Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Thibault Doidy de Kerguelen

Thibault Doidy de Kerguelen

Je suis président de la Compagnie Financière et Patrimoniale de Normandie. Vous pouvez me suivre sur mon site http://maviemonargent.info/

promospeciale

L’actionnariat salarié chute (encore!) en France

Audience de l'article : 1529 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions
Quand le discours idéologique conduit très exactement à ce qu'il dénonce

L’actionnariat salarié baisse en France et augmente en Grande Bretagne

La Fédération européenne de l’actionnariat salarié constate que pour la troisième année consécutive le nombre de salariés actionnaires de leur entreprise a régressé en Europe. Les 2 225 entreprises observées dans le cadre de ce recensement annuel (25 % des entreprises cotées, 98 % de la capitalisation boursière totale et 94 % en termes d’emploi) comptaient en 2014 8 776 000 actionnaires salariés, contre 8 799 000 en 2013 et 9 119 000 en 2011.

En France, leur nombre a diminué de 125 000.

Cela étant, les montants détenus par ces salariés actionnaires européens ont grimpé à un niveau record de 301 milliards d’euros en 2014, fruit de deux années de rebond des marchés des actions. « Cependant, ces montants accrus se répartissent entre un nombre décroissant de personnes (…) la démocratisation de l’actionnariat salarié régresse, menant à une concentration des avoirs dans les mains des plus fortunés« , estime la FEAS. Les explications sont multiples. Il y a d’abord l’incitation fiscale. La France partant du principe que les revenus du capital doivent être plus taxés que ceux du travail, n’incite pas les entreprises à proposer cette forme de rémunération. L’idéologie dominante qui véhicule l’image idéologique marxiste du méchant capitalo et du gentil prolo crée un clivage dans l’esprit des salariés qui n’estiment pas devoir une part de leur rétribution aux résultats de l’entreprise.

La FEAS souligne que la Grande-Bretagne, qui a mené une politique favorisant fiscalement l’actionnariat salarié, connait un nombre d’actionnaires salariés en progression de 200 000 depuis 3 ans.

Quelques rappels basiques concernant l’actionnariat

Vous entendez régulièrement les politiques démagogues vous dire que les actionnaires épuisent les entreprises en réclamant toujours plus de dividendes, que les dividendes augmentent d’année en année, même lorsque les résultats des entreprises ne suivent pas le même rythme. Comme il se doit, les journalistes embraient  sur le sujet, taper sur les capitalos, c’est une façon de faire de l’audience à bon compte, ça rassure le bon peuple et cela conforte les clivages et les antagonisme marxistes de lutte des classes. Même quand, dans la pratique quotidienne, certains de ces mêmes journalistes n’hésitent pas à user et abuser de leur propre position d’actionnaires. La quintessence de la démagogie à deux balles ayant probablement été atteinte récemment avec l’émission « bien pensante » Cash Investigation du 03 mars dernier. Non seulement l’EN prend soin de ne pas enseigner ce qu’est l’économie, ses rouages, ses tenants et aboutissants, mais la télévision d’Etat se permet de telles plaidoiries pro domo. On y entend même l’actuel ministre de l’économie français dire « vous savez, la politique, c’est de l’idéologie… » (sic, vers 02:30) ! Et après cela, on s’étonne que les Français ne comprennent rien à l’économie!

Je profite de l’actualité pour répondre à Elise Lucet et son équipe de branquignoles.

Sans capital, pas d’entreprises

Il n’y a pas d’entreprise sans actionnaires. Pourquoi, parce qu’il n’y a pas d’entreprise possible sans capital, donc sans des personnes (physiques ou morales) qui mettent de l’argent dans une activité économique. Et pourquoi mettent ils de l’argent dans une activité économique? Dans l’espoir d’en récupérer plus qu’ils n’en ont mis, c’est la seule raison. Vous trouvez cela scandaleux?

Et vous, quand vous mettez de l’argent sur un contrat d’assurance vie, vous espérez quoi, le perdre?

De plus, celui qui investit, c’est une règle de précaution, ne met pas tous ses œufs dans le même panier. Il « diversifie ». Sur l’ensemble de ses investissements, un certain nombre vont générer des pertes. Il est donc normal qu’il cherche à ce que ceux qui fonctionnent lui rapportent suffisamment pour couvrir ces pertes et assurer un plus.

Seule la création de richesses justifie l’existence de l’entreprise. Une entreprise qui ne crée pas de richesse est condamnée à trouver à l’extérieur d’elle même les moyens de son fonctionnement (économie communiste ou mode de fonctionnement de certaines associations) ou à disparaître. Pour trouver à l’extérieur les moyens de son fonctionnement, cela suppose qu’il y a à l’extérieur d’elle même d’autres entreprises qui génèrent des richesses leur permettant de fonctionner et de faire fonctionner. Vous ne faites donc que déplacer le problème. La création de richesses est donc, sinon la finalité, du moins la condition sine ua non de l’existence d’une entreprise.

La propagande et l’ignorance ont tué l’actionnariat populaire

La politique imbécile menée depuis 50 ans par tous les gauchos successifs (avérés ou cryptos), soutenus par l’ignorance crasse du bon peuple et de ses « zélites » des mécanismes économiques a eu comme effet la paupérisation du peuple français (attention, pas son niveau de vie qui n’a cessé d’augmenter, mais sa paupérisation, c’est à dire son patrimoine net) et son aversion au risque (qu’attendre d’autre de la part de crétins qui mettent le principe de précaution dans leur Constitution?). Donc, les Français ont moins d’argent que les autres à investir dans l’économie, ignorent (il faut voir les programmes d’éco de l’EN!!!!!!) tout de l’économie, croient au schéma marxiste de la lutte des classes entre méchants capitalos et gentils prolos, bref ne peuvent ou ne veulent investir dans l’économie. La plus belle illustration de cela est la répartition entre fonds de dettes souveraines et actions d’entreprises ou obligations d’entreprises dans les contrats d’assurance vie. Résultat? Pas d’actionnariat populaire en France

Un actionnariat familial sclérosé

A l’origine du développement économique de la France, le capitalisme familial a été laminé. Nous n’allons pas nous étendre sur les vicissitudes du capitalisme familial français, mais disons que l’évolution économique de ces cinquante dernières années a tué un tissu de petites et moyennes entreprises familiales qui n’ont pu ou su évoluer et s’adapter. Beaucoup ont préférer mettre la clef sous la porte, quelque fois bien tard, plutôt que de prendre le train de la mondialisation. Il faudra qu’un jour un chercheur écrire le drame de ces miliers de petits patrons français qui, alors que la production en France devenait non rentable, se sont accrochés à des rêves, ont refuser de licencier une partie de leur personnel pour produire à l’étranger et ont finalement du licencier tout le monde et fermer leur entreprise quelques fois centenaire. Le capitalisme familial n’est plus aujourd’hui représenté en France que par quelques grosses sociétés dont tous les analystes (Oddo par exemple) vantent la stabilité, la qualité de gestion et la rentabilité à terme.

Un actionnariat public idéologique et jacobin

En France, les collectivités locales n’ont pas la possibilité d’être actionnaires de société privées (en Allemagne, le land de Basse Saxe est actionnaire de Volkswagen). L’Etat, lui, ne se prive pas d’intervenir dans le capital de sociétés, souvent de manière fort inopportune. Mu par l’idéologie, les dirigeants nommés pour des raisons politiques et non pour leurs compétences, l’Etat français actionnaire fait de la démagogie sociale et fait peser sur le budget national le coût de dysfonctionnement des entreprises qu’il contrôle. D’ailleurs, il est savoureux de voir, comme récemment sur France Telecom, que lorsque l’Etat, à la suite d’un désengagement, n’est plus que minoritaire, il se comporte de manière pire que n’importe quel fond d’investissement tant décrié par Madame Nicole Lucet, allant jusqu’à siphonner 78% des bénéfices en dividendes!!!!

Il n’y a donc pas aujourd’hui de capitalisme ou d’actionnariat populaire en France, plus de capitalisme ou d’actionnariat familial et pas de capitalisme national.

Toutes le entreprises françaises peuvent disparaître en l’espace d’un an

Mais voilà, dura lex sed lex, il n’y a pas d’entreprise sans capital et pas d’emplois sans entreprises (autrement dit, contrairement à ce qu’affirment les démagos de tous poils, il n’y a pas d’emplois sans capitalistes…..). Si les franchouillards n’investissent pas, c’est ailleurs qu’il faut aller chercher les capitaux nécessaires au bon fonctionnement de l’économie française. Ainsi, l’actionnariat des grandes et des moyennes entreprises françaises s’est il internationalisé.

Qui dit internationalisation des investissements dit comparaison internationale des dividendes. La fiscalité et le mode fonctionnement liés à l’économie française font que la rentabilité des entreprises françaises est moindre que celles de leurs concurrentes. Que faire?

Aligner les dividendes sur le résultat comme le suggère l’ancien patron de sanofi interviewé dans le reportage? Malheureusement, si les entreprises servent moins que leurs concurrents, les actionnaires vont vendre. Si les actionnaires vendent, les cours de l’action chutent. Si les cours des actions chutent, les entreprises françaises deviennent opéables et se font bouffer par un concurrent qui dispose du cash nécessaire (ou qui en disposera en vendant les actifs) pour payer les actionnaires au dessus du cours officiel.

Basta, la boîte n’existe plus.

Distribuer ou non des dividendes est un faux problème

Sur un plan purement économique, agiter le chiffon rouge de la distribution des dividendes relève de l’agit prop marxiste et n’est rien d’autre qu’un faux problème. En effet, le dividende versé n’enrichit pas l’actionnaire. Avant d’être distribué, le cours de l’action inclut le montant du dividende. Recevoir un dividende ou vendre une part de ses actions est économiquement équivalent.

D’ailleurs, avant de juger telle ou telle distribution de dividende trop généreuse aujourd’hui, encore faudrait-il la mettre en perspective. Quand les salaires, eux, se maintenaient ou progressaient, on a vu le CAC 40 tomber de 7.000 points à moins de 3.000 pendant la crise pour remonter seulement aux alentours de 4.800 actuellement!
Poster un commentaire

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Ouap1 jeudi, 12 mars 2015 09:17 Posté par Ouap1

    Si vous avez les chiffres de l'évolution des nombres d'actionnaires en France ça serait également intéressant. Merci pour votre article.

  • Lien vers le commentaire tartemolle mercredi, 11 mars 2015 15:36 Posté par tartemolle

    Excellent papier Thibault! Un modèle de pédagogie qui devrait impérativement figurer dans les cours à faire suivre par les candidats au Bac...


    Je profite de l'occasion pour brocarder l'émission Cash Investigation du 3 mars particulièrement scandaleuse à laquelle vous faites allusion.







    Normal
    0




    21


    false
    false
    false

    FR
    X-NONE
    X-NONE








































































































































































    /* Style Definitions */
    table.MsoNormalTable
    {mso-style-name:"Tableau Normal";
    mso-tstyle-rowband-size:0;
    mso-tstyle-colband-size:0;
    mso-style-noshow:yes;
    mso-style-priority:99;
    mso-style-qformat:yes;
    mso-style-parent:"";
    mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
    mso-para-margin:0cm;
    mso-para-margin-bottom:.0001pt;
    mso-pagination:widow-orphan;
    font-size:11.0pt;
    font-family:"Calibri","sans-serif";
    mso-ascii-font-family:Calibri;
    mso-ascii-theme-font:minor-latin;
    mso-fareast-font-family:"Times New Roman";
    mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
    mso-hansi-font-family:Calibri;
    mso-hansi-theme-font:minor-latin;
    mso-bidi-font-family:"Times New Roman";
    mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}


    Comment en mars 2015 une chaine publique peut-elle produire et diffuser à une heure de grande écoute une pareille émission de propagande totalement biaisée, débitant les sornettes habituelles gauchisantes de la lutte des classes, tout en parlant de méchants patrons et de méchants actionnaires qui dévorent et exploitent horriblement leurs salariés ??


    Mme Lucet, militante encartée socialiste depuis des lustres (ça transpire dans toutes ses interventions) nous débite les poncifs habituels de la lutte des classes.


    C’est son fond de commerce de bobo gaucho qui sue l’hypocrisie de cette caste de journalistes qui s’en mettent plein les poches en exploitant le filon de la bien-pensance socialiste.


    Ce pays ne pourra pas se redresser tant qu’un ménage n’aura pas été fait tant dans l’Education nationale dont le rôle est d’abord et avant tout d’instruire et non d’endoctriner nos enfants (gauchisme, lute des classes…) que dans les médias à 90% de gauche qui continuent à laver le cerveau du peuple français. 


    Depuis son enfance, le peuple français est maintenu par ce système gauchiste dans l’ignorance totale de ce qu’est une économie de marché, des règles de base du capitalisme et de comment fonctionne une entreprise.


    Ce type d’émission participe activement à la désinformation et à l’abêtissement du peuple pour mieux le manipuler et maintenir au pouvoir une oligarchie (on peut même parler de nomenklatura) profiteuse composée de politiciens, fonctionnaires, énarques, technocrates et journalistes.


    Une émission à la fois profondément malhonnête, manipulatrice et décourageante pour l’avenir de ce pays complètement à la traine de l’Europe depuis 40 ans.


    On y retrouve les clichés habituels de la gauche : méchants patrons qui ne créent pas d’emplois mais les détruisent pour mieux se gaver de fric. Argent volé par les actionnaires qui utilisent des méthodes de gangsters pour maximiser leurs profits.


    Mme Lucet ne se demande surtout pas qui sont ces « méchants » actionnaires ? Pour elle ce sont de vilains capitalistes au gros cigare roulant en Rolls avec des lingots d’or enterrés dans leur parc centenaire… Il ne lui est pas venu à l’idée que ce sont principalement des caisses de retraite, des particuliers, directement ou via des sicav. Quant au montant des dividendes, elle oublie de les rapprocher des cours de bourse depuis 7 ans, des risques encourus et de les comparer aux dividendes qui se sont effondrés en 2008 et dans les années suivantes.


    Personne ne nie qu’il y a des abus dans le système capitaliste et chacun sait que tout n’est pas rose, mais on attend l’émission que fera Mme Lucet sur la taille extravagante et les privilèges scandaleux de la fonction publique française (salaires 20% supérieur au privé, garantie de l’emploi à vie, régime de retraite inouï etc…) dont le coût prohibitif pour la collectivité détruit et empêche la création de millions d’emplois dans ce pays. Malheureusement on peut attendre longtemps cette émission… J’entends d’ici la réponse de Mme Lucet « il ne faut pas stigmatiser  une catégorie de français… ».  En effet il ne faut pas  agacer la clientèle socialiste…