Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)

Détecter les volumes anormaux du carnet d'ordre

Audience de l'article : 2139 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

- La quantité échangée : une variable déterminante

[Presque] plus important, finalement, que le décalage de prix /volatilité qui peut être un piège, surtout à l’ouverture de séance (soufflé qui retombe instantanément), les volumes sont le carburant nécessaire qui va accroître l’amplitude du mouvement et lui permettre de se prolonger dans temps : ils doivent donc être massifs, anormaux, exceptionnels !

 

Ecoutons Vincent : « Le prix de la dernière transaction m’importe moins car plus que le niveau du cours, c’est le volume sous-jacent qui compte : c’est lui qui va impacter le cours ; je ne suis pas beaucoup de variables en même temps, de toute façon j’ai du mal à me concentrer sur plus de deux ou trois paramètres ; aussi, je privilégie ceux qui sont les plus pertinents : la quantité échangée en est un ! »

 

- Des volumes anormaux par rapport aux X dernières séances

Il doit calculer de tête instantanément et en temps réel, l’importance relative des volumes en début de mouvement et savoir s’ils sont vraiment anormaux par rapport aux historiques disponibles : la veille, à cinq séances, un mois boursier, à plus long terme ? A partir de quel coefficient multiplicateur de volumes sera-t-il tenté de prendre position ? Un doublement des volumes par exemple ? A l’ouverture, si les volumes échangés sont comparables aux dernières séances complètes ; si en quelques minutes, la moitié des volumes de la moyenne des cinq dernières séances change de mains, etc. En fait, il n’a pas de repères bien fixes, c’est l’anormalité apparente dont il cherchera, en temps réel, à évaluer la force en effectuant des comparaisons objectives avec les historiques récents.

 

 

- La taille des blocs de titres vendus aux dernières transactions

Si les blocs échangés sont massifs, c’est la preuve que les gros (les institutionnels ou les fonds spéculatifs) sont sur le coup, car seuls des professionnels peuvent s’échanger ces blocs trop gros pour les particuliers ; ce n’est pas un signe absolu, mais pour Vincent c’est un signe de force du mouvement et en même temps de liquidité au carnet, qui sont interprétés très positivement dans une logique intraday.

 

Remarques : il faut tenter de repérer les blocs réellement échangés et ne pas prêter trop attention aux blocs d’ordres plus ou moins importants positionnés en attente, à des cours limités, et qui ne seront peut-être jamais  exécutés ; il faut des carnets à bonne visibilité, c’est à dire pas trop chargés, comme ceux des valeurs CAC ; beaucoup de valeurs moyennes du SRD sont plus adaptées, car plus lisibles et moins chargées.

 

 

  - Illustration des volumes anormaux en lien avec une volatilité élevée

Au départ, une grosse news de rumeur d’OPA par un fonds d’investissement spéculatif immédiatement démentie par ATO, ce qui ne fait qu’exciter encore plus les spéculateurs ; il s’agit d’une des annonces les plus explosives sur un titre ; la cotation n’aura lieu qu’à partir de 9h14, les seuils de résa ont été déplacés deux fois tellement la pression acheteuse est forte ; à 9h14, il y avait déjà 310000 titres échangés, soit la moitié d’une séance normale, car sur les vingt trois dernières séances il y a eu 750000 titres échangés en moyenne ; sur ce print screen on a multiplié par quatre ce volume : à 9h39 on a 2.8 millions de titres échangés (flèche numéro 1) ; c’est vraiment gros, il se passe quelque chose de massif sur la valeur ; l’énorme gap à l’ouverture témoigne du niveau exceptionnel de volatilité avec un plus haut plus bas à 51.25/47.52 euros (flèche numéro 2) ; ça retrace un peu, puis ça remonte tout de suite : l’action se cherche, ça tergiverse un peu, « j’y vais j’y vais pas ? » Aux dernières transactions c’était, à ce moment-là, un peu vendeur sur les 48.90 euros : les vendeurs à la meilleure limite se font taper sans qu’on sache s’il s’agit d’opérateurs prenant leur bénéfice ou de traders qui shortent le titre (flèche numéro trois) ?

 

Carnet d’ordres Atos Origin le 15 mars 2007 à 9 :39 :07

 

 

 

Vincent Baron

Extrait de l'ouvrage :

http://www.eyrolles.com/Entreprise/Livre/vincent-baron-temoignage-d-un-trader-9782915401219

Poster un commentaire