Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

Le boucher des libertés

Audience de l'article : 591 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions
Quelle soit désirée ou rejetée la mondialisation est effective.

Les jeunes générations pensent et agissent mondialement, même ceux qui croient s’y opposer. S’opposer suppose d’admettre l’existence de ce que l’on conteste.

C’est dans ce cadre que le monde — ou du moins ceux qui prétendent le représenter — est parti en guerre contre la grippe. Cette maladie hivernale qui saute tous les six mois d’un côté à l’autre de l’équateur.

Bien d’autres maladies circulent dont nous sommes les cibles, il faut bien que les microbes vivent… mais c’est la grippe aujourd’hui qui occupe le terrain.

Peut-être connaîtrons-nous un jour les raisons de cet avatar, peut-être pas.

Les hypothèses possibles sont nombreuses, pas question de s’y égarer.

Cependant, deux ou trois vérités sont incontestables. Les pays riches sont en pointe face à l’ennemi, les moyens mis en œuvre sont colossaux au point de fragiliser les combattants les plus puissants et probablement de jeter les plus faibles dans la misère pour un bon moment.

Pour l’instant les virus paraissent plus malins que nous.

Cette passion soudaine pour la grippe intervient au moment où justement les plus puissants trouvent leur statut mondial épuisant. Épuisant à maintenir, à assumer, à éviter de remettre en jeu.

Je ne saurais expliquer exactement les passerelles psychologiques entre l’avènement de la mondialisation, le profit que les plus forts en tire, l’angoisse qu’ils ont de se faire piquer la place, l’envie de débauche que cette place provoque en eux, et la diabolisation de la grippe.

Mais, bref, toujours est-il que, majoritairement, les peuples les plus puissants ce sont enfermés volontairement à double tour au motif de la grippe, chacun dans leur espace privilégié, en ignorant le reste du monde, tout particulièrement les plus faibles qui ont d’autres chats à fouetter que la grippe.

Il y a plus de 18 mois que tout cela a commencé et tout laisse supposer que la continuité est d’ores et déjà assurée, probablement pour des années.

Nous allons vivre masqués, surveillés, dénoncés, incités voire obligés, isolés, finalement prisonniers… de la grippe.

Soyons optimistes, imaginons qu’un jour la grippe redevienne ce qu’elle a toujours été, une maladie hivernale violente qui va jusqu’à tuer les plus faibles, qui se disperse en fonction du hasard des rencontres. Imaginons que nous l’acceptions, comme c’est le cas depuis toujours, ou même mieux que nous la terrassions.

Alors se posera la question : où sont passées nos libertés ? Ou, plus exactement, ceux qui étaient libres avant la phobie grippale se poseront cette question.

Première surprise, ils s’apercevront qu’ils sont une infime minorité, que la grande majorité n’a pas pu perdre une liberté qu’elle n’a jamais eue, jamais voulue. Donc pas de questionnement pour les ignorants de la liberté, pour les adeptes de la soumission, pour la majorité.

Deuxième surprise, les soumis n’ont pas la même vie dans une société sous liberté et dans une société sous contrainte. S’ils ne sont pas capables de se battre pour la liberté, ils sont parfaitement capables de se plaindre de son absence.

Là sont le paradoxe, la complexité, la politique.

Donc l’après-grippe fera face à la perte des libertés occasionnée au motif de la “lutte” contre la grippe.

Sans anticiper sur ce qui se passera, en reconquête ou non des libertés, une chose est sûre l’histoire analysera l’événement … un jour ou l’autre.

Qui sera pour l’histoire “l’homme de la grippe”, donc le responsable devant elle de tout le bordel que nous vivons, du résultat pragmatique qui en découlera : éradication ou échec et conséquences attribuées à l’événement.

Ce sera Macron.

Voilà un jeune homme qui va sans doute porter un chapeau largement plus grand que son tour de tête, et pas que celui-là …

Ce garçon va effectivement occuper une importante place dans l’histoire de France, non pour ce qu’il aura fait — il n’a pas fait grand-chose — mais parce que c’est lui qui est là.

Voilà un jeune homme de bonne famille, sage et travailleur, qu’une bifurcation culottée – ou déculottée – a d’abord prédisposé au théâtre, puis aux affaires et enfin à la politique, probablement par inconscience et vanité.

Le hasard fait qu’il se trouve juste là au moment d’un gigantesque changement dont personne, et surtout pas lui, ne peut imaginer la tournure et les conséquences.

Tout est mêlé, mondialisation, mal-être sociétal, âpreté générale, jouissances culpabilisatrices, frustrations, explosion des repères, novation des croyances, peurs vitales irraisonnées, faillite, et… grippe…

Il ne peut rien contre ce déluge biblique, mais il est là, juste pour l’histoire.

Quel étrange destin !!! Quel sacrifice accidentel, non désiré…

Ne nous acharnons pas sur ce garçon, épargnons-lui immédiatement ce que l’avenir lui prépare de terrible, c’est charité humaine…

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire hftrade lundi, 28 juin 2021 16:29 Posté par hftrade

    Au fait les francais, en france vous avez certainement un virus, c'est le virus Bercy et son gang de pillards retranché dans son bunker du bord de Seine. Concernant les voyous de Bercy saviez vous que :

    - Ils percoivent des salaires anormaux dans l'administration francaise, sans parler des AR privé/public (bonjour la connivence) et du reste.

    - Bercy se couche devant les multinationales comme le monde entier a travers tax rulings (taxation minorée au cas par cas pour les multinationales) etc

    - la ripoublik bananiere du frankistan si je ne m'abuse possede ses propres paradis fiscaux en interne (pavillon des kerguelen, statuts fiscaux particuliers dans les DOM-TOM comme la NC)

  • Lien vers le commentaire zoulou2 lundi, 28 juin 2021 03:22 Posté par zoulou2

    La 1ere des libertés que les Francais n'utilisent pas, c'est de foutre le camp du pays le plus taxe de la planete, le reste c'est du blabla.

    Parce que la 1ere activite dans la vie, c'est de gagner de l'argent pour vivre, en France vous travaillez pour l'Etat, crache , crache crache, c'est pas possible que tu en rechappe.