Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Gilles Janssen

Gilles Janssen

Amoureux de la vie et passionné par la finance, ma conception de la vie est qu’elle ne se vit pleinement qu’à condition d’être libre, càd libre de nos schémas mentaux et donc également des attentes diverses, internes et externes, qui pèsent sur nous. Est-ce réellement atteignable ? Aucune certitude… mais s’en rapprocher me passionne.

Chacun doit construire sa vérité, que ce soit en ce qui concerne la gestion de son patrimoine ou dans la vie en général, et j’espère que mes réflexions vous permettront d’enrichir les vôtres.

« L’expérience compte plus que le résultat… …qui de toute façon nous dépasse et ne nous appartient pas »


Me contacter :

gilles321@protonmail.com






 

promospeciale

L'Amour du vide et le sens de la vie

Audience de l'article : 662 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
L’article est la suite de mon précédent article traitant de la peur du vide et du sens de la vie.


Nous en étions restés sur une perspective nous invitant à abandonner la question du sens de la vie et en nous demandant comment traiter cette peur du vide. Puisque tout semble partir de cette peur du vide et de l’inconnu, il semblerait logique que sans cette peur, nous serions nettement plus libres de nos choix. Alors commençons par nous interroger sur ce qui détruit la peur en général ?

Les bouddhistes disent qu’il n'y a que deux mots dans le langage de l'âme : La peur et l'Amour. La peur est l'énergie qui contracte et blesse, l'Amour est l'énergie qui ouvre et guérit. Chaque pensée, parole ou action est fondée sur l'une ou l'autre émotion. Ils ajoutent qu’il n'y a pas d'autre choix mais que nous sommes libres de choisir entre les deux.

Le choix est donc simple : La peur du vide ou l’Amour de ce vide. Et, comme toujours, si ce que nous observons ne nous plaît pas, il convient de changer notre perspective : si l’Amour de ce vide était justement ce qui rendrait notre vie si belle et passionnante à vivre ?

Ce n’est évidemment pas un changement qui se fait en quelques minutes, bien au contraire, mais en prenant le temps d’y réfléchir, j’ai pu constater que c’était là une des clés de mon épanouissement.

Accepter la présence du vide, c’est accepter que notre vie n’ait pas de but. On serait ici pour faire des expériences… …et pas n’importe lesquelles : exactement celles qu’on choisit de faire ! Si ça ce n’est pas génial ! Pas besoin de chercher un créateur dans les nuages ! Nous avions déjà abordé ce sujet dans cette série d’articlesJe ne vais pas revenir dessus (je vous invite à vous y replonger au besoin) mais en profiter pour apporter un nouvel éclairage suite à ma découverte des travaux de Joe Dispenza.

Tout d’abord, je vais essayer de mieux clarifier l’intérêt de la découverte d’Einstein : E = MC2, càd que la matière = de l'énergie x une constante au carré. L’applicabilité de cette découverte sur l’homme (cf. question en commentaire dans l’article) est assez logique. Cette découverte concerne des particules subatomiques et étant nous même composés de particules subatomiques, comment cette relation pourrait-elle ne pas s’appliquer à notre échelle ? Cela peut paraître une réponse de Normand mais cela a pourtant été confirmé par différentes expériences comme celle de Leonard Leibovici (si l’impact sur la mortalité n’est pas significatif, il l’est sur la durée du séjour en hôpital et la durée de fièvre) et  Glen Rein

Ces expériences démontrent bien un impact sur le plan cellulaire généré par l'intention (énergie). Les expériences de Glen Rein sont particulièrement intéressantes car elles mettent en lumière que :

In the trials in which individuals practiced in HeartMath techniques were instructed to generate feelings of love and appreciation while holding a specific intention to cause a change in the DNA (either wind or unwind), there was an increase in heart coherence (with the specific type of coherence varying among different participants). There was also a significant change in the conformation of the DNA (mean change 10.27%, p < 0.01). In some cases, changes in DNA conformation of up to 25% were observed, indicating a very robust effect.

Pour qu’il y ait un changement dans la matière, il faut donc non seulement un sentiment d’Amour -tiens, le revoilà !- et de gratitude, mais également une intention claire.

On continuera de creuser tout cela prochainement...
Poster un commentaire