Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Claude Mathy

Claude Mathy

Si je dois résumer en quelques mots mon état d'esprit... je dirais que mon ambition première est de croire à la possibilité de vivre de ses opérations boursières et de son trading. La Bourse est une passion qui permet de s'ouvrir sur le monde, de devenir meilleur. Les indices boursiers représentent l'objectif à battre, ce que 95% des fonds ne parviennent pas à faire à long terme. Enfin, éduquer les autres et transmettre grâce à internet ses connaissances durement acquises, est une belle satisfaction !

Plus d'infos sur moi en visitant mon profil en bas de la page : Le Blog de Claude Mathy 

REUNION DE TOUS LES AUTEURS OBJECTIFECO A BUDAPEST EN MARS 2012

Cédric Froment m'a pris en photo à mon insu en train de réfléchir...

claude2

promospeciale

Les juniors aurifères prennent le relais

Audience de l'article : 2969 lectures

 

Alors qu’une grosse parties des  analystes techniques s’attardent sur le prochain nouveau haut du HUI (Amex Gold Bug) à venir, les investisseurs achètent  les Juniors qui évoluaient à l’intérieur d’un triangle depuis plusieurs mois viennent de faire un superbe Break Out.

Difficile de dire ou cette ride va nous conduire, le marché des juniors aurifères est minuscule au regard de la planète financière, si les investisseurs allument la mèche réellement, les cours de celles-ci  pourraient  atteindre la stratosphère.

 En visualisant le Hui et le GDXJ en constate de suite que la force est indubitablement sur les petites mines d’or.

Traditionnellement, une fois que l’or entame un marché haussier séculaire, Un certain ordre est respecté, une véritable hiérarchie militaire,  les actions des compagnies aurifères emboîtent le pas et grimpent substantiellement. Le mouvement à la hausse commence généralement par les grandes compagnies productrices d'or, qui ont d'ailleurs le don d'anticiper de quelques mois la hausse du cours de l'or métal. Suivent ensuite à la hausse les compagnies aurifères de taille moyenne, puis les petites sociétés productrices. Et en bout de piste, on retrouve les mines juniors de l'exploration aurifère qui finissaient par emboîter le pas...

Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire sacha Pouget mardi, 21 septembre 2010 02:29 Posté par sacha Pouget

    Merci Claude pour ces èclaircissements,

    je pense qu'il serait illusoire de jouer pour autant les small caps aurifères cotées à Paris. Sur ce terrain: mieux vaut préférer les valeurs US. Voici ce que je notais en Juillet, lors d'une comparaison

    La performance affichée pour HG sur le T 2 est inversement proportionnel aux Small Caps cotées à Paris (+23% pour HG vs -22,5% en moyenne pour ALAUP et EUR). La raison que l'on pourrait invoquer pour expliquer cet écart de performance pourrait bien venir de la taille.

    Dans le même temps, toujours au T2: le HUI (NYSE Gold Bugs Index), qui est composé de 15 sociétés aurifères Nord américaines, a surperformé à la fois le cours du Gold (Fixing de Londres) et le S&P 500 (ETF).

    [http://sachakin.blogspot.com/2010/07/sous-performance-des-auriferes-cotees.html->http://sachakin.blogspot.com/2010/07/sous-performance-des-auriferes-cotees.html]

    En sera-t-il autrement cette fois-ci ? J'en doute...