Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

Les dangers de l'analyse et du diagnostique en trading

Audience de l'article : 2277 lectures
Nombre de commentaires : 3 réactions


 

La complexité de l'analyse à pour première origine la quantité d'information qui nous arrive à flot continu et que nous devons disséquer.


 

Cela demande, des connaissances, des aptitudes et également une disponibilité quasi-permanente. Compétences moult et variées que l'on ne retrouve que très rarement chez l' investisseur peu averti.


 

Les interactions entre les macro-économies, la politique, l'événementiel, l'économie sectorielle, et les problèmes androgènes de l'entreprise rendent le diagnostique et la prédiction sur ces bases du niveau « mission impossible »


 

Malgré tout, la plupart des néophytes n'ayant aucun complexe ou mieux croyant pouvoir maîtriser la compréhension de tous ces phénomènes et leurs conséquences sur les cours osent le pronostiques.


 

Mais pourquoi s'en priver ?!

Dans le fond pourquoi pas nous ? N'est pas ! Pourquoi se priver ? D'autant plus que la démarche ne manque pas de charme, elle est auto-valorisante.

On éprouve un réel plaisir à rechercher le fil d'Ariane qui nous conduira à travers ce labyrinthe vers la porte du succès, celui du bon pronostique.

Rien de plus flatteur pour notre égo que de s'autoproclamer analyste financier devant son miroir parce qu'on a prédit la bonne évolution. Bien entendu, dans ce cas là le facteur « coup de bol » on l'a mis de côté.


 

L'impact du diagnostique

Tout cela serait des plus sympathiques si le diagnostique déclaré n'avait pas un impact déterminant sur nos trades.


 

Sauf prédiction du type « pile ou face », notre pronostique est l'aboutissement d'un travail intellectuel intense. Nous arroger le pouvoir de le faire, c 'est nous alloué une certaine compétence et pas des moindres qui impactera notre subconscient.

Reconnaître notre erreur sera d'autant plus malaisé que le travail fourni pour arriver à cette conclusion aura été intense.

Accepter s'être trompé sera admettre implicitement une forme d'incompétence, et cela ne peut pas être sans déchirement.

 

Et précisément, notre subconscient à horreur de toutes formes d'affliction et fait en sorte de nous protéger en niant l'évidence.

Toutes les informations seront perçues à travers un filtre psychologique qui est le biais d'ancrage.


 

Ce biais psy ne nous fera privilégier que les arguments allant dans le sens de notre choix préalable, celui du diagnostique établi.


 

Cela induira des comportements jusqu'au-boutistes, par exemple conserver des positions, malgré des indications graphiques baissières ou des informations contraire à nos attentes.


 

Jusqu'au moment, où la vérité si douloureuse soit-elle, sera devenue tellement flagrante qu'il faudra bien reconnaître, non pas notre erreur mais...... notre malchance.


De nouveaux arguments empreints de mauvaise foi vont surgir pour nous permettre de nous apitoyer sur notre sort et nous mettre à l'abri d'une cruelle confrontation avec nous même, et notre niveau de compétence.


 

Le malheureux épilogue est qu'en voulant nous protéger notre subconscient minimise les conséquences de notre incompétence, et nous n'hésiterons pas à replonger dans le doux plaisir de jouer aux analystes.


 


 

Conclusion

Je voulais par ces réflexions vous sensibiliser au danger d'un diagnostique engageant des trades sans avoir pris la précaution de considérer que ce n'est qu'une supposition et que la vérité n'est peut être pas là ou on le pense.

 

Observer comment sont rédigés les conseils des analystes pro. Ils se réservent toujours une porte de sortie, sachant pertinemment que dans ce domaine, la difficulté et la complexité de l'établissement d' un pronostique ne peuvent permettre que de déterminé un % de probabilité et non pas des certitudes.


 

Je souhaite avoir su transmettre ce message.

 


N'hésitez pas à me donner vos impressions, vos idées, j'ai toujours plaisir à débattre sur les sujets concernant la psychologique du trader d'autant plus que pour moi, ils sont les clés de la réussite.


 

L'outil technique le plus complexe à maitriser : le trader


 

PS : Un ami trader à qui je fais lire mes articles avant de la publiée pour avis, vient de me dire qu'il s'était reconnu car il venait de se faire piéger bêtement par une interprétation et qu'il aurait mieux fait de suivre tout simplement ses indicateurs. Comme quoi, personne n'échappe aux méfaits du biais d'ancrage, pas même les anciens.

 

Bernard Basset 

Auteur de « CHANGEZ DE CAMP DEVENEZ UN TRADER GAGNANT » 

http://www.eyrolles.com/Entreprise/...

Poster un commentaire

3 commentaires

  • Lien vers le commentaire bernard basset jeudi, 13 octobre 2011 15:54 Posté par bernard basset

    merci Fredo , j'aurai appris quelque chose aujourd'hui

    Entièrement d'accord Balthazar , mais la problématique est justement que les biais psy nous influencent de telle manière qu'ils deviennent prépondérent sur la stratègie.

  • Lien vers le commentaire balthazar jeudi, 13 octobre 2011 13:24 Posté par balthazar

    Vous parlez des pertes.

    Pour compléter le sujet, il est également bien difficile d'assumer les gains sans couper trop tot au premier petit reflux.


    Comme vous, je pense que la psychologie est déterminant.

    On peut tourner le probleme dans tous les sens, seule une stratégie (meme inefficace) permet de rester constant et d'éviter des catastrophes liées au psychologique (entetement, enervement, ..)