Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Témoignage de MEMBRE OBJECTIFECO

Témoignage de MEMBRE OBJECTIFECO

Nous allons publier vos témoignages. Nous en recevons beaucoup. Nous pensons que l'expérience des autres permet de réfléchir grâce à l'effet miroir. Il arrive souvent que nous soyons confrontés tous à des choix de vie, des choix d'argent ou des choix professionnels sans savoir sur quelle option miser. 

Il y a deux moyens principaux pour s'aider. Consulter l'expérience des autres sur le terrain, dans des configurations similaires. Lire des livres de spécialistes qui ont creusé la problématique.

ObjectifEco souhaite participer en mettant en avant vos expériences heureuses et malheureuses. 
ecrivez nousEcrivez nous par le biais du formulaire de contact présent en bas de chaque page de notre site à gauche !

Premier bilan de mon expatriation en Angleterre

Audience de l'article : 16434 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Pourquoi le UK?
En premier lieu car mon entreprise actuelle est venue me débaucher à Lyon, elle a le vent en poupe, ils m'ont proposé le déménagement et un package attrayant.
 
Pourquoi j'ai accepté?
Opportunité de perfectionner mon anglais, découvrir une autre culture en vivant à l'étranger, me faire un joli CV avec un poste intéressant tout en changeant de métier, proximité avec la France (et donc facilité à convaincre ma femme de s'éloigner de sa famille en France)
 
Atouts
 
Travail : marché très dynamique, facilité à trouver un nouvel emploi très rapidement. Il est normal et courant d'évoluer (promotion, nouveau poste) en entreprise tous les 6 mois si on démontre les capacités.
 
Santé : gratuit pour tous, impôt prélévé sur la population active. Même les médicaments sont payés à £7,5 la ligne. Donc une prescription pour 10 boîtes d'un médicament à 80€ en France, une seule ligne = £7,5. On peut prendre un forfait trimestriel illimité pour quelques dizaine de livres sterling.
 
Sécurité : idem France, globalement tout à fait sécurisé, mais il ne faut pas non plus trainer n'importe où, i.e. mauvais quartiers.
 
Hygiène : idem France, standard européen.
 
Revenus et révenu disponible après impôts : similaire à la France, le taux de change a un impact positif si on pense revenir dans l'euro. Pour les traders, possibilité de profiter des nombreux paradis fiscaux anglais. Pour les autres : rien, prélèvement à la source, pas d'incitation à la défiscalisation.
 
Travail et ambiance de travail : ponctuels, tournés vers le résultat, vers la résolution de problèmes, culture de la réussite et de la reconnaissance. Pas autant libéraux que ce que je pensais, je vois des gens ne rien faire et ne pas être licenciés.
 
Vacances : 5 semaines.
 
Attitude : toujours positifs, y'a des fois je me demande où ils vont chercher leurs compliments mais c'est agréable quand on vient d'une culture où on ne remarque que ce qui ne va pas, ce qui va étant "normal".
 
Dynamisme économique : au taquet les anglais, toujours prêts à relever les défis ! Ils sont compétitifs dans l'âme, ils ont besoin d'être les meilleurs, de gagner et d'inspirer le reste du monde.
 
Accueil : bon accueil de la population qui adore notre accent, confiance naturelle, "grandeur" de la France... ils y vont presque tous en vacance pour trouver le soleil, ils nous aiment bien. Certains s'amuser à rappeler nos défaites sous Napoléon ou d'autres batailles perdues par la France, même pas mal !.
 
Marché immobilier : on peut encore tirer un rendement locatif très correct sur des biens récents de qualité sans travaux (6% brut), contrairement à la France. Je l'explique par le fait que les loyers sont très chers, rapportés au niveau de vie et l'absence d'incitation fiscale.
 
S'adapter à la culture : très polis, il faut apprendre à décoder ce qu'ils disent vraiment derrière leurs compliments (quite good = "à chier" et non "plutôt bien"). Ils adorent s'envoyer ou se donner des cartes postales, culture de la célébration des évènements de la vie courante, attitude positive, c'est vraiment agréable. Finalement proche de notre culture française, en plus positif, pas si différent.
 
Anglais et américains : ils se détestent diplomatiquement, ils ont besoin l'un de l'autre. Les US pour faire du business en Europe, les anglais aux USA. Vivre au UK permet de travailler dans des sièges de grands groupes internationaux.
 
Environnement politique : stable. Plus libéral qu'en France mais globalement gouverné pour l'intérêt général (donc personnel) et non pour le bien commun (bref, pas de castagnettes ici non plus).
 
Sport : le foot est le sujet de discussion national. Je ne comprends toujours pas pourquoi certains jouent au criquet. On peut pratiquer toutes sortes de sports, idem France (en plus humide à l'extérieur bien sûr!).
 
Sorties culturelles : musées gratuits, beaucoup d'évènements culturels à Londre (idem Paris).
 
Equilibre travail & vie privée : parfait, la norme est 9h - 17h avec une pause de 30 à 45min le midi. Pas de présentiel jusqu'à 19h ou 21h pour se faire bien voir, pour la frime ou s'en plaindre le lendemain matin.
 
Faiblesses
 
Relief : parapentiste, fan de rando, de ski, de via ferrata, ... bref, c'est plat!
 
Boisson: alcooliques, femmes au même niveau que les hommes. Pas de concept d'apéro (ok c'est tricher!), ils boivent juste beaucoup trop! Ils regardent le titrage alcoolique pour savoir s'il s'agit d'une bonne bouteille de vin...
 
Nourriture : affligeant... heureusement que je cuisine. On trouve de bons restos, mais la culture gastronomique n'est pas là... Ils mangent pour se nourrir, préfèrent le piment aux épices! Le midi on reste dans le cliché avec le petit sandwich mou et sans goût accompagné de son paquet de chips au vinaigre et d'un soda.
 
Climat : pénible. Il fait beau presque tous les jours, tout comme il pleut presque tous les jours. Résultat c'est un enfer de planifier un weekend outdoor. Il ne fait presque jamais plus de 25°, ils appellent d'ailleurs ça la canicule !
 
Education et enfants : cher (voire très cher) et compliqué
 
Vie sociale et se faire des amis : les anglais ne s'invitent pas entre eux si ce n'est rarement au resto/bar à 17h pour quelques bières, se voient plutôt en famille le WE. Les étrangers sont, comme toujours, plus ouverts. Les anglais sont très amicaux, il est juste très difficile de rentrer dans leur cercle privé. Ils mangent à 18h, donc si on les invite à 19h pour une soirée ils auront déjà mangé à moins de bien leur préciser.
 
Transports : gros bouchons dans les grandes villes et sur les axes principaux, autoroutes gratuites, transport ferrovière hors de prix (géré par plusieurs sociétés privées qui s'entendent très très bien et non subventionné comme en France).
 
Qualité des habitations : gros gros problème d'isolation, humidité et froid sont au rendez-vous à moins de choisir des constructions après l'an 2000. Les pièces sont petites, beaucoup de double robinets (chaud, froid), de SDB dans l'enfilade de la cuisine... Et tout est globalement très cher. Ils décourvent depuis quelques années les cuisines américaines, il est temps d'évoluer !
 
Commerces : du low cost au luxe, l'offre est plétorique. Tous les commerces sont ouverts 7 jours sur 7.
 
Dettes : les anglais vivent à crédit, ils empruntent autant qu'ils sont autorisés à le faire, y compris pour des biens de consommation. Les anglais se basent donc sur le credit rating (prêt et banques fournissent les infos) pour accorder des crédits, pour louer un appart, pour ouvrir une ligne téléphonique... Cela a bien sûr un impact sur la solvabilité des ménages.
 
Caritatif : Sur le fond c'est pour la bonne cause et je suis d'accord, mais en pratique ils se font tous voir en faisant des tonnes d'activités sympa (si encore c'était pénible) pour récolter des fonds. Ils vont faire un voyage, une course de 5km, une rando en montagne, un défi à relever pour se dépasser, des cakes, ou un de leurs amis, ou parce qu'ils se laissent pousser la moustache, chaque jour une enveloppe ou un email circule pour annoncer au monde entier qu'ils sont des gens bien et qu'il faut être solidaire !
Ca devrait être un atout du pays, mais c'est vraiment trop, ça en devient pénible au quotidien.
 
Futur, rester au UK?
Le climat, l'absence de relief, la nourriture... commencent à peser sur le système.
Ayant des amis frontaliers en Suisse, ils gagnent 2 à 3 fois plus, même après imposition => je sens que je vais me rapprocher des montagnes de Haute Savoie sous peu !
L'argent n'est pas mon moteur principal, je pense juste à préparer ma retraite et profiter de la vie avant la retraite : mon taux horaire net et ma qualité de vie guident mes choix.
Je pensais la Suisse trop isolée culturellement, je pensais m'y ennuyer, mais je me rend compte qu'avec l'âge, je ne sors pas tous les soirs, mes amis avec des enfants en bas âge non plus d'ailleurs.
Donc, ici ou ailleurs, ce ne sont pas les spectacles anglais, les attractions et les musées qui vont me manquer. Je pourrai toujours prendre un billet d'avion si l'envie s'en fait sentir.
 
Deux liens intéressants sur l'expatriation :
Immobilier : 


Amicalement,
Armand
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire antoine jeudi, 21 février 2013 14:54 Posté par antoinecr

    on dit souvent que l'on part pour voir si l'herbe est plus verte ailleurs, je crois que la réponse est oui pour l'angleterre mais c'est du à la pluviométrie ;)