Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)

Anticiper des entrées/sorties avec la liquidité du carnet

Audience de l'article : 1660 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

La problématique des quantités disponibles à l’achat et à la vente pour entrer et sortir au carnet
 
La question de la liquidité disponible en contrepartie au carnet est capitale pour taper suffisamment de titres au moment de la prise de position longue ou short, mais également au moment de la sortie : va-t-il trop impacter/écraser le carnet au moment du bouclage ou du débouclage de sa position et faire le cours tout seul ? Y aura-t-il suffisamment de titres pour être exécuté au prix souhaité à la meilleure limite ou en ATP ? Quel est le niveau du risque en cas de sortie anticipée de position ? C’est pourquoi je trade préférentiellement des valeurs SRD plus liquides.
En fait, les bons carnets pour ce type de trading, sont ceux qui ont suffisamment de titres pour être servis dans les quantités que l’on souhaite sans trop impacter le carnet (sinon on fait le cours tout seul, mais attention au moment de solder sa position), donc des carnets relativement liquides, mais ni trop liquides ni trop peu : les carnets vides (type petites valeurs au comptant) illiquides sont dangereux, car l’intervenant risque de trop les impacter dans un sens ou un autre ; enfin, les carnets trop liquides type blue chips du CAC, ne donnent pas assez de lisibilité/visibilité pour une interprétation fiable au tape reader.
 

Anticipation de la sortie de position et money management
 
Pour Vincent qui cherche d’abord et avant tout à protéger le capital, l’analyse des quantités disponibles pour entrer au carnet est insuffisante ; il cherchera à anticiper sa sortie de position en évaluant la contrepartie disponible/apparente en cas de solde précoce ?
 
Ainsi, avant de rentrer long sur un titre et donc aller taper les vendeurs au carnet, il va chercher à évaluer les quantités disponibles à l’achat, au cas où il devrait sortir prématurément de pose et aller taper les acheteurs, en tant que vendeur (vente de position longue) ; avant de rentrer short sur un titre et donc aller taper les acheteurs au carnet, il va chercher à évaluer les quantités disponibles à la vente, au cas où il devrait sortir prématurément de pose et aller taper les vendeurs en tant qu’acheteur (rachat de position short).
 
 
 

Illustration de la gestion quantitative anticipée au carnet d’ordres
 
 
 
Carnet d’ordres [a] Eiffage du 28 février 2007 à 9 :02 :45


Sur le print du carnet [a] : je prends position à l’ouverture, pariant sur un ramassage du titre, en sachant que ma position est protégée car je peux couper un peu au-dessus de 71 euros, les quantités à l’achat au carnet étant confortables : 2924 titres apparents entre 71.40 et 71.20 euros (flèche numéro 1) en légère perte ; si ça ne se passe pas bien, je tente le rebond sur forte baisse du titre (flèche numéro 2 : -7.41%) ; je rentre long pour 614 titres en trois fois : on voit ici mon dernier ordre d’achat passé pour 209 titres à la limite de 71.75 euros (flèche numéro 3).
 
Sur le print du carnet [b] : la position est moyennement lourde mais je préfère assurer le coup quand même, en me protégeant dès que je suis bouclé ! Au pire, si ça tourne mal pour moi au carnet, je la solde de suite : j’ai donc déjà préparé mon ordre de vente limité à 71 euros pour solder les 614 titres déjà achetés en trois fois, just in case (flèche numéro 1) ? Cet ordre limité, et non à seuil de déclenchement comme sont les ordres stop ASD, montre qu’il n’y a pas de danger à ce moment-là : je me contente de couvrir ma position en cas de retournement tout en soldant à un prix que je maîtrise, et pas à n’importe quel prix, ou au mieux ! Sur cette valeur SRD, les volumes étaient convenables ce jour-là, sans être excessifs (flèche numéro 2) : la valeur est restée liquide et lisible ; noter un défilement soutenu aux dernières transactions à la bande passante, avec une bonne visibilité : alternance de trois ventes à 71.40 euros (vendeurs tapant des acheteurs à gauche) et de deux achats à 71.60 euros (acheteurs tapant des vendeurs à droite) aux cinq dernières transactions, sans que l’on puisse dire à ce moment qui domine vraiment la situation (flèche numéro 3) ?
 
 
 
 
Carnet d’ordres [b] Eiffage du 28 février 2007 à 9 :02 :45


 

Vincent Baron

Extrait de l'ouvrage :

http://www.eyrolles.com/Entreprise/Livre/vincent-baron-temoignage-d-un-trader-9782915401219

Poster un commentaire