Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)

 A quoi ressemble un fixing d’ouverture et de clôture?

Audience de l'article : 2092 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction

Carnet d’ordres en préouverture

Voilà une préouv’ classique, trois minutes trente avant le fixing ; sur ce premier print screen, j’ai repéré une news qui semble importante sur investir.fr (flèche numéro 1) et qui semble positive a priori ? La valeur a clôturé la veille à 50.75 euros (flèche numéro 2) ; on voit au théorique (T) que c’est plutôt haussier (flèche numéro 3) ; maintenant il faut attendre l’ouverture pour savoir si je vais acheter ou pas ; faut voir, pas si sûr ; a priori, compte tenu de la tendance de fond du marché à ce moment-là, c’est sûr, je ne shorterai pas ; la pression semble haussière, mais ça ne veut pas dire grand chose non plus ; 2 euros 25 cents de gain en théorique c’est pas mal tout de même, ça peut être un coup à tenter ; au niveau des quantités apparentes ça veut rien dire, il peut y avoir des gros ordres cachés ; le carnet me donne une orientation, à confirmer au fixing ou dans les premières minutes ; j’attends 8h59 pour me décider.

Ici, j’ai repéré une news qui semble intéressante, mais je me garde bien de l’interpréter : à la limite je ne l’ouvre même pas le plus souvent, de toute façon ça ne m’intéresse pas ! Je me contente d’analyser au carnet la réaction plus ou moins violente du marché ? Dans plus d’un trade sur deux la news ne tombe, de toute façon, que plus tard en séance alors que le mouvement est déjà fait ; c’est plus aux ouvertures théoriques que je sélectionne ce qui va bouger au fixing.

 

Carnet d’ordres au moment du fixing d’ouverture

Je ne trade plus tellement cette valeur au comptant comme lorsqu’elle était au SRD en 2005 ; sur ce carnet de préouverture, à 9 :00 :11 au fixing d’ouverture, je vois que le cours de clôture est 12.44 euros (flèche numéro 1) et que l’ouverture théorique (T) devrait se faire sur un gros gap de de 4.90%, soit +0.61 euro, à 13.05 euros (flèche numéro 1) ; j’ai affiché ce carnet à partir des ouvertures théoriques ; on voit que mon ordre d’achat pour 1149 titres est limité à 14 euros, afin de ne pas entrer trop haut (flèche numéro 2), qui sera exécuté, en fait, à 13.05 euros ; souvent je ne suis présent sur le marché que vers 8h45 pour une petite revue de presse et pour la présélection de valeurs dont je vais afficher le carnet ; c’est à la dernière seconde que je me décide à entrer, si j’entre ; ici c’était clair : grosse pression acheteuse très haussière, et il n’y avait pas trop de risque à tenter un coup ; au niveau de la coupe il y avait du volume : 493 340 titres échangés en intraday le 8 février, en forte hausse par rapport aux séances précédentes.

 

Le fixing d’ouverture est un point de repère car les échanges sont réels, ce qui n’est pas le cas en préouverture car les données sont théoriques ; comme d’habitude, j’ai découvert l’annonce positive sur la valeur après coup, ce qui montre l’avance du trading au carnet par rapport au troupeau ; j’affiche toujours une horloge sur mon bureau (flèche numéro 3), ce qui est particulièrement important pour le fixing d’ouverture qui peut intervenir un peu après 9h00, car il ne se fait pas toujours pile poil à 9 :00 :00, comme ici où, à 9 :00 :11, le fixing n’a pas encore eu lieu ; il se fait par paquets successifs de titres, en particulier sur le marché au comptant.

 

Carnets d’ordres au fixing de clôture

Carnet [a] : sur IFG, le MX représente les ordres ATP/au marché/au mieux (flèche numéro 1), ce qui signifie qu’on entre dans la phase de fixing : à partir de ce moment-là, la valeur est suspendue pour cinq minutes de confrontation entre acheteurs et vendeurs et qui débouchera sur la dernière cotation de séance vers 17h35 ; les vendeurs semblent se faire taper à 27 cents à gauche du carnet (flèche numéro 2) sur de gros blocs ; on peut encore balancer des ordres qui seront exécutables en after market, à partir de 17h35, au cours du fixing uniquement, pendant environ cinq minutes ; on peut remarquer que sur IFG il y avait de beaux volumes (flèche numéro 3).

 

Carnet [b] : sur UBI, le fixing n’a pas encore commencé, il est donc en léger décalage avec celui d’IFG : les échanges se font donc encore normalement en séance (flèche numéro 1) ; cela s’explique par le fait que le dépouillement électronique du carnet ne se fait pas exactement en même temps pour toutes les valeurs et qu’il peut y avoir un délai de quelques secondes entre elles, car les fixings se font par paquets successifs et ces deux valeurs appartiennent à des paquets différents ; sur IFG on voit que les échanges ne peuvent plus se faire qu’à 26 cents (flèche numéro 2 et 2 bis) puisque le fixing de clôture est terminé et que l’ouverture (OUV : flèche numéro 3) de l’after market commence pour durer environ cinq minutes, alors que pour UBI, le fixing de clôture ne fait que commencer et que le cours peut encore varier (MX : flèche numéro 4).

 

Carnet [c] : on voit sur ce troisième print screen, que les deux fixings sont maintenant terminés : pour IFG à 26 cents et pour UBI à 32.57 euros (flèche numéro 1) ; pour les deux valeurs, les transactions ou négociations « at last » continuent jusqu’à 17h40 ; sur IFG, on voit qu’il y a un intervenant qui a vendu 150000 titres (41590 + 100000 + 3500 + 4910) (flèche numéro 2), l’ordre a été exécuté, découpé en quatre, car quatre acheteurs différents ont été tapé ; pour UBI, le fixing de clôture se termine : les derniers échanges se font toujours des plus gros blocs vers les plus petits (dix derniers blocs de titres échangés : 442, 353, 270, 183, 85, 66, 29, 14, 5, 5) sans qu’on sache s’il s’agit du même ordre découpé en fonction de la contrepartie ou de plusieurs ordres différents (flèche numéro 3) ? L’after market ou trading at last n’aura pas lieu, puisqu’il est presque 17h45 et que la clôture théorique des marchés se fait à 17h40…

 

- La modification du fixing de clôture par Euronext le 19 février 2007 et ses conséquences

Le fixing a été décalé de cinq minutes par rapport à l’ancienne formule : avant février 2007 le cours était arrêté en continu à 17h25, et maintenant il l’est à 17h30 ; théoriquement, entre 17h30 et 17h35 il n’y a plus d’échange, c’est le moment de la confrontation du fixing à proprement parler, pour les douze groupes de cotation qui peuvent connaître un léger décalage de plus ou moins quelques minutes dans le temps ; à partir de 17h35 jusqu’à 17h40, soit cinq minutes de plus, les transactions redeviennent possibles : on peut donc encore négocier des titres à l’achat ou à la vente, mais uniquement au dernier cours coté et en fonction des quantités disponibles en contrepartie (trading at last); le système est donc le même qu’avant, mais légèrement différé.

 

Vincent Baron

Extrait de l'ouvrage :

http://www.edouardvalys.com/livre-vincentbaron.jsp

Poster un commentaire

1 Commentaire