Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

Le carnet d'ordre en pratique, déchiffrer les zones (Partie 1/3)

Audience de l'article : 2695 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction

Le carnet d’ordres comme plate-forme intégrée de passation et de lecture/interprétation du marché

 

Le carnet d’ordres est un espace virtuel construit sur une base rationnelle de recherche d’efficacité ; il faut, sur un espace réduit, concentrer et organiser de façon claire et rationnelle toutes les informations nécessaires au trader pour pouvoir passer un ordre de Bourse et éventuellement lire et interpréter correctement les données renvoyées par le marché en temps réel.

Beaucoup d’intervenants particuliers pensent que cette plate-forme ne sert qu’à entrer des ordres d’achat et de vente, de vente à découvert et de rachat de position short ; mais ce n’est pas la fonction la plus pertinente du carnet ; il est, avant toute chose, une tableau de lecture en continu et en temps réel des échanges sur un titre et des rapports de force sur le marché entre acheteurs et vendeurs, en fonction des quantités et du prix.

 

Une fonction de lecture et d’interprétation

 

Le carnet est l’outil technique boursier le plus mal connu et sans doute le moins utilisé ; le secret des tape readers, c’est d’avoir su faire de cette plate-forme technique de passation un instrument de trading à part entière, en prise directe avec le marché et les échanges réels, alors que les représentations graphiques, pourtant bien plus utilisées par la communauté des traders, ne font qu’actualiser, après-coup, ce qui vient de se passer au carnet ; un carnet lisible bien interprété peut, dans certaines situations, permettre d’anticiper la suite d’un mouvement de cours.

Que peut-on lire sur le carnet ? La volatilité du cours en pourcentage et en valeur absolue tout d’abord, et les quantités échangées entre les intervenants ; comme nous le verrons plus loin avec Vincent à la manœuvre, un tas d’autres informations pertinentes qui feront la différence avec les autres traders.

Que peut-on interpréter au carnet ? Savoir qui a la main (?), les acheteurs et le cours va monter, les vendeurs et le cours va baisser ; évaluer la force réelle sous-jacente d’un mouvement sur un titre et sa capacité à se poursuivre dans le temps.

 

Une fonction de passation d’ordre de Bourse

La fonction première du carnet, c’est bien de passer des ordres ; de simple outil de transmission/d’enregistrement/validation d’une transaction, il peut cependant devenir  l’instrument/l’outil d’un trading à part entière ! L’avantage du carnet, c’est qu’il intègre complètement les deux fonctions de plate-forme de passation d’ordres et d’outil technique de trading ; il cumule l’avantage d’être un instrument de trading deux en un, ce qui facilite le travail du tape reader qui n’a pas besoin de passer d’un logiciel à un autre (analyse graphique : chartiste et/ou technique ; lecture bougiste ; passation d’ordre d’achat ou de vente, etc.), mais qui a tout sous les yeux en un tableau unique et synthétique qui lui permet de prendre une décision et d’envoyer un ordre d’exécution de suite.

Une spécialisation spatiale basée sur le principe du zonage/zoning

 

Tentative de définition de la notion…

Le zonage est une spécialisation spatiale des activités (ici des informations) qui, à partir d’un découpage rationnel et systématique du terrain, permet de concentrer des pôles en fonction de leurs spécificités respectives et de leur complémentarité fonctionnelle : zone résidentielle, zone d’activité concertée, zone industrielle, zone tertiaire, zone culturelle, de loisir ou de consommation, etc.

 

Le zoning du carnet d’ordres

Pour le carnet d’ordres, cette construction rationnelle de l’espace virtuel doit être intégréé et lisible : avoir l’essentiel des informations pertinentes sous les yeux, organisées de façon logique, pouvoir en même temps passer les ordres de Bourse de façon rapide.

Prenons les différents axes de construction des carnets Dubus, que nous allons détailler :

Les informations contextuelles [1] : heure à la seconde ; mnémo ; nom de la valeur ; code isin/sicovam ; infos ; mini ; seuil hausse/seuil baisse ; cac40 (cours indiciel, variation pourcentage, heure à la seconde).

Les données relatives au prix et à la quantité [2] : cours au dernier échange (cours en euro avec cent, variation en pourcentage) ; dernier volume (échangé) ; plus haut/plus bas en valeur absolue ; états ; cours d’ouverture de séance en euros ; cours de clôture de la dernière séance en euros ; volume (total cumulé en séance).

La zone de saisie pour la passation de l’ordre [3] : code isin/sicovam de la valeur ; sens (achat ou vente) ; type d’ordre (au marché/ATP, meilleure limite, limité, à seuil ou plage de déclenchement, etc.) ; quantité ; limite 1/limite 2 ; validité ; règlement ; place ; tester ; valider.

La barre de sélection du menu avec onglets [4] : suivi opération ; carnet d’ordres ; infos valeur ; soldes ; portefeuille ; messagerie ; alertes ; configuration ; file d’attente ; quitter.

Le carnet en lui-même [5] : nombre d’ordres ; quantité de titres disponibles à cours limité ; quantité totale à l’achat et à la vente à cours limité ; cours où des ordres limités sont postés ; les cinq meilleures limites à l’achat/demande à gauche et les cinq meilleures limites à la vente/offre à droite ; le spread ou la fourchette des deux meilleures limites à l’achat et à la vente.

Les dernières transactions [6] : les dix dernières transactions ; le dernier cours de la dernière transaction ; les dix derniers échanges dans le temps ; les dix derniers cours de transaction ; quantité échangée à l’achat ou à la vente lors des dix dernières transactions ; PMA ; PMV ; T. bloc.

Le graphe et autour du graphe [7] : la courbe dans son repère orthonormé ; droite de la clôture de la dernière séance ; droite de l’ouverture de la séance du jour ;  barre des tâches graphe : visu, courbe, data, spécial ;            utiliser/historique ; autres onglets : exporter ; axes ; grillage ; monochrome ; détacher.

 

Carnet d’ordres Soitec le 23 novembre 2006 à 11 :40 :06

(Source : www.dubus.fr)

Voici donc le carnet retenu pour la description systématique ; il s’agit de la valeur Soitec qui est vraisemblablement le titre le plus tradé par Vincent ces dernières années, avec Ubisoft Entertainment ; cette copie d’écran s’est faite en séance alors que la description des carnets en préouverture ou après clôture se fera plus loin dans l’ouvrage ; donnons lui maintenant la parole …

Heure à la seconde 

Ma technique de trading est un travail de chirurgie fine au carnet ; la précision est donc essentielle et il ne faut pas y aller en gros ou à la louche ; je mets donc  une horloge sur mon bureau (www.time.gov), ce qui me donne un repère précis important, en particulier pour les fixings d’ouverture/clôture qui déterminent le prix de la première et de la dernière transaction en séance ; même en rafraîchissant régulièrement, il y a toujours un petit décalage de quelques secondes entre l’affichage professionnel et celui d’un trader domestique, le temps que le flux passe dans les tuyaux ; le fixing d’ouverture peut également subir un léger décalage de quelques secondes car toutes les valeurs ne sont pas cotées simultanément ou instantanément à 9 :00 :00 mais plutôt successivement, par paquets.

 

Mnémo/nom de la valeur

Je ne fonctionne que sur les mnémos que je connais par cœur à force de les utiliser ; c’est juste deux ou trois lettres souvent logiques donc plutôt facile à retenir ; c’est un important gain de temps, car écrire le code complet ou le nom peut être bien lourd à gérer ; par exemple, pour Soitec c’est SOI, pour Ubisoft Entertainment c’est UBI et pour Infogrames c’est IFG, pas trop compliqué donc ; pour d’autres valeurs c’est moins mnémotechnique, comme FR pour Valeo, GA pour Géophysique, EO pour Faurecia, etc.

 

Code isin/sicovam

Je n’utilise pas cette info car c’est trop long : dix chiffres avec deux lettres dedans c’est beaucoup trop lourd pour un day trader ; le code sicovam est plus ancien et presque plus utilisé, c’est un reliquat des années 80/90 ! Le code ISIN est plus récent mais aussi lourd en pratique ; le mnémo, c’est ce qu’il y a de mieux.

 

Infos

Les news données par cet onglets sont de type général et ne me concernent pas vraiment : la valeur appartient-elle au SRD ? Peut-on la mettre en PEA ? Les volumes de la veille, etc. ; tout ça je le sais déjà ; les infos day utiles sur les valeurs, je vais les chercher sur investir.fr : les head lines en front page de préouv’, vers 8h50.

 

Mini 

C’est un mini carnet qui permet de suivre plusieurs valeurs en même temps, en les affichant simultanément à l’écran, sans avoir un carnet complet qui prend plus de place ; je peux ainsi choisir ce que je veux afficher : les dernières transactions effectuées, la passation d’ordres et le graphe intraday par exemple, comme carnet basique ; c’est vraiment pratique car je vois ce qui se passe en temps réel et sur plusieurs valeurs, d’un simple coup d’œil.

 

Seuil hausse/seuil baisse

Importante info qui permet de voir si une valeur est réservée ou non ; il y a trois niveaux de résa ou réservation (à la hausse comme à la baisse) : la valeur est d’abord gelée pendant quelques secondes, puis suspendue, puis réservée à la hausse ou la baisse ; avant le fixing d’ouverture de 9h00, le seuil haut et bas sont positionnés à plus ou moins 10% du cours de clôture de la dernière séance ; après 9h00, ces seuils de plus ou moins dix pour cent sont calculés à partir du prix d’ouverture ; ces niveaux de prix de temporisation électronique permettent de limiter la volatilité en séance en amortissant les excès haussiers ou baissiers du marché ; pour nous day traders, cela est plutôt un limitateur de vol’, ce qui n’est, a priori, pas trop bon pour nous, et parfois même franchement gênant, car si une valeur est trop volatile, on risque de se retrouver coincé dessus en suspension/réservation, en attente de reprise de cotation ; cela peut être assez stressant car on ne sait pas, a priori, comment ça va recoter et dans quel sens ça va partir ?

 

CAC40 : cours indiciel, variation pourcentage, heure à la seconde

Je le regarde un peu pour voir la tendance du marché ; l’heure est actualisée toutes les trente secondes ; pour moi ce n’est pas une info essentielle, mais bon… j’ai une petite idée de la tendance en intraday ; pour l’heure à la seconde, j’affiche une horloge officielle bien plus précise. 

Cours au dernier échange (cours en euro avec cent, variation en pourcentage) 

C’est la dernière cotation, dernier cours connu actualisé ; c’est le prix auquel s’est fait le dernier échange au carnet ; on retrouve cette info aux dernières transactions à droite du carnet, théoriquement aux mêmes conditions de prix et de pourcentage, sauf s’il y a un décalage dans l’affichage des données, ce qui arrive parfois car l’actualisation est en léger décalage, on doit alors rafraîchir régulièrement.

 

Dernier volume (échangé) 

Je ne m’y intéresse pas du tout car ça change tout le temps sur une valeur liquide, vraiment je ne me suis jamais occupé de cette donnée stat ; en fait, les derniers volumes que je suis sont aux dernières transactions et ça ferait double emploi pour moi ; il faut être bien conscient que certaines données au carnet sont redondantes et ne sont là que pour renforcer, en dédoublant une autre info déjà présente, un peu comme sur le tableau de bord d’un avion où les données sont présentées deux fois ; mentalement, j’ai déjà zappé certaines données inutiles pour moi, en faisant le tri de ce qui m’intéresse et de ce qui est inutile ; on doit rationaliser son approche et se concentrer sur ce qui est vraiment pertinent du point de vue du day trading.

 

Plus haut/plus bas en valeur absolue 

Les extrema/minima en séance sont très importants pour moi et je m’en sers donc beaucoup ; ils peuvent correspondre à des mini supports ou résistances intraday, sur lesquels je vais entrer ou sortir, pour jouer les breaks  par exemple ; ça peut donner une représentation de la fourchette de prix dans laquelle la valeur évolue ; c’est l’écart, en valeur absolue, des points extrêmes en séance, qui donne une idée de la volatilité ; ce jour-là l’écart était faible, environ 1,50%, ce qui ne présentait pas beaucoup d’intérêt pour un day trader, car finalement, la volatilité est restée faible.

 

Etats ( ) 

Je n’utilise pas cette information, dont je ne maîtrise pas le contenu d’ailleurs ; ça fait partie des données au carnet, dont j’ignore tout ?

Cours d’ouverture de séance en euros et cours de clôture de la dernière séance en euros

 

 Voilà des informations très pertinentes dans mon mode d’intervention : pour moi, ce sont des repères d’évolution du cours en intraday ; un cours d’ouverture du jour et un cours de clôture de la veille peuvent avoir des implications fortes si l’un des deux, ou les deux, sont cassés dans le même sens ; ils peuvent constituer des points d’appui ou des signaux pour entrer long ou short dans un carnet ; ils peuvent être utilisés comme mini support ou mini résistance intraday, contre lesquels le cours peut : soit venir rebondir contre eux et repartir en sens inverse, soit venir les casser et accélérer son mouvement, surtout si cette rupture a lieu dans le même sens et/ou successivement ou simultanément ; pour moi c’est sûr, c’est vraiment un des plus gros indicateurs de tendance à court terme avec les volumes et la volatilité !

 

Volume (total cumulé en séance).

Une autre variable importante dans mon trading ; si les volumes explosent vraiment c’est que la valeur est travaillée fortement et donc qu’il se passe quelque chose dessus ; l’idéal est d’être vraiment au début de la hausse des volumes pour être dans les premiers à prendre position et donc être en avance sur le troupeau. Ce sous-ensemble ou module que nous venons de traiter (les données relatives au prix et aux quantités/2) est essentiel dans mon trading : il rassemble en effet, presque toutes les variables nécessaires : volumes/volat’/cours de clôture et cours d’ouverture ; il manque juste le niveau de remplissage du carnet pour anticiper la sortie, et les dernières transactions pour évaluer la vitesse d’échange des titres et le qui-tape-qui ?

 

Vincent Baron

Extrait de l'ouvrage :

http://www.edouardvalys.com/livre-vincentbaron.jsp

Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire london511 jeudi, 24 mars 2011 13:07 Posté par london511

    Lorsque vous passiez vos ordres sur action vos frais étaient ils de 0.20% (aller-retour) du montant global comme le proposent les courtiers actuellement ou possédiez-vous un courtier avec des frais réduits?
    Merci