Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Actions

Actions

Acheter... VENDRE

VENDRE A LA BAISSE... Racheter

Actions américaines... Actions européennes et françaises

Investir ou trading ?

Toucher 9% de dividende par an grâce à la formule américaine des BDC

Audience de l'article : 2413 lectures
Certaines actions battent le S & P 500, tout en versant des dividendes plus élevés que la moyenne. Les taux d’intérêts repartant à la hausse y sont pour quelque chose. Ces valorisations ont ainsi pu torpillées le S & P 500 au cours du premier trimestre 2016, et devraient continuer de le faire !

Les BDC (Business development corporations), ont vu leurs résultats décoller après une croissance soutenue des dividendes.

Les 3 fonds qui ont enregistré les meilleures performances, et qui ont augmenté leur payout de manière conséquente sont Main Street Capital (MAIN), Goldman Sachs BDC (GSBD), et Triangle Capital (TCAP).

BDC-2016-Returns1

GSBD est géré par Goldman Sachs (GS). Toutefois, MAIN regroupe des titres de meilleure qualité selon les experts.

BDC-Analyst-Ratings2

Mais comment un BDC est capable de délivrer des rendements aussi importants ? Quel est le moteur de la tendance haussière ? Pour le comprendre, il faut d’abord expliquer ce qui fait la force des actifs comme les BCD.

En 1940, le Congrès américain a adopté la loi sur les sociétés d'investissement, ce qui a développé l’émergence d’une nouvelle forme de prêt avec des avantages fiscaux. L’objectif était d’aider les investisseurs non accrédités de pouvoir mettre en commun des fonds afin de les prêter aux petites entreprises prometteuses.

Un BDC est donc un fonds qui réunit donc un panel diversifié d’actions de petites valorisations. Ce produit financier peut concentrer aussi bien une dizaine qu’une centaine de sociétés.

Alors que les capital-risqueurs ou d’autres structures comme Blackstone (BX) investissent dans des startups par le biais de l’achat d’actions, les BCD ont une approche différente, ils prêtent principalement de l’argent à ces startups.

Ils font cela pour deux raisons. Premièrement, les prêts accordés par les BCD sont très peu risqués, car ils sont sélectifs. Deuxièmement, ces prêts aux risques limités génèrent des rendements élevés.

Par ailleurs, la loi sur les sociétés d'investissement exige des BCD qu’ils paient au moins 90% des revenus dégagés aux actionnaires. La plupart le font sous la forme de dividendes, ce qui explique pourquoi leurs rendements explosent.

BDC-Yield-Table3

En plus de procurer des dividendes réguliers (qui sont payés mensuellement dans le cas de TCAP et MAIN, trimestriellement pour GSBD), ces entreprises sont en mesure également de verser des dividendes spéciaux quand ils bénéficient d’excédents de divers investissements. Par exemple, MAIN a versé deux dividendes spéciaux de 27,5 cents $ en 2015, portant son rendement annuel à 8,6%. Et la direction vient de déclarer dernièrement un autre dividende spécial, aussi pour 27,5 cents $. Il sera payé en juin.


Comment les BDC vous rémunèrent ?

Les revenus nets investis dans une société (NII) doivent être payés aux actionnaires. Si elle ne le fait pas, le fonds perd les avantages fiscaux liés à son statut spécial.

Le NII sur les 12 mois précédents pour MAIN est de 2.25 $, ce qui signifie que les 2.16 $ des dividendes réguliers de 2015 ne représentaient que 95.8% des revenus totaux investis dans les sociétés. Ce qui laisse une marge au BDC, car la loi exige un minimum de 90%.

Les meilleurs BCD gèrent leurs gains en fonction de leur NII, et ajustent les paiements lorsque NII change de manière significative. Les dividendes peuvent donc fluctuer à la baisse ou à la hausse. Dans le cas de MAIN, l'augmentation du dividende a été de 44% depuis 2007:

MAIN-Dividend-Characteristics4

A contrario, d’autres BDC tels que Prospect Capital (PSEC), Medley Capital Corporation (MCC) ou Fifth Street Finance (FSC), peuvent réduire leurs dividendes. Début 2015, PSEC a diminué son dividende de 11.06 cents $ à 8.33 cents $, une des raisons qui justifie en partie l’effondrement des cours de l’action. Le titre a chuté de 11%, depuis lors.


Atténuer les risques

Avec les BCD, le plus grand des risques est la sécurité du maintien des versements de dividendes. Lorsque les taux d’intérêts augmentent à terme, les BCD sont tenus de générer de nouveaux prêts à des taux plus élevés. Ces taux rehaussés vont augmenter les coûts d’emprunt pour les entreprises. Certaines d’entre elles pourront en profiter, mais d’autres non. Voire pire, elles se mettront dans une situation financière délicate.

Face à un tel contexte de volatilité, il est impératif de choisir soigneusement les BCD parmi lesquels on souhaite investir. Tous les types de BCD ne vont peut être pas correspondre à votre profil, il existe divers degrés de risque, ou d’objectifs de revenu.

William Finck
Poster un commentaire