Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Claude Mathy

Claude Mathy

Si je dois résumer en quelques mots mon état d'esprit... je dirais que mon ambition première est de croire à la possibilité de vivre de ses opérations boursières et de son trading. La Bourse est une passion qui permet de s'ouvrir sur le monde, de devenir meilleur. Les indices boursiers représentent l'objectif à battre, ce que 95% des fonds ne parviennent pas à faire à long terme. Enfin, éduquer les autres et transmettre grâce à internet ses connaissances durement acquises, est une belle satisfaction !

Plus d'infos sur moi en visitant mon profil en bas de la page : Le Blog de Claude Mathy 

REUNION DE TOUS LES AUTEURS OBJECTIFECO A BUDAPEST EN MARS 2012

Cédric Froment m'a pris en photo à mon insu en train de réfléchir...

claude2

promospeciale

La mort des actions ?

Audience de l'article : 2979 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
La mort des actions ? C’est loin d’être certain
6222
Petit rappel, l’investisseur qui aurait décidé d’investir en bourse début septembre 2000, lorsque le CAC 40 s’est approché en séance des 7.000 points, il aurait en près de 12 ans perdu environ 60% de son investissement. Une situation qui conduit de plus en plus de particuliers à s’interroger sur le bien fondé d’un investissement en actions : on a beau dire que sur le long terme les actions font mieux que les obligations, au cours de la dernière décennie ce n’est pas ce que la majorité des investisseurs ont expérimenté.

 

La courbe rouge du graphique reprend le rendement moyen sur 20 ans des actions (SP500) depuis 1920. La ligne horizontale grise nous donne la moyenne sur toute la période. On dit souvent qu’à court terme les actions sont un véhicule d’investissement plus risqué.
act 

Nous voyons que sur 20 ans, les actions ont toujours offert un rendement réel positif, situé entre6 et 7%. Ce n’est tout de même pas énorme au regard des risques pris Même si nous pouvons affirmer que bonnes et mauvaises années « s'annulent » mutuellement de telle sorte que sur une longue période le risque des actions est limité.

Petite précision, si vous souhaitez battre cette moyenne restez prudent, un vieil adage boursier dit : "A gros gains, gros risques".

Ci-dessous une autre image qui indique le rendement des actions par décennie (c’est plus réaliste si on fait une croix sur notre vision court terme qui souvent annule nos capacités de jugements). Dans l'esprit de nombreux épargnants, les 10/12 dernières années ont fait mentir la théorie financière, qui consacre les actions comme le meilleur placement à long terme. Cette théorie est fondée sur l’analyse de bases de données boursières qui remontent en général jusqu’en 1900.
Sans titre

c’est un fait incontestable que, sur toute période suffisamment longue que les actions de père de famille ont rapporté grosso modo 7/10% par an avant prise en compte d’une inflation moyenne de 3%. Les observations dessinent une véritable hiérarchie des placements, qui s’échelonne des actions (10% par an avant inflation) jusqu’aux placements monétaires (qui ne suivent que l’inflation, soit environ 3%), en passant par l’Immobilier (7,5%) et les obligations d’État à dix ans (5%).

Toutefois, je vous donne rendez-vous en 2020 pour constater le résultat qui à mon avis sera surprenant dans le bon sens du terme, même si l’avenir des marchés d’actions reste fortement hypothétique. Le sentiment d’inquiétude est donc très fort et les marchés sont soumis à des réactions extrêmement binaires. Malgré cela Je vois mal une nouvelle décennie perdue pour cet actif, jamais on a connu deux décennies de suite dans le rouge. Les marchés d’actions sont indispensables au fonctionnement de l’économie réelle. Ils vont donc survivre et retrouver tout leur attrait

Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire ROUX jeudi, 06 décembre 2012 18:30 Posté par brouxdeb

    Voila des remarques de bons sens que je partage totalement, tout en étant très circonspect sur le très CT hexagonal.
    Il ne faut AMHA évidemment  pas réduire le champ de ses investissements à l'Europe ou la France (bientôt immergés), mais savoir diversifier pour profiter des relais de croissance que sont les émergents.