Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Vincent Benard

Vincent Benard

Vincent Bénard est analyste à l'Institut Turgot (Paris) et, depuis mars 2008, directeur de l'Institut Hayek (Bruxelles). C'est un spécialiste du logement et  de la crise financière de 2007-2008 (subprimes). Grand défenseur du libéralisme économique, Vincent décortique tous les errements des Etats providence !

promospeciale

Proposition Hollande: Encadrer les loyers, démagogique et contre-productif

Audience de l'article : 2512 lectures
Nombre de commentaires : 6 réactions

François Hollande préconise un "renforcement de l'encadrement des loyers" dans les zones de "forte tension". Une telle proposition, si elle venait à être mise en œuvre, nuirait aux aspirants locataires au lieu de les aider.

(Tribune initialement parue le 16 février dans "Debat & Co", dossier "le logement, un casse tête aussi pour les entreprises")

Les arguments classiques contre un contrôle strict des loyers sont bien connus : les propriétaires, face au risque d'une baisse régulière de la rentabilité de leur bien, délaissent l'investissement locatif et n'entretiennent plus le parc existant, sauf subventions fiscales massives, coûteuses et aux nombreux effets pervers.

Ajoutons que plus le contrôle des loyers se renforce, plus le législateur tend à l'assortir de clauses ultra-protectrices des locataires en place, afin d'éviter que les propriétaires ne revendent leur bien pour pouvoir mettre fin au bail et se débarrasser d'un poids mort financier. C'est ce cocktail mortifère de contrôle et de forte protection des locataires, décidé en 1914 au début de la Grande Guerre, qui a conduit le pays à connaître l'une des plus grande pénuries de l'histoire, avec 2 millions de logements manquants en 1939, l'état de vétusté général du parc locatif étant en outre pitoyable.

Le rapport de M. René Dutrey*, dont s'inspire M. Hollande, ne méconnait pas cette histoire dramatique. Il affirme également avec raison que les encadrements de loyers stricts aux Pays Bas et en Suède font l'objet de vives critiques et réduisent considérablement l'offre locative privée.

France/Allemagne : une comparaison limitée

Par contre, il encense l'encadrement des loyers outre Rhin. Mais lorsque l'on en examine les modalités, on s'aperçoit qu'il n'est pas différent de celui en vigueur en France, la fixation initiale du loyer étant presque libre. Simplement, un dispositif de publication statistique des nouveaux baux permet d'informer les bailleurs et locataires des prix pratiqués, et à la loi d'interdire plus de 20 % de variation autour de cette moyenne de marché : l'encadrement est ici fort souple.

Ajoutons que l'Allemagne connaît une baisse démographique du nombre de ses foyers de l'ordre de 100 000 unités par an, au contraire de la France, où cette démographie augmente encore de plus de 300 000 unités. En outre, les règles de libération du foncier constructibles y sont plus souples et notoirement plus respectueuses du droit de propriété qu'en France, permettant aux constructeurs de rencontrer la demande de logements neufs, locatifs ou non, sans difficulté à des prix contenus.

Il en résulte que le prix du logement neuf à l'achat n'a pas connu en Allemagne la même bulle que chez nous, et ce alors que le crédit y a été aussi bon marché. L'on ne peut donc absolument pas arguer de la "réussite" d'un "encadrement" des loyers en Allemagne pour justifier d'un renforcement de ce même encadrement en France, tant les contextes diffèrent. C'est pourtant ce que fait sans la moindre vergogne M. Dutrey, après avoir consacré plusieurs pages à relater des échecs de politiques comparables. La démagogie pré-électorale a ses raisons que la raison ignore.

Traiter les symptômes ou les causes ?

MM. Dutrey et Hollande ne s'interrogent pas vraiment sur les causes du manque d'offre locative, ne voulant traiter que les symptômes.

Ces causes ne sont pourtant pas compliquées à cerner. Les rentabilités locatives nettes baissent du fait de la bulle sur les prix du neuf, doublée d'une fiscalité punitive. De plus, le législateur et les juges tendent à surprotéger les locataires mauvais payeurs, transformant la pierre en placement à fort risque législatif.

Pourquoi les investisseurs iraient ils placer leur épargne dans un placement à faible rentabilité et à haut risque ? C'est en levant ces freins que les gouvernements redonneront aux épargnants le désir d'investir dans la pierre, et pas en renforçant les contraintes déjà étouffantes qui pèsent sur les propriétaires, ce qui, au final, ne fera qu'exacerber les manques de logements dans les zones les plus demandées.

* René Dutrey, conseiller de Paris, est président de la commission urbanisme et logement de Paris Métropole.

-------
Lire également

Logements vacants et pénurie simultanée: un paradoxe que seul l'état pouvait accomplir

Logement : Erica Cantona et la fondation Abbé Pierre se trompent de solutions

Contrôle des loyers, histoire d'une arme de destruction massive

Mon livre "Logement, Crise Publique, Remèdes Privés" (154 pages, PDF) disponible - GRATUIT !

Crise du logement, causes et remèdes (résumé 4 pages de mon livre "Logement, Crise publique, Remèdes privés"

dossier logement du blog "objectif liberté"

-------

Poster un commentaire

6 commentaires

  • Lien vers le commentaire Vincent BENARD lundi, 20 février 2012 21:40 Posté par Vincent BENARD

    @pascal: l'état doit il protéger les humains contre les augmentations du prix du pain ? des automobiles ? Non ?

    Alors pourquoi en irait il différemment des loyers ? les liens fournis en fin d'article vous éclaireront sur les nombreux effets pervers du contrôle des prix et des loyers.

  • Lien vers le commentaire pascal lundi, 20 février 2012 19:45 Posté par pascal

    Le rôle de l'état n'est il pas de PROTEGER le public contre toutes les menaces possibles ? donc le locataire contre les augmentations de loyer ?

  • Lien vers le commentaire helios lundi, 20 février 2012 17:44 Posté par helios

    Il me semble que quand les politiciens parlent du "mal-logement" ils pensent principalement à Paris. Et il est légitime qu'ils s'en préoccupent. Mais ils ne devraient pas commettre des actions qui accroissent ce mal-logement et prétendre ensuite y remédier.
    Par exemple, l'aménagement du territoire est un domaine où l'action de l'état intervient massivement. Il ne peut par son action (dans les transports) provoquer l'afflux massif de population autour de Paris et en même temps s'étonner des problèmes de logement consécutifs. Il y participe lui-même à cette hyper-centralisation : pourquoi n'avoir pas construit notre nouveau ministère de la défense (le Pentagone français) en Auvergne ?
    Pourquoi concentrer de nombreuses universités à Paris, alors que dans les pays civilisés celles-ci sont implantées sur des campus qui fournissent tout y compris le logement ? On aurait pu profiter du désaminatage interminable de Jussieu par exemple pour transférer Paris VI et Paris VII en Lorraine ou en Bourgogne.

  • Lien vers le commentaire ursus35 lundi, 20 février 2012 14:48 Posté par ursus35

    Hollande finira de ruiner la France, mais un peu plus vite que Sarkozy.
    Il vaudrais mieux que François passe, en quelques semaines il déclenchera la panique sur les marchés, et le pays sera obligé de faire des coupes drastiques pour avoir le droit de voir ses obligations rachetées par la BCE à un taux abordable.
    Les réformes nécessaires depuis 20 ans (fiscales, administratives, politiques) devront être mises en place rapidement, dans la douleur (versus Italie, Portugal, espagne...)et noue évitera une longue agonie avec les mesurettes Sarkoziennes qui déboucheront de toute façon sur la même chose quelques années plus tard.
    Plus vite on touchera le fond, plus vite on pourra engager le pays vers les actions nécessaires pour dégager la france des actions calamiteuses et éléctoralistes de la soi disante droite et de la soi disante gauche appliquées depuis 1974.