Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Actions

Actions

Acheter... VENDRE

VENDRE A LA BAISSE... Racheter

Actions américaines... Actions européennes et françaises

Investir ou trading ?

promospeciale

A travers le monde, les portefeuilles de valeures décotées dits VALUE affichent des performances plus élevées

Audience de l'article : 1055 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Une abondante littérature a montré que les investissements dans la valeur, c’est-à-dire l'achat d’actions qui sont décotées - basées sur une variété de paramètres d'évaluation -, est robuste dans les différents marchés internationaux. Par exemple, Eugene F. Fama et Kenneth R. French ont mis en évidence dans leur étude, Value versus Growth : The International Evidence (1998), le premium de l’approche value sur les marchés boursiers mondiaux. Les auteurs constatent que les portefeuilles axés value donnent des rendements moyens supérieurs à ceux des portefeuilles axés growth dans 12 des 13 pays analysés de 1975 à 1995. La seule exception est l'Italie.

Fama-and-French-1998-Table-3-part

L’étude de Fama et French (1998) a également examiné les marchés émergents et a trouvé que les primes value sont omniprésentes - dans 12 marchés des 16 pays émergents étudiés. D’autres recherches confirment cela :  Chan, Hamao et Lakonishok (1991) analysent l’approche valeur sur le marché japonais; Athanassakos (2010) analysent la prime value sur le marché canadien; et  Arshanapalli, Coggin et Doukas (1998) l’analysent en Amérique du Nord, en Europe et sur la frange Pacifique.

Ces études représentent quelques exemples frappants - mais la liste est longue.

Une analyse plus récente sur l’approche valeur est le travail de recherche d’Asness et Frazzni (2013), qui proposent une méthode plus fine pour calculer la composante des prix du marché du Book-To-Market (B/M) ratio - le ratio cours / valeur comptable. Plus précisément, les auteurs ont construit des portefeuilles axés value en utilisant un calcul du ratio B / M plus précis pour les États-Unis et 19 marchés boursiers internationaux. Ils ont constaté que la prime value est encore plus forte que dans les précédentes recherches.

Creusons dans les données

L'échantillon commence à partir de juillet 1990 pour aller jusqu’en février 2015, et les analystes ont calculé le Compound Annuel Growth Rate (CAGR) - ou taux de croissance annuel composé (TCAC) -, le Maximum Drawdown, et le ratio de Sharpe pour les portefeuilles de valeurs long/short. La Grèce, Israël et le Portugal sont exclus car ces pays ont des données sur des périodes courtes et qui ne remontent pas jusqu’à 1990.

CAGR

Les portefeuilles long-cheap / short-expensive ont généré des rendements positifs dans 20 pays sur 21. La seule exception est la Nouvelle-Zélande. Le top 5 des value premiums se retrouvent au Japon, à Hong Kong, en Autriche, à Singapour et en Belgique. Les 5 plus faibles value premiums se retrouvent au Danemark, en Italie, en Irlande, au Canada et en Suède.

CAGR-over-21-countries

Maximum Drawdown

Les diagrammes dumaximum drawdown - ou perte successive maximale - montrent que les investissements dans la valeur n’offrent pas de possibilités d'arbitrage à court terme. Les actions value peuvent connaitre – et enregistrent souvent – une baisse significative de leur valeur en parallèle de l’ensemble du marché.

MAX-DD-for-21-countries

Le ratio de Sharpe

Le ratio de Sharpe sert à mesurer la rentabilité d'un portefeuille d'actif en fonction du risque de ce dernier. Cet indicateur permet de déterminer l'investissement le plus performant entre des portefeuilles. Plus le ratio est élevé et meilleur est la performance du portefeuille.

Sharpe-ratio-over-21-countries-1


Dans 21 pays, les primes value du Japon ont le ratio de Sharpe le plus élevé, tandis que la Nouvelle-Zélande et le Danemark ont des ratios de Sharpe négatifs.

Statistiques par régions

Dans le tableau ci-dessous, vous trouverez une comparaison des premiums des investissements dans la valeur par région. Menée par le Japon, la région du Pacifique a été la plus forte.

Region-stats-value premiums

A travers le monde, l’approche value a été historiquement un bon pari.  Cependant, si la l’approche value est à la mode, il faut réfléchir à la durée des périodes creuses avant de placer votre argent dedans. L’approche value peut très bien performer, mais on doit s’attendre à des périodes creuses qui peuvent durer.

Ceux qui veulent mettre en oeuvre cette logique VALUE dans le cadre d'un PEA sur les actions françaises peuvent s'inspirer du travail de David Renan et de ses stratégies hebdomadaires disponibles ici.


.

Poster un commentaire