'est valide tant que tout le monde n'est pas d'accord. Ainsi, si vous voulez corrompre une opération sur la Blockchain, vous devez obtenir l'accord de tous pour modifier une opération sur un bloc. Comme les blocs dépendent les uns des autres pour se valider, il faudra recalculer l’intégralité de la Blockchain pour qu’elle soit équilibrée à nouveau avec cette nouvelle information. Et plus il y a de monde, plus c’est compliqué de corrompre "The Truth Machine". L’air de rien encore une fois, essayer d’imaginer un monde où les choses importantes seraient inscrites dans une blockchain incorruptible.

On a donc d’un côté une technologie Blockchain qui ne peut plus être corrompue par l’humain, et de l’autre un exemple d’application au monde de l’entreprise, en l’occurrence à la banque afin de rendre impossible la moindre erreur ou malversation. Sachant cela, vous pouvez utiliser une Blockchain pour valider de nombreux types d’opérations et les rendre cent fois plus simples et rapides, comme la comptabilité, une déclaration d’impôts, ou de la paperasse administrative, tout acte juridique, notarial, immobilier ou cadastral, tout certificat… Mais aussi l’air de rien et en implémentant bien les choses, les résultats de n’importe quelle étude scientifique, concours, élection, sondage, chiffres de chômage, chiffre d’inflation, nombre et cause de malades ou de décès de telle ou telle maladie etc. On pourrait même empêcher les organismes financiers de manipuler le cours des métaux précieux, du pétrole ou de tout autres commodités. Dans le contexte actuel, si toutes les machines qui font des tests virologiques ainsi que tous les appareils médicaux électroniques qui sont dans les hôpitaux étaient connectées à une Blockchain on aurait toutes les données exactes de tous les patients. On clouerait définitivement le bec à tous ces complotistes qui ne font pas confiances aux politiques et scientifiques qui seraient à leurs goûts un peu trop proches de certains laboratoires pharmaceutiques.

Il est facile d’imaginer que de nombreux emplois tels qu’avocats, comptables ou notaires vont bientôt disparaître, car une grande partie de leur travail consiste à vérifier puis à valider des opérations ou transactions. En temps qu’humains, ils peuvent être corrompus, voir pire, commettre des erreurs. Exemple pratique avec les comptables : Dans un avenir proche, j’achète des fournitures de bureau pour mon entreprise. Je paye avec mon téléphone, sur l’appli mobile je clique sur "Dépense professionnelle" puis instantanément et automatiquement, le commerçant envoie ma facture non plus à mon comptable, mais directement au ministère des finances avec les bons numéros de comptes comptable pour tous les articles que j’ai acheté. Ma TVA ainsi que ma déclaration d’impôts sont instantanément calculées. Plus de papier et plus de comptable, ce dernier n’étant qu’une interface gratte papier entre mon entreprise et l’état collecteur de TVA. La Blockchain dans tout ça garantissant l’intégrité et l’infalsifiabilité du tout. Pour ce genre d’opération on pourrait tout à fait imaginer de crypter les informations circulant sur la Blockchain. Les cabinets comptables se transformeront certainement en cabinets juridiques et de conseils aux entreprises.

Implémenter des applications sur Blockchain impactera absolument tous les métiers de gratte papier qui font interface entre les gens et l’état ou les métiers de saisie de données. Les derniers confinements ont montré à une certaine catégorie de travailleurs de bureau à quel point ils n’étaient pas vraiment indispensables. Il est évident qu’une Blockchain bien implémentée dans la vie de tous les jours mettrait au chômage des centaines de millions de gens. Mais Il y a forcément plus utile pour la société et passionnant à faire que de rester assis huit heures par jour dans un bureau éclairé au néon à taper sur un clavier.

Récemment, nous avons vu un nouveau type de certificat de propriété artistique appelé NFT qui résous un petit problème qu’ont les artistes qui crées des œuvres digitales, graphique, animée ou musicale sur ordinateur. Pas besoin d’acte de propriété pour la Joconde. Il n’y en a qu’une, et le propriétaire, c’est celui qui l’a accrochée sur son mur. Mais comment je fais en tant qu’artiste pour donner un certificat de propriété à un client pour une création graphique qui, une fois exposée sur Internet peut être sauvegardée à l’identique par absolument tout le monde en faisant un simple "click droit + Enregistrer l’image ou la vidéo sous" ? Comment je fais pour instantanément prouver au monde entier que parmi les millions de copies exactes au pixel près d’une œuvre numérique sauvegardée dans des millions d’ordinateurs, seul moi en suis le propriétaire, et surtout seul moi ai le droit de la revendre.

C’est dommage d’avoir à imprimer en 2 ou 3 exemplaires une œuvre digitale sur du papier falsifiable qui va finir par jaunir.

D’ailleurs, comment je mets sur du papier le MP3 de ma musique ? Comment le papier pourrait donner la moindre idée du rendu de ma création digitale animée et musicale ? La solution est simple : En tant qu’artiste, je copie mon œuvre digitale dans une Blockchain, pourquoi pas celle qui fait tourner le Bitcoin ou l’Ethereum parce qu’elles sont bien déployées et j’inscris le nom de la personne qui en est propriétaire. Un certificat unique est généré et donné au nouveau propriétaire qui enregistre ce certificat dans son portefeuille digital dont l’application sur son mobile lui permet en temps réel de montrer à tout le monde ces acquisitions. Au fait, dans une blockchain on peut stocker des données transactionnelles mais aussi du contenu digital. Une blockchain, est impossible à arrêter, elle est vivante tant qu’il y a des mineurs pour la maintenir, et il est fort possible que la blockchain Bitcoin par exemple soit maintenue pour les siècles à venir contrairement à un bureau qui gèrerai des propriétés intellectuelles qui pourrait aussi simplement être victime d’un incendie.

Merci d’avoir patienté jusqu’à là, on arrive enfin à la Crypto Monnaie. A ce stade, j’imagine que tout le monde sait qu’aucun peuple au monde, même pas les USA ne possèdent sa propre monnaie. Le Dollar US est une monnaie privée issue d’un conglomérat de banques privées : la Réserve Fédérale. Tout puissant qu’il est, si le président des USA, représentant élu par le peuple Américain a besoin d’argent pour faire construire une route, il est obligé d’emprunter des Dollars à des banques privées qui elles seules ont le privilège d’en faire imprimer à partir de rien et sans presque aucune compensation. Enfin si, elles sont censées avoir une certaine quantité d’Or en contrepartie, Or qu’elles achètent probablement avec les billets qu’elles impriment. Cet argent emprunté aux banques privées pour construire une route sera remboursé aux banques avec les impôts prélevés sur le peuple. La réserve fédérale Américaine n’a rien de fédéral, c’est une association de banques privées et le mot fédéral est ici utilisé uniquement pour faire plus sérieux et tromper le peuple Américain sur sa véritable nature privée. De plus, le Dollar US papier qui est dans votre proche ne vous appartiens pas. Il appartient à la réserve fédérale Américaine qui vous octroie la permission de s’en servir. C’est marqué dessus "Federal Reserve Note".

Et donc à la suite du krach boursier de 2008 un obscur inconnu du nom de Satoshi Nakamoto c’est dit la chose suivante : Si grâce à une technologie infalsifiable genre Blockchain le peuple possédait et avait le contrôle de la valeur de sa propre monnaie, ça éviterait aux états de créer de la dette remboursée par l’impôt prélevé sur le peuple à chaque fois qu’on a besoin d’argent pour construire une route, un aéroport, un hôpital, une école ou payer les fonctionnaires d’état. Ça évitera aussi que le peuple se fasse trahir par l’état quand ce dernier demande aux banques, privées donc, d’imprimer des palettes de billets pour renflouer d’autres banques, privées aussi, qui auraient dû faire faillites à cause de leur incompétence. Puis de faire peser au peuple la triple peine liée au remboursement de la dette plus la création et à la mise en circulation dans l’économie de cette nouvelle monnaie qui entraîne une perte de valeur de la monnaie plus l’inflation des prix. On résout une bonne fois pour toute la privatisation des gains pour les banques et la mutualisation des dettes sur le peuple, jeu préféré des banques et des états. On n’aurait presque plus besoin de banque. La monnaie doit appartenir aux états et donc au peuple et pour le moment ce n’est le cas dans aucun pays du monde. Henry Ford disait lui-même en son temps :

C'est très bien que le peuple de la nation ne comprenne pas notre système bancaire et monétaire, car s'ils le comprenaient, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin."

Satoshi Nakamoto créa la première Crypto Monnaie le Bitcoin (BTC) en 2009, son livre blanc expliquant le fonctionnement d’une Blockchain lui est édité en 2006. Comme il ne peut exister que 21 millions de Bitcoin, sa rareté connue à l'avance lui permettra de conserver sa valeur qui en plus ne peut faire qu’augmenter. Par comparaison, les monnaies actuelles telles le USD ou l’Euros ne font que baisser car on en créé trop, beaucoup trop, sachant en plus que la grande partie de ces trilliard créé en 2020 et en 2021 pour gérer la crise du Covid servent à renflouer les marchés financiers et donc les personnes et entreprises déjà les plus riches. Et c’est la classe moyenne qui paye cette dette, sachant que les personnes riches se débrouillent en plus pour ne pas ou peu payer d’impôts.

Chaque Bitcoin est divisible 8 chiffres après la virgule permettant ainsi de créer quelques millions de milliards de fractions de Bitcoin dont la plus petite unité s’appelle un Satoshi. Chaque Satoshi a un numéro de série unique, et est traçable depuis sa création. Il est donc très facile de tracer son historique de portefeuilles en portefeuilles sur la blockchain jusqu’à la machine qui l’a miné. De fait, il y a assez d’unité et de sous unité dans le Bitcoin pour faire fonctionner l’économie mondiale avec une seule et unique monnaie maintenue par et pour le peuple. L’air de rien…

Miner la Blockchain, maintenir "The Truth Machine" vivante devient alors un devoir citoyen, une déclaration de foi, un acte philosophique.

Le moteur qui fait fonctionner le Bitcoin est la "Blockchain Bitcoin". A l’instar d’autres Blockchains comme celle d’Ethereum, elles sont maintenues par des millions de mineurs à travers le monde. Vous vous souvenez, les mineurs sont ceux qui mettent un ordinateur à disposition pour valider les transactions sur la blockchain, qui par conséquent maintiennent l’information vivante et qui sont récompensé en Bitcoin pour leur travail. Les 21 millions de Bitcoins ne sont pas tous en circulation, une partie non allouée est encore enfouis dans la mine Bitcoin. Il n’y a que deux façons d’acquérir des Bitcoins : Acheter des existants ou créer/miner des nouveaux. La seule façon de créer des Bitcoin, c’est-à-dire de les décrocher du fond de la mine à la pelle et à la pioche c’est de recevoir une récompense en mettant un ordinateur à disposition pour maintenir la Blockchain en validant et en archivant les transactions : le Minage.

La beauté de la Blockchain c’est que n’importe qui au monde, même vous qui lisez ces lignes, pouvez dédier anonymement un ordinateur dans votre garage pour valider des transactions garantissant ainsi encore plus l’intégrité et l’infalsifiabilité de la monnaie. Et pour récompenser vos efforts, la mise à disposition de votre temps, votre électricité et l’investissement de votre propre ordinateur, vous gagnez quelques Satoshi.

Comme pour notre exemple appliqué à la banque, si je transfère des Bitcoins de mon portefeuille Bitcoin (Digital Wallet) à un autre, tous les mineurs du monde (enfin 51%) doivent valider l’opération pour qu'elle soit valable. Et je ne peux pas ajouter un Bitcoin dans mon Digital Wallet comme ça car les mineurs le verraient soudainement. Pour le moment, le Bitcoin n’est pas encore réellement une monnaie, c’est plus une sorte de valeur spéculative comme une action, et des millions de personnes y investissent des milliards. A savoir que les Blockchain Bitcoin et Ethereum hébergent aussi des milliers d’autres projets dont d’autres Crypto Monnaies mais aussi d’autres qui n’ont rien à voir avec de la monnaie. Vu qu’on a une Truth Machine ouverte et transparente minée par la puissance de calcul de dizaines de millions de personnes à travers le monde on peut y greffer en parallèle n’importe quel type d’application.

On pourrait par exemple y faire tourner un réseau social ou un moteur de recherche sans aucune censure ou manipulation de l’algorithme possible selon que vous êtes identifié comme votant à droite ou à gauche. Plus aucune vidéo ou post ne pourrait disparaitre. Parce qu’aujourd’hui, s’ils le souhaitaient, les Big Techs ont la possibilité de littéralement nettoyer tout l’Internet de telle ou telle information et ils ne s’en privent pas. Si dans 200 ans les historiens ne se basent que sur les médias et réseaux sociaux soutenus par les Big Techs, il est fort probable qu’ils aient une vision totalement biaisée des évènements actuels. Moi j’aurai bien voulu savoir qui était les complotistes d’avant la seconde guerre mondiale que l’on a fait taire, dont on a brulé les écris et qui prévenait depuis des années que les Allemands allaient débarquer et qu’ils se ficheraient de la Ligne Maginot. Que des informations soient bonnes ou mauvaises, vraies ou fausses, biaisées ou pas, elles représentent toutes des courants de pensée qui doivent êtres archivés pour comprendre l’histoire. L’air de rien… Vous commencez à voir la puissance de la technologie Blockchain ?

Au niveau macroéconomique, la Blockchain est le concurrent direct des Big Tech et l’argent qui est produit pour la faire tourner va directement dans les poches du peuple qui la maintient.

Il existe actuellement deux applications qui sont déjà en fonction sur les blockchains, qui n’en sont qu’à leurs débuts mais qui ont un grand avenir : DeFi (ou "finance décentralisée") est un terme générique pour les services financiers sur les blockchains publiques, principalement Ethereum. Avec DeFi, vous pouvez faire la plupart des choses que les banques prennent en charge - gagner des intérêts, emprunter, prêter, acheter de l'assurance, négocier des produits dérivés, échanger des actifs, et plus encore - mais c'est plus rapide et ne nécessite pas de paperasse ou de tiers. Comme pour les Crypto Monnaies en général, DeFi est mondial, peer-to-peer (c'est-à-dire directement entre deux personnes, sans passer par un système centralisé), pseudonyme et ouvert à tous. (Source Coinbase)
Et les Smart Contrats : Comme tout contrat, les Smart Contrats définissent les conditions d'un accord ou d'une transaction. Ce qui rend les Smart Contrats "intelligents", cependant, c'est que les conditions sont établies et exécutées sous forme de code fonctionnant sur une blockchain, plutôt que sur un papier posé sur le bureau d'un avocat. Les Smart Contrats s'appuient sur l'idée de base du Bitcoin - envoyer et recevoir de l'argent sans "intermédiaire de confiance" comme une banque au milieu - pour permettre d'automatiser et de décentraliser en toute sécurité pratiquement n'importe quel type d'accord ou de transaction, quelle que soit sa complexité. Et parce qu'ils fonctionnent sur une blockchain comme Ethereum, ils offrent sécurité, fiabilité et accessibilité sans frontières. (Source Coinbase)


De la même façon que n’importe qui peut ouvrir un compte sur une plateforme d’achat et de trading en ligne, y mettre son numéro de carte de crédit ou y faire un virement bancaire pour acheter des actions Tesla ou Apple, il existe des plateformes de trading en ligne avec exactement les mêmes interfaces copiées/collées qui permettent de faire les mêmes opérations d’achat, de vente et de trading de Cryptos Monnaies. Si vous savez utiliser une plateforme de trading d’actions, vous savez utiliser une plateforme de trading de Cryptos Monnaies. C’est absolument identique à une petite différence près : Je ne suis pas sûr qu’une plateforme de trading d’actions envoie chez vous les certificats papiers avec le cachet de cire des actions Apple que vous avez acheté. Si votre banque ou votre plateforme de trading d’actions ferme du jour au lendemain, je ne suis pas sûr de comment vous allez récupérer et votre argent et vos actions. Pour les Cryptos Monnaies c’est pareil, tant qu’elles sont dans la plateforme de trading, elles sont en danger car cette dernière pourrait fermer. En revanche vous pouvez les retirer de la plateforme de trading et les placer dans votre propre Digital Wallet qui est une longue série de chiffres et de lettres. Au fait, quand vous mettez des Crypto Monnaies dans votre Digital Wallet, vous ne les retirez pas de la Blockchain, vous donnez simplement l’information à tout le monde que tous ces numéros de série de Bitcoins sont associés à ce porte-monnaie et personne ne peut les utiliser ou y changer quoi que ce soit car seul vous en avez les clefs. Souvenez-vous que chaque plus petite unité de Bitcoin, chaque Satoshi donc possède un numéro de série unique. Vous n’avez pas de la Crypto Monnaie en vrac, vous avez exactement certains numéros de série de Satoshi en main et ils sont parfaitement traçables en temps réel contrairement à des billets de banques dont les numéros de séries ne sont traçables que quand ils sont vérifiés au comptoir d’une banque.

En parlant de plateformes de trading de Cryptos Monnaies, il en existe deux sortes. Celles qui sont connectées au système bancaire mondial pour pouvoir déposer et retirer des Dollars ou Euros par exemple et qui par conséquent se doivent de connaitre l’identité complète de chacun de leur client. On appelle ce processus le KYC (Know Your Customer). Les plateformes qui elles ne sont pas connectées au système bancaire ne peuvent pas recevoir de cash et ne peuvent trader que des Cryptos Monnaies que vous avez déjà et que vous allez transférer chez elles. En Général, ces dernières plateformes n’ont pas de KYC, une adresse email suffit pour s’enregistrer. C’est l’idéal pour trader des Cryptos Monnaies de façon "relativement" anonyme, sachant que rien ne l’est vraiment longtemps sur les Blockchains de Cryptos Monnaies.

La Blockchain Bitcoin ou Ethereum sont par définition totalement transparentes et tout le monde sur la planète peut la télécharger tout entière et voir son contenu depuis le début. Concernant les Cryptos Monnaies hébergées sur la Blockchain Bitcoin, et afin d'avoir un peu d'anonymat, il n'y a pas de nom sur votre Digital Wallet, c'est juste une longue chaîne de lettres et de chiffres. Ainsi, avec le bon outil, même si vous ne savez pas à qui appartient ce portefeuille, vous pouvez vérifier absolument toutes ses transactions. Et comme pour notre exemple avec la banque, seules les plateformes de trading de Cryptos Monnaies savent le nom des clients associé à tel Digital Wallet. Ce qui veut dire que si un état décide de tracer les opérations sur la blockchain Bitcoin ou Ethereum et qu’à un moment donné on arrive sur le Digital Wallet d’un client d’une plateforme de trading avec KYC, l’état en question pourra demander l’identité du client à la plateforme qui n’aura d’autres choix que d’accepter.

Il est possible de se créer en ligne un Digital Wallet totalement anonymement en quelques minutes. Du coup, si demain je commence à miner la Blockchain Bitcoin dans mon garage et que je dépose mes récompenses sur ce Digital Wallet anonyme, l’état peu bel et bien voir ce qu’il y a dedans, mais il ne sait ni où ni qui je suis et ne peux pas me taxer. En revanche, il peut faire bien pire : Demander à toutes les plateformes de trading de Cryptos Monnaies avec KYC et même les grosses boutiques en lignes qui accepteraient des Bitcoins comme Amazon ou Tesla de ne pas accepter certains numéros de série. Je me retrouve donc avec des Bitcoins marqués et inutilisables. Je peux les faire fructifier sur une plateforme sans KYC qui me les acceptera certainement, mais il me sera impossible de les convertir en USD ou en Euros car les seules portes de sortie sont les plateformes avec KYC car reliées au système bancaire. Les Cryptos monnaies sont bel et bien un outil de surveillance de masse, un vrai bonheur pour les états. D’un coup d’un seul, tout le discourt de fongibilité des Bitcoin tombe à l’eau car un certain Bitcoin non marqué peut ne pas valoir la même chose qu’un autre qui serait marqué. Imaginez que votre cousin vous transfert des Bitcoins et qu’un jour la police débarque chez vous pour vous demander comment ce fait-t-il que vous ayez en votre possession des Bitcoins dont certains numéros de série ont transité il y a 2 ans par le Digital Wallet d’un contrebandier ? Non seulement vous aurez à répondre de ça, mais en plus vos Bitcoins seront Blacklisté partout. Donc toutes les théories du complot qui expliquent que le Bitcoin est utilisé pour financer le terrorisme sont totalement fausse. Le terrorisme se finance avec des valises de billets vert et des virements bancaires effectués par des individus en costume cravate dans des banques officielles spécialisées.

Il existe à travers le monde, généralement dispersé dans des centres commerciaux des genre de distributeurs de billets à l’envers, c’est-à-dire des machines dans lesquels on met des billets de banques et on achète des Bitcoins ou autres que l’on transfert sur son Digital Wallet créé anonymement en ligne. Voici une manière anonyme de convertir des billets de banques en Cryptos Monnaies mais attention, les frais et les taux de conversions de ces machines sont généralement assez élevés ce qui n’est pas très grave dans la mesure où les Cryptos Monnaies prennent beaucoup.

Comme nous l'avons vu juste avant, nous pouvons utiliser une blockchain pour valider de nombreux types de transactions différentes. Ainsi, depuis des années maintenant, des milliers de nouvelles crypto-monnaies ont été créées avec un objectif/une histoire spéciale pour attirer leur public à acheter leurs pièces. Très rares sont les crypto-monnaies qui ont leur propre blockchain. Habituellement, elles s’appuient sur la blockchain du Bitcoin ou de l'Ethereum, ces dernières étant minées par des centaines de millions d’ordinateurs. Certaines crypto-monnaies seront développées comme jetons pour jouer dans des casinos virtuels, d’autres pour financer des projets, d’autres encore pour créer des Blockchains spécialisées dans certains types d’opérations informatiques… Certaines Crypto Monnaies comme le Dogecoin n'ont absolument aucun but autre que de troller le système. On pourrait considérer que le Dogecoin est une œuvre d’art, une plaisanterie numérique et que plein de personnes en ont acheté.

Les crypto-monnaies sont comme des startups, il y en a des milliers sur le marché. 95 %, peut-être 99 % ne réussiront jamais ou ne rencontreront pas leur public. Nous les appelons "Shit Coins". Tous ne sont pas répertoriés sur toutes les plateformes de trading. Les petites Cryptos Monnaies qui n'ont pas un volume d'échange quotidien suffisant pour être rentables sur les grandes plateformes comme Binance, se retrouvent sur de plus petites plateformes moins connues sans KYC.

Pour ma part je fais le pari, et ce n’est en aucun cas un conseil en placement financier, je fais donc le pari que dans les années à venir, quand quelques personnes se seront faites redressée par le FISC sur des Bitcoins, il y aura un basculement vers des Cryptos Monnaies qui sont anonymes par défaut. Il en existe à ce jour deux qui semblent assez sérieuses, le Monero (XMR) et le Pirate Chain (ARRR) dont les Blockchains sont entièrement encryptées et ne permettent aucun traçage. La Blockchain Bitcoin servira de moteur pour plein de projets qui ne nécessitent pas l’anonymat, mais concernant l’argent, les gens basculeront vers des Cryptos Monnaies anonymes par défaut histoire d’échapper au contrôle des états. Je ferais aussi confiance à des Crytpos comme DERO ou XEQ qui sont spécialisées dans la création de smart contrats anonymes.

En conclusion : Imaginez les problèmes qu’une blockchain bien implémenté résoudrait dans la vie de tous les jours. Imaginez un système incorruptible qui pour tout ce qui est important interdirait à quiconque de falsifier ou de mentir, une société sans mensonge possible, pour les uns comme pour les autres. Pour les états qui ont toujours une petite tendance à jouer avec les chiffres quand ça les arrange, et pour les complotistes qui voient des manipulations partout dès qu’un chiffre semble douteux ou sortant de la bouche d’un politique qui a déjà retourné sa veste 5 fois depuis sa sortie de l’ENA. Aujourd’hui on a l’état qui joue ce rôle de "garant de la vérité et de la bien pensance", et on sait à quel point il est humain et donc corruptible.

Vous commencez à comprendre la beauté de la Truth Machine ? Une société qui fonctionnerait presque sans état, sans gouvernement, où les peuples s’administrent seuls, en toute transparence, en confiance, sans dette, sans inflation et dont la valeur de la monnaie ne baisse pas.

Le plus beau dans tout ça, c’est qu’une fois une Blockchain mise en route, elle échappe totalement à ces concepteurs et appartient à la communauté des gens qui la minent c’est-à-dire tout le monde. Cerise sur le gâteau, elle est quasiment impossible à arrêter car elle n’appartient à personne et à tout le monde en même temps, et il n’existe aucun bouton d’arrêt d’urgence. Elle est vivante tant qu’il y aura, dispersés à travers le monde, des ordinateurs pour miner. Le Bitcoin n’est en fait que l’arbre qui cache la forêt et la véritable révolution. Retenez ce nom : Truth Machine.

Et pour vous remercier d'avoir tout lu, je vous partage une petite vidéo de Hong Kong....


Poster un commentaire

6 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Bruno Koegler lundi, 29 novembre 2021 23:38 Posté par Bruno K

    Il y a un truc ki me chagrine, la BC BC etc c et le livre de toutes les transactions juska numeroter chaque satoshi et par la ou il est passe depuis son minage... Mais ca devient une salade immense alors que l on a meme pas encore commence serieusement a utiliser le BTC comme monnaie d echanges pour la baguette etc ? Tu t imagines de combien ca grossirait versus des une adoption un peu generalisee versus la ?
    Autre pont, les machines qui avalent les US$ pour conversion en BTC, ils scannent les nr des billets aussi et gardent l info comme acte d achat a vie du BTC echange contre ?

  • Lien vers le commentaire Bruno Napoli jeudi, 18 novembre 2021 00:53 Posté par bruno@napoli.fr

    Bonjour Christian, 
    Je vais super bien et toi? Mais ma situation ne c'est jamais dégradée en fait. C'est volontairement que je suis toujours en mode super light et que je vis d'hotel en hotel qvec toute ma vie dans 3 valises.
    Ce n'est pas exclu qu'ils mettent en compétition leurs ordi Quantiques contre la puissance de calcul de tous les mineurs de monde, mqis est'ce que l'esprit quantique acceptera? Plus que jamais, nous sommes dans une guerre spirituelle... Les prochaines années seront très intéressantes à vivre.
    BN

  • Lien vers le commentaire Ohibo Christain mercredi, 17 novembre 2021 21:00 Posté par Ohibo Christain

    Bonsoir Bruno,
    j'espère que ta situation personnelle s'est améliorée.

    J'ai l'impression que les Huiles qui nous veulent du bien vont pousser le quantum pour flinguer ces technologies l'air de rien ...

    Bye

     Ohibo Christain

  • Lien vers le commentaire Nery mercredi, 17 novembre 2021 12:12 Posté par Nery

    Mission accomplie ;) 

  • Lien vers le commentaire Bruno Napoli mercredi, 17 novembre 2021 09:24 Posté par bruno@napoli.fr

    Merci Nery, ça faisait un bout de temps que je voulais aussi mettre les choses à plat dans ma tête, et ce papier m'a aidé à le faire. J'espère aider aussi à débunker quelques fausses idées sur les Cryptos.

  • Lien vers le commentaire Nery mercredi, 17 novembre 2021 09:01 Posté par Nery

    Chapeau!! Bel article, sacré travail!