Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
conquerirlabourse

Chroniques d'un entrepreneur expatrié: les premières erreurs.

Audience de l'article : 1366 lectures
Nombre de commentaires : 3 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Il fallait bien un jour faire une connerie... Voilà ma première.

L'expatriation, et la liberté qu'elle procure, peuvent avoir des conséquences.

Je reviens juste d'une tournée commerciale de deux semaines à travers l'Europe. J'en ai profité pour aller voir ma famille en France. J'ai pris quelques baffes, ça fait mal mais ça fait du bien!  Parfois...

Mon équipe en France m'a fait comprendre que je suis un peu stressé et que la communication avec moi devient compliquée. L'équipe roumaine ne m'a répondu que par un lourd silence lorsque je leur ai demandé s'ils étaient d'accord. Ils n'est pas dans l'habitude roumaine que de s'exprimer sur un sujet aussi sensible que le comportement de son boss. Je suis irritable, je m'énerve facilement et je mets trop de pression sur mon équipe. Il serait bon que je prenne des vacances... Il paraitrait même que je travaille trop... Et vlan, prends ça dans les dents.

Quelques jours plus tard, un oubli de ma part a failli nous faire perdre un client. Il a bien fallu que je me rende à l'évidence et que je prenne des décisions en conséquence:

  • Mon équipe n'est pas encore autonome. Les laisser 2 ou 3 jours, ok, mais deux semaines, ce n'est pas encore possible. Je dois impérativement contrôler le travail de manière quotidienne. Ce n'est pas lié à un manque de motivation, simplement à un manque de formation et d'expérience.
  • Je dois embaucher du personnel en plus suite à nos récents investissements (+30% de moyens de production l'an prochain), ce qui ne va pas me simplifier la tâche pour rendre mon équipe autonome.
  • Tant que mon équipe n'est pas autonome, il est inutile de démarrer d'autres projets. C'est le meilleur moyen d'être mauvais dans tous les projets.
  • Je n'oublie pas non que ma société représente aujourd'hui mon seul revenu. Je ne peux donc pas négliger sa réussite!

Conclusion, même si tout est finalisé, je repousse la création de ma nouvelle société de six mois. Il me faut une structure qui me permette de me libérer les neurones avant de commencer ce nouveau projet. Je pourrais le retourner comme je veux, il me faut plus de temps!

Si déjà j'y suis, autant prendre en même temps trois semaines de congés, en veillant à avoir quelqu'un pour contrôler à ma place. Le mois de janvier sera des plus agréables avec 3 semaines à passer entre le Viet-Nam et la Thailande.

Mon erreur est donc d'avoir mal géré mon temps de vie et de vouloir mener de front trop de choses. A l'avenir, je laisserai donc un peu plus de temps au temps!
Une nouvelle rencontre

J'ai aussi rencontré un nouvel entrepreneur français. Ca fait plaisir parce qu'on se rejoint sur beaucoup de points et d'opinions:


  • Les Français vivent dans une cage et sont tellement anesthésiés qu'ils ont peur de prendre un risque, aussi petit soit-il,
  • L'Education Nationale nous vend des diplômes qui ne servent à rien (j'ai mis du temps à le comprendre, au contraire de mon nouvel ami, qui lui, n'a pas le bac),
  • Aucun politicien ne fera ou ne pourra faire quoi que ce soit pour la France. Inutile d'attendre quelque chose de ce côté là. Même si c'est un peu triste, mieux vaut s'occuper de sa situation personnelle en quittant la France que cautionner ce système en payant des impôts,
  • Il n'y a qu'à se baisser pour ramasser le fric. Les Français ne comprenant rien au fonctionnement de l'économie et les locaux qui y comprennent quelque chose n'ont pas de fonds pour commencer quelque chose.
  • Les normes sociales sont à mettre à la poubelle, les respecter et ne pas sortir du rang ne rend pas heureux, bien au contraire.
Finalement, cela tombe assez bien, puisque mon futur associé a aussi un problème chez lui pour se libérer le temps requis par notre projet. Je serai moins stressé et je pourrai peut-être enfin prendre un peu de temps pour me préoccuper de la gente féminine locale... Je pourrai aussi passer du temps avec mon nouvel ami et imaginer de nouveaux projets!

Oui, encore...

Jean-Noël

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Poster un commentaire

3 commentaires

  • Lien vers le commentaire midahuen steave dimanche, 18 décembre 2016 23:39 Posté par steelskeel

    simple, concis, percutant. j'aime la petite phrase sur les normes sociales ;)

  • Lien vers le commentaire zoulou2 dimanche, 18 décembre 2016 00:32 Posté par zoulou2

    excellent.

  • Lien vers le commentaire sven vendredi, 16 décembre 2016 20:28 Posté par sven

    "


    • Il n'y a qu'à se baisser pour ramasser le fric. Les Français ne comprenant rien au fonctionnement de l'économie et les locaux qui y comprennent quelque chose n'ont pas de fonds pour commencer quelque chose."


    => tout est dit !!  on va combler deux vides et actionner tout ça !!

    Le système D est le meilleur en effet, les diplômés, lol , ne savent même pas changer une ampoule, ou même ce que c'est.....