Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Actions

Actions

Acheter... VENDRE

VENDRE A LA BAISSE... Racheter

Actions américaines... Actions européennes et françaises

Investir ou trading ?

promospeciale

Incroyable - La Chine est dans le top 10 des principaux actionnaires de 600 de ses entreprises cotées

Audience de l'article : 775 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Le marché boursier chinois était la source de mystère pour la plus souvent opaque. On en a eu un aperçu l’été dernier quand il y a eu spéculation féroce entre les acteurs avec les ventes à découvert.

Pour parer à cette instabilité, la Chine a versé 483 milliard $ à l’agence China Securities Finance Corp.

Avec les divulgations d’actionnaires dans des centaines de rapports annuels d’entreprises chinoises, on constate que l’agence n’est pas un simple organisme quelconque. L’agence est en fait entrée dans le top 10 des principaux actionnaires dans plus de 600 entreprises cotées. Le fonds soutient les banques, les entreprises publiques, de biens de consommation, en bref toutes les valorisations qui ont un impact sur l’indice de référence. Il évite les petites capitalisations qui ont un effet plus limité sur le marché.

Sont ciblées, également les entreprises qui affichent une rentabilité supérieure à la moyenne. Il limite sa participation dans une société à hauteur d’environ 3% des actions en circulation.

Pauline Dan, gérante de portefeuille chez Pictet Asset Management qui supervise environ 159 milliards $ à Hong Kong affirme que cette nouvelle donne un aperçu plus clair sur la stratégie du gouvernement. Mais on ne sait pas exactement ce qu’il va faire dans le futur.

CSF est devenu un paravent  pour les investisseurs locaux en actions. Les traders baissiers tentent d’éviter les paris contre l’agence, car elle est devenue l’outil principal du gouvernement pour maintenir à flot le prix des actions, après le crash du marché l’été dernier. La bourse de Shanghai a progressé de 15% à partir d’un plus bas sur un an atteint en janvier. Les achats publics d’actions et la spéculation faite d’une croissance économique se stabilisant favorisent cette tendance.

Le monde marche sur la tête. Les gouvernements sont ni plus ni moins qu'en train de nationaliser la dette et les bourses de manière rampante. C'est un recul important de la notion de capitalisme dans le monde.



Les investisseurs regardent de manière alerte l’évolution fluctuante des positions de la CSF, et sont capables d’anticiper quand il est bon d’acheter ou vendre. Le fonds étatique a une double mission, soutenir le marché et faire des profits.

Sans surprise, les plus grands titres de CSF sont placés dans des sociétés financières, ils participent à l’essentiel du soutien du marché avec une capitalisation boursière de 6 000 milliards $. Les prêteurs, y compris Industrial & Commercial Bank of China Ltd. et Agricultural Bank of China Ltd. comprenaient 8 des 10 plus grandes positions de CSF fin décembre, selon les données recueillies à partir d'environ 1 500 rapports annuels publiés par les entreprises chinoises jusqu'à maintenant.

Plus de 80% des plus grandes holdings de CSF sont des entreprises d'État, notamment CCRR Corp., un fabricant de trains à grande vitesse. L’agence est également un soutien pour des sociétés axées sur les biens de consommations, dont près la moitié des 29 divulguées ont vu leur cours augmenté lors du 4e trimestre 2015.

CSF possédait 2,6% de Kweichow Moutai Co fin décembre, une entreprise spécialisée dans la distillation et l’eau de vie, et de 3,1% de Inner Mongolia Yili Industrial Group Co, l'un des plus grands producteurs laitiers du pays.



Les 100 meilleurs titres de l'agence, représentant plus de 70% de la valeur de portefeuille divulgué, ont un rendement moyen évalué à 15%, soit le double de celui de l'ensemble du marché.

CSF ne présente pas comme le top 10 des petites capitalisations (indice ChiNext qui a un PER quatre fois plus élevé que le SSE Composite Index). Cependant, certains fonds plus modestes associés à CSF, sont apparus comme les principaux acteurs ChiNext.

On en sait aussi plus sur CSF grâce à l’éclairage des médias chinois. Les services de négociation et de prêts aux brokers ont permis de doubler les revenus en 2015. CSF a transféré une partie de ses actions à d'autres entités contrôlées par l'État comme remboursement partiel des prêts.

China Business News a déclaré cette semaine, que cela peut aider à comprendre, pourquoi le rapport  de l’agence, dans les participations de sociétés cotées, a chuté de près de 65 milliards de yuans au cours du 4e trimestre 2015, pour passer à 550 milliards de yuans. Et encore, ce chiffre sous-estime vraisemblablement la taille du portefeuille total, car il exclut les actions pour lesquelles CSF détient une participation, mais qui ne sont pas dans le top 10.  Investir dans les actions favorites de CSF ne paie pas toujours. Les banques chinoises, par exemple, ont progressé de seulement 0,7% en moyenne au cours des 3 derniers mois, faisant chuter le Shanghai Composite de plus de 3 points. A contrario, le ChiNext a réalisé un bond en avant de 11% malgré le fait que CSF boude les petites capitalisations.

Pour de nombreux analystes, CSF est trop important pour ignorer les petites valorisations. Bien que l'agence ne divulgue pas les détails financiers, des actionnaires bien placés ont dit qu’ils avaient bénéficié de près de 3 milliards de yuans en juillet 2015. Le mois suivant, les investisseurs ont cherché 2 milliards de yuans supplémentaires.

Aucun des documents examinés par Bloomberg n’a montré une position supérieure à 3,03% des actions en circulation. Au total, on dénote une participation dans 115 entreprises en dessous de ce niveau.

Prendre position sur une action au-delà du seuil des 3% est moins attractif. Le niveau d’action en circulation peut donner un signal intéressant aux investisseurs professionnels sur l’évolution d’une valorisation ciblée.

Poster un commentaire