Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)

Mon money management (Partie 3)

Audience de l'article : 2472 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

 Quelques remarques prudentielles finales…

 

Au terme de ces remarques de Vincent, je tenais à préciser un certain nombre d’éléments psychosociologiques et philosophiques qui me semblaient importants, dans l’observation comparée des approches prudentielles de Sylvain Duport et Vincent Baron.

 

La prudence c’est l’art de bien choisir, de faire des choix judicieux, c’est à dire d’arbitrer entre plusieurs options possibles, pour ne retenir que les meilleures, en tout cas les moins mauvaises ; mais c’est aussi la capacité à se retenir et ne pas se surexposer excéssivement et inutilement ; cette prudence suppose que l’on ne soit pas naïf pour se laisser embarquer sur le premier mouvement, sans distinction ni discernement ; faire preuve d’une certaine réserve et d’une distanciation par rapport au marché et ne pas suréagir au moindre signal faible ou contrarien ; laisser filer, rester tranquille, attendre des confirmations etc.

 

En trading le courage s’appelle souvent la fuite (sortie anticipée du marché), plutôt que l’entêtement et le jusqu’auboutisme ; entrenir des rancunes ou un esprit de revanche sur certains coups ou certaines valeurs ne mêne souvent à rien en trading, sinon à accroître ses pertes ! Les contre réactions du marché peuvent être violentes et trader dans la passion sans recul ni maîtrise de soi coûte le plus souvent très cher ; de même ne rien faire, lorsqu’il n’y a rien à faire en raison du manque de lisibilité du marché est souvent la meilleure option.

 

Encaisser des retournements partiels et ne pas couper de façon immédiate est un signe de maturité en trading : subir des consolidations pour avoir eu raison un peu trop tôt et faire le gros dos en attendant la réalisation de son hypothèse initiale, tant que celle-ci n’est pas clairement invalidée ; les fortes tendances ont souvent une certaine inertie (résistance au retournement/inversion de trend à moyen et long termes) et sauf accident fondamental, le marché ne se retourne pas du jour au lendemain : une tendance solidement installée résiste.

Par contre il faut savoir également se couper la main pour ne pas y laisser le bras, car il y a des situations techniques qui ne sont plus récupérables et mieux vaut alors sortir du jeu blessé avec sa perte que mort en y laissant son capital !

 

Dans l’analyse prudentielle des approches de Sylvain et Vincent, la question du timing d’intervention est fondatrice : guetter l’occasion favorable, la bonne ouverture ou la fenêtre de tir etc. ; l’attente opportuniste, la stratégie d’affût sont souvent payantes ; c’est une attitude active de veille informationnelle ou technique qui permet d’ajuster son point d’entrée sur une valeur.

 

L’homme prudent a cependant une attitude active : il saisit l’occasion certes, mais souvent il la provoque, il la construit et la fabrique ; il possède le sens de l’occasion irréversible, au moment de l’apparition du point de rupture (turning point), qui inverse définitivement la situation à son profit ! Il a l’art de la dissimulation, il sait cacher son jeu en attente de la configuration favorable ; mais si provoquer l’occasion est parfois possible, forcer le trade est le plus souvent dommageable ; le trader n’est pas seul à faire le marché, il se heurte à des intérêts divergents et des forces de marché bien plus puissantes que lui.

 

L’intelligence des situations de marché est nécessaire comme un préalable fonctionnel en trading ; les procédures informatiques automatisées ne remplaceront jamais la capacité d’analyse humaine d’une configuration multifactorielle contextuelle, croisant les analyses fondamentale, technique, psychologique, le rapport de force entre acheteurs et vendeurs etc.

 

Le trader prudent est l’homme de l’occasion, de l’opportunité ; c’est un homme disponible et sans a priori : observation, ouverture, accueil etc. ; entre retrait et intervention, entre rationalité et analyse contrarienne ; homme embusqué, homme rusé, chasseur et pêcheur en même temps.

 

Déceler dans le présent les chances et potentialités pour l’avenir : scénarii déjà validés par le passé, configurations favorables : pour jouer la hausse dans un marché bull, le rattrapage technique d’un titre ayant préalablement fortement baissé, mais dont les fondamentaux à moyen terme se sont brusquement retournés favorablement.

 

Aptitude au compromis, à l’arrangement avec le marché ; construction et reconstruction de la réalité ; capacité à déminer une situation compromise initialement par une mauvaise entrée ; adaptation à la contingence (futur contingent), à l’accidentalité, à l’aléa structurel, à l’incertitude intrinsèque des marchés : ce qu’on n’aurait pas pu prévoir de toute façon comme le profit warning, l’attentat etc. ; accomodation et ajustement permanents aux variations aléatoires et chaotiques etc.

 

Les expériences de Sylvain ou Vincent montrent qu’en trading les approches directes les plus simples sont les plus efficaces ; plus les moyens pour atteindre son but sont détournés, plus ils s’éloignent de leur objectif et plus on retarde le temps de l’atteindre, en introduisant de l’incertitude et de l’inattendu, qui fragilisent la construction de l’hypothèse initiale ; les stratégies de trading multifactorielles trop complexes sont souvent prises à contre pieds, parce qu’elles sont imprudentes par excès de suranticipation projective sur le marché ; les constructions hypothétiques rationnelles sont souvent invalidées par des perturbations inattendues et imprévisibles ; cela ne se passe pas comme on l’avait prévu !

 

Le rapport moyen/fin a intérêt à être un rapport direct ; les stratégies de court et moyen termes ou les tactiques de court terme/intraday gagnent à être simples et cohérentes plutôt qu’imbriquées et tordues ! Proportionner la fin aux moyens disponibles, mais aussi les moyens à la fin ; agir directement et sans trop de calcul lorsque l’occurrence ou l’occasion se présente clairement.

 

L’homme prudent est celui qui attend de connaître et de comprendre son terrain d’action, mais une fois qu’il en a saisi son fonctionnement agit de façon directe au plus près de la réalité ; plus il y a de distance entre la fin et les moyens, plus il y a d’incertitude et d’imprévisibilité ; la délibération initiale et l’arbitrage final sont déterminants à ce niveau ; l’homme prudent sait garder raison en évaluant ce qui est possible et ce qui ne l’est pas ou ce qui ne l’est plus ; le choix est rationnel, même dans un environnement risqué et chaotique ; son approche est informée (analyse fondamentale) et armée (analyse graphique) ; conservation de l’esprit critique et refus de l’imprudence du quitte ou double sur un coup de dé !

 

Le fonctionnement prudentiel a une dimension économique d’un point de vue psychologique, par la recherche d’une réduction de la tension et de la dépense énergétique liées au trading : analyse multifactorielle complexe et immédiate ; portage intraday ou overnight de titres volatils ; risque de marché continu et permanent etc.

 

Dans l’impossibilité d’anticiper et de maîtriser l’avenir (les aléas de la prédiction boursière), Sylvain et Vincent ont respectivement choisi de limiter leur espace temporel au court terme et à l’intraday ; ils agissent dans le proche en vue du lointain avec une bonne résistance psychologique à l’épreuve, ainsi qu’une solide capacité d’encaissement des à coups du marché et des pertes qui ébranlent la confiance en soi et dans son mode d’intervention ; Vincent l’habile agit dans l’instant sur le très court terme/intraday, alors que Sylvain le prudent s’en tient à un pilotage à vue sur le court terme.

 

Vincent Baron

Extrait de l'ouvrage :

http://www.eyrolles.com/Entreprise/Livre/vincent-baron-temoignage-d-un-trader-9782915401219

Poster un commentaire