Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Sacha Pouget

Sacha Pouget

J'ai une expérience de 10 ans en salle de marchés chez BNP Paribas, Royal Bank of Canada et Crédit Agricole Cheuvreux. Je me focalise uniquement sur les société de Biotechnologie, qui disposent des plus forts catalyseurs de hausse sur le marché en un minimum de temps. Je m'intéresse plus particulièrement aux sociétés qui disposent d'un Momentum avec un calendrier favorable pour leurs publications d'études cliniques.

Je tire ma performance de ma stratégie de trading parfaitement adaptée aux sociétés de biotechnologie (la stratégie PRE-CATALYSTE), qui m'a permis de multiplier mon capital par plus de 3 en 3 ans (mes clients en sont témoins) tout en ayant un risque maîtrisé. Auteur d'un Livre sur les investissements dans le secteur de la Santé, j'ai développé des méthodes d'analyse et de sélection de valeurs propres à mon secteur. 

Mes modèles d'inspiration sont Paul Tudor Jones et Jean-Marie Eveillard pour l'aspect Gestion – Money management, et les livres de Mike Havrilla "The Ultimate Guide to Biotech Stocks" et de Tony Pelz "The Biotech Trader Handbook" pour l'aspect trading. Mon site internet : http://sachapouget.com/

Mes PDF gratuits

ebooksachapouget

- Comment je travaille ?

- Quels courtiers, quels tarifs pour acheter les valeurs du secteur santé biotech ?

- Mon journal de bord intégral lors de ma performance de +41% au T3 2012

Cliquez ici pour recevoir les liens pour télécharger ces infos

promospeciale

SNCF : sureffectifs de 150 000 fonctionnaires et dangerosité du monopole

Audience de l'article : 4005 lectures
Nombre de commentaires : 6 réactions

La grève de Juin 2014 à la SNCF est la plus longue depuis 2010 (qui avait duré 2 semaines), et la plus coûteuse depuis 2001 (cette grève coûte 14 millions € par jour, 145 Millions d’euros en 2010 - source: http://bit.ly/1kZXHZm). Si le nombre de jours de grève est en baisse (0,56 jours par agent SNCF en 2012, contre 3,75 jours en 2010 au moment de la mobilisation contre la réforme des retraites - source: http://bit.ly/1pBmCFM) il n’empêche que plus personne ne comprend ce « mouvement » de ‘grève préventive‘ initié par des révolutionnaires campés sur leurs acquis.


Comme l’a rappelé Jean-Bernard Cadier (voir vidéo ici : http://youtu.be/GzfLjb-BGx0), il existe aux US un code du travail propre au Transport. Les législateurs se sont organisés il y a un siècle pour limiter le droit de grève dans ce secteur avec une Loi spécifique. Là-bas, il faut savoir que l’argent public finance certaines compagnies ferroviaires. Parfois, des grèves peuvent avoir lieu (comme récemment à Philadelphie), mais elles ne peuvent pas aller au-delà de 24 heures. Le jour même du déclenchement de la grève, le Président doit intervenir pour prendre un décret afin d’ obliger les cheminots à reprendre le travail au bout de 24 heures. Il nomme alors un groupe de travail (constitué de médiateurs indépendants) qui a 8 mois pour résoudre le conflit, lors d’auditions publiques.


En France, on en est toujours au droit de grève inscrit dans la constitution, à ce droit sacré du salarié et au service minimum.. Ce qui me fait le plus grincer des dents, c’est qu’on a perdu plus de 20 ans sur l’ouverture à la concurrence du ferroviaire. La directive européenne 91/440, adoptée en 1991, avait déjà prévu la mise en concurrence des monopoles nationaux qui dominent encore le secteur.Déjà, le but affiché était d'introduire la concurrence dans le système afin de permettre à différents opérateurs de partager un même réseau. Mais en 2014, toujours rien en France.. et rien n’est attendu avant 2019. Que de temps perdu et d’argent (notre argent) jeté par les fenêtres ! 


Dès 1996 l’Angleterre a mis sur rails la société privée Railtrack, et libéralisé 25 zones données en franchise pour casser l’ancien monopole de la British Rail. Avec un certain succès même si au départ il y a eu des ratés. Mais vous le verrez plus bas, les trains anglais sont deux fois plus sûres que les trains français (ratio accidents par km parcouru et par passager) !


Retour sur ce très cher monopole...



Une semi-Privatisation rapporterait 40 à 65 Milliards € aux comptes publics


La SNCF emploie quelques 250 000 personnes (source : http://www.sncf.com/fr/finance/chiffres-cles). Pour connaître le sur effectif du mammouth, j’ai choisi de réaliser un comparable avec des sociétés privées en retenant le ratio P/S (price to sales, ou Sales Ratio = ratio CA / CB) pour établir la valorisation (une valorisation avec le PER n'es pas adéquate).


Valorisation de compagnies ferroviaires (comparables)


Aux US, le P/S moyen est de 4,2 dans le transport ferroviaire US. Avec un CA 2013 pour la SNCF de 32,2 Milliards € (43,7 Milliards $, avec un taux de conversion €/$ de 1,35): la valorisation de la SNCF serait de 135 Milliards € (183,5 Milliards $) pour 100% du Capital. Si on tient compte du ratio le plus bas (2,5 pour CSX) on aurait une valorisation de 80,5 Milliards € pour la SNCF.


Bref, une privatisation à hauteur de 50% (= moyenne de la part du Privé dans des anciens monopoles comme ADP, AF, EDF et FT) : cela rapporterait aux comptes publics entre 40 et 65 Milliards €.



Nom

Ticker

Valorisation (CB) au 18/06

Ratio CB / CA (P/S)

C.A.

2013

Evol. Moyenne CA sur 5 ans (par an)

Canadian Pacific Railway Limited

CP

32,26

5,7

5,7

4,00%

Norfolk Southern Corp.

NSC

31,45

2,81

11,2

1,10%

Canadian National Railway Co.

CNI

52,13

5,24

9,9

4,50%

Union Pacific Corporation

UNP

90,48

4,06

22,3

4,10%

CSX Corp.

CSX

30,39

2,52

12,1

1,30%

Kansas City Southern

KSU

11,54

4,76

2,4

5,00%

      Moyenne : 4,18

Total =

63,6

Moyenne :

3,33%

NB : P/S (price to sales, ou Sales Ratio = ratio Chiffre d’Affaires / Capi. Boursière)

Tout en sachant qu’en semi-privatisant le mammouth, l’activité dans le Privé se porterait bien mieux. La SNCF a réalisé un CA 2013 stable par rapport à 2012. La baisse du trafic de SNCF Voyages (TGV) pèse. Sur 2014, la hausse totale des ventes évoquée par la direction de la SNCF serait de 2% ce qui est malgré tout inférieur à la croissance des comparables US (3,33% en moyenne sur les 5 dernières années) si toutefois la direction tient ses objectifs.


Sur-effectif de 150 000 fonctionnaires à la SNCF


Dans les résultats de 2013, on a pu observer un amortissement exceptionnel sur des TGV. J’ai donc repris le RN récurrent de 582 Millions € (soit 790 Millions $). Même en tenant compte de cela, ce bénéfice est assez similaire à celui de la Canadian Pacific Railway Limited.. qui emploie 17 fois moins de personnel.



Nom

Ticker

Nombre d'Employés

RN 2013 (en Mlns $)

CA 2013(en Mlds $)

Ratio CA / employé

Ratio RN / employé

Canadian Pacific Railway Limited

CP

14446

0,88

6,1

0,42

0,06

Norfolk Southern Corp.

NSC

30103

1,90

11,2

0,37

0,06

Canadian National Railway Co.

CNI

23992

2,61

10,6

0,44

0,11

Union Pacific Corporation

UNP

46166

4,40

22,0

0,48

0,10

CSX Corp.

CSX

31254

1,90

12,1

0,39

0,06

Kansas City Southern

KSU

6260

0,35

2,4

0,38

0,06

  TOTAL

152221

12,04

64,4

Moy. : 0,41

Moy. : 0,079

  SNCF

250000

0,79 (récurrent)

43,7

0,17

0,0022



Si on tient compte du Bénéfice par employé, on observe qu’il est 35 fois inférieur à la SNCF par rapport de ses 6 comparables US : le bénéfice est alors en moyenne de 79 000$ par employé pour les compagnies ferroviaires US, contre 2200$ à la SNCF (en tenant compte du RN récurrent pour la SNCF, -970$ par employé en RN part du groupe).


Si on tient compte du Chiffre d’affaires (CA) par employé, il est 2,4 fois inférieur à la SNCF par rapport à ses équivalents US : le CA est alors en moyenne de 410 000$ par employé chez les 6 sociétés ferroviaires US, contre 170 000$ à la SNCF. Si on regarde dans le transport aérien, le CA par employé est assez similaire aux US que dans le ferroviare en moyenne - de 380 000 $ chez les deux plus grosses compagnies aériennes US (Delta Airlines et American Airlines).


Vous l’aurez compris : le sureffectif est de 145 000 fonctionnaires à la SNCF = 250 000 - (250 000 / 2,4).



SNCF : les faits sont têtus



1-   Le monopole de la SNCF coûte cher à l’usager

Les coûts d'exploitation de la SNCF sont supérieurs de 30 % à ceux du privé (Veolia et Trenitalia), simplement à cause du régime social des cheminots. En 2009, une étude de Veolia tablait sur un prix de vente 30€ pour un Paris-Lyon contre 41 à 63,10 euros pour la SNCF, un Paris-Nantes à 22 euros contre 36,50 à 56,80 euros pour la SNCF et un Paris-Lille à 19 euros contre 25 à 38,90 euros pour la SNCF (source : http://bit.ly/1q8HLok).


2-   Le monopole de la SNCF est plus dangereux pour l’usager

Les derniers chiffres de trafic et d’accidents que j’ai pu consulter (Eurostat) datent de 2007 (source : http://bit.ly/1qqF57T). J’ai retraité les chiffres d’Eurostat pour établir un ratio d’accidents par passagers / 1000 km parcourus sur le ferroviaire. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la France arrive loin derrière des pays comparables. Vive le service public !

Car, même si notre pays s’inscrivait dans la moyenne Européenne (à 1,1), nous avons fait deux fois pire que l’Allemagne et l’Espagne. Trois fois pire que l’Italie. Et 6 fois pire que la Hollande.. et l’Angleterre qui avait privatisé son trafic ferroviaire 10 ans auparavant.


Accidents par passagers / 1000 km parcourus sur le ferroviaire :


Pays

Passagers (1000

Train-km)

Nombre d’ Accidents

Ratio Passagers / Accidents

LUX

6

0

ND

IR

16

1

0,1

UK

460

107

0,2

NL

139

33

0,2

DEN

71

24

0,3

IT

315

133

0,4

SP

200

123

0,6

GER

786

489

0,6

SW

90

59

0,7

CZ

119

115

1,0

AUT

101

106

1,0

BE

79

83

1,1

FR

381

413

1,1

FIN

34

58

1,7

HU

87

154

1,8

BUL

23

55

2,4

PT

32

93

2,9

GR

17

53

3,1

ROM

69

283

4,1

SLO

10

61

6,1

POL

136

944

6,9

LT

7

51

7,3

SLOV

35

270

7,7

LAT

5

83

16,6

EST

3

64

21,3

Total UE:

Total : 4080

Total : 3855

Moyenne : 1,1

 Source : Sacha Pouget, à partir des données Eurostat (2007 : http://bit.ly/1qqF57T)



3-   Le monopole de la SNCF coûte cher au contribuable



Outre la dette qui atteint 44 Milliards € pour RFF et la SNCF (je reviens sur ce point plus loin), il faut savoir que dans l’ensemble les seuls salaires des fonctionnaires comptent pour 23% de la dépense publique et
13% du PIB. Un fonctionnaire sur sa carrière percevra 1.5 M € de salaire par fonctionnaire (le salaire moyen des fonctionnaires est de 12% supérieur à celui du privé).. alors que les Congés payés des fonctionnaires sont de 45jours contre 26 jours dans le Privé et que l’Absentéisme atteint 16-17jours par an et par fonctionnaire.. Bref tout cela serre de rente à une frange de la population qui ne le justifie pas, aux vues des points 1 et 2 évoqués plus haut et des standards anglo saxons.




4-   Le vrai-faux poids de la Dette



On entend les syndicalistes évoquer le problème de la Dette..


Alors. La Dette de la SNCF atteint 41 à 44 Milliards € selon les normes comptables qu’on retient. Se pose la question en ce moment le fait de la requalifier en dette d’Etat, ou la cantonner dans une structure de défaisance. Dans les deux cas, on peut se dire que ce sera soit l’usager soit le contribuable qui paiera.. mais dans l’état actuel des choses il apparaît - c’est un scoop ! - que la SNCF (à elle seule, hors RFF) soit faiblement endettée.


Voici ce qu’on observe du côté des comparables US (chiffres au 31/12/13) :



Nom

Ticker

Dette (en Mlds $)

Ratio

Dette / Valorisation

Ratio Dette / Chiffre d'affaires

Ratio Dette / Equity

Canadian Pacific Railway Limited

CP

4,7

14,5%

82,9%

0,67

Norfolk Southern Corp.

NSC

9,0

28,7%

80,8%

0,8

Canadian National Railway Co.

CNI

6,8

13,1%

68,6%

0,63

Union Pacific Corporation

UNP

8,9

9,8%

39,8%

0,48

CSX Corp.

CSX

9,0

29,7%

74,8%

0,88

Kansas City Southern

KSU

1,9

16,1%

76,7%

0,6







Moyenne : 18,7%

Moyenne : 70,6%

Moyenne : 0,68



A fin 2013, la seule dette de la SNCF s’élevait à 7,4 Milliards € (10 Milliards $). Si on rapporte ce chiffre au Chiffre d’affaires 2013, on est à 23,0% du CA. C’est 3 fois moins que ce qu’on observe chez les comparables US. Disons dans ce cas que la SNCF peut supporter 14 Milliards € de Dettes supplémentaires. Dans ce cas, la Dette de RFF pourrait être cantonnée.



Déficit d’image : ça n'a pas de prix



Mais tous ces chiffres ne pourront rattraper le déficit d’image, qu’on ne peut quantifier.


Car imaginez un touriste qui a passé une semaine de vacances à Paris à partir du 10 Juin. Il aura connu :


-Mardi 10 Juin, Transport ferroviaire : Grève des cheminots contre la réforme ferroviaire ;

-Mercredi 11 Juin, Transport automobile : Grève des taxis contre la concurrence des VTC ;

-Vendredi 13 Juin, Monument: Grève des agents de sécurité à la Tour Eiffel ;

-Dimanche 15 Juin, Transport Aérien : Grève des agents de piste à Paris-Charles de Gaulle ;

-Lundi 16 Juin, Spectacle : Grève des intermittents du spectacle ;

-Mardi 17 Juin, Transport ferroviaire : 7e Jour de Grève des cheminots de la SNCF.

GREVE

Il n’y a pas que les quais qu’il faudrait raboter !
Poster un commentaire

6 Commentaires

  • Lien vers le commentaire N dimanche, 22 juin 2014 21:38 Posté par Nico455

    Juste pour remettre les choses places, je ne suis pas spécialement fan de la SNCF, mais je crois juste que 250 000 personnes c'est en intégrant des filiales comme GEODIS, KEOLIS, VFLI .....


    Sans oublier que dans les 250000, y a des personnes qui s'occupe de l'ingénierie, de l'infrastructure, de la gestion des gares ...... Bref beaucoup de poste que l'on ne retrouve pas forcément dans une société privée.


    Si on enleve tout ca, je pense que la SNCF ne se défend pas si mal question effectif... A vérifier.....

  • Lien vers le commentaire richard dimanche, 22 juin 2014 19:16 Posté par owelles

    Article complètement bidonné à la limite de la diffamation! Quel manque de rigueur pour un soi-disant trader ! Le lien que vous postez concernant les accidents ne concerne pas les passagers des trains sncf mais les personnes extérieures aux emprises ferroviaires comme les gens qui franchissent les passages à niveaux barrières baissées ou les personnes sur la voie heurtées par un train. Vous êtes aussi honnête qu' un syndicaliste cgt ! Dommage j' avais confiance en vous jusque là .


    Un lecteur déçu par votre manque de professionnalisme.


     


     

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper dimanche, 22 juin 2014 14:30 Posté par Charles DEREEPER

    Tant qu'il y a des français pour payer avec leurs impôts, à la limite, pourquoi reprocher à des millions de mecs d'en profiter... ? la question n'est pas qu'ils abusent à mort. Tout le monde abuse quand la soupe est bonne. La question incroyable est de savoir comment ils parviennent à se faire financer par les usagers. personne en face n'est capable de se mobiliser pour leur rentrer dans le lard.

    excellent article !

  • Lien vers le commentaire Ouap1 vendredi, 20 juin 2014 09:35 Posté par Ouap1

    j'ai un ami qui connait une personne qui travaille à la sncf. Celui-ci y est entré par relation, et depuis des années il habite une grande maison et ne paye que 250-300€ par mois véridique... super avantage.

  • Lien vers le commentaire hftrade vendredi, 20 juin 2014 08:05 Posté par hftrade

    prevision de 4% de deficit pour la france


     


    http://www.businessbourse.com/topic.php/13968/Vers-un-derapage-du-deficit-public-a-4-du-Pib-en-2014.php#.U6PqXfl_ukE


     


    ceci apres un deficit de 5% en 2013


     


    a ce train la la faillite va arriver vite 

  • Lien vers le commentaire Harry Haller jeudi, 19 juin 2014 19:19 Posté par harry

    J'ai pas tout lu. En fait il y a plus simple, tout le monde connait quelqu'un qui travaille à la SNCF ou dont un parent proche y travaille. Pas besoin d'abonnement Premium Viadeo.
    Et à chaque fois il vous raconte qu'il n'en branle pas une.
    En fait un sondage suffirait.

    Etant né avec Giscard, les grèves, touche pas mon pote, les grèves, le sida et les grèves, j'ai un peu l'impression que c'est comme la baguette et le pinard.

    Je vis à l'étranger, les français on aime bien leur bouffe, éventuellement leur culture pour certains, à NYC, après on passe juste pour des gros cons. Triste fin.