Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Témoignage de MEMBRE OBJECTIFECO

Témoignage de MEMBRE OBJECTIFECO

Nous allons publier vos témoignages. Nous en recevons beaucoup. Nous pensons que l'expérience des autres permet de réfléchir grâce à l'effet miroir. Il arrive souvent que nous soyons confrontés tous à des choix de vie, des choix d'argent ou des choix professionnels sans savoir sur quelle option miser. 

Il y a deux moyens principaux pour s'aider. Consulter l'expérience des autres sur le terrain, dans des configurations similaires. Lire des livres de spécialistes qui ont creusé la problématique.

ObjectifEco souhaite participer en mettant en avant vos expériences heureuses et malheureuses. 
ecrivez nousEcrivez nous par le biais du formulaire de contact présent en bas de chaque page de notre site à gauche !

Je me suis expatrié au Vietnam

Audience de l'article : 9306 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Voilà. Né en 1969, cadre dirigeant d’une PME, marié avec un enfant de 6 ans, c’est en juillet 2010 que je prends la décision de partir au Vietnam. Pourquoi le Vietnam ? Il règne à Hô Chi Minh Ville une énergie intense, un optimisme à toute épreuve, une population jeune et nombreuse et un climat tropical. Parce que j’aime le Vietnam, que j’ai découvert en 1999 lors d’un tour du monde histoire de voir comment était le monde, j’ai choisi une épouse de ce pays.

J’y ai créé, non sans difficultés, une entreprise artisanale qui se développe rapidement. Pour moi, c’est une qualité de vie incomparable, la propriété de ma maison urbaine de 200 mètres carrés payé cash 100.000 €. On déjeune pour 1 €...

Ceci dit, il faut garder à l’esprit que ce choix est le bon pour moi, mais que ce n’est pas transposable à tout le monde. C’est un pays difficile, qui cherche encore sa voie, entre la rizière ancestrale où l’on survit difficilement, et l’hyper-urbain où les fils de…s’habillent en Prada et roulent en Rolls !

En tout cas, j’ai pu créer une entreprise, embaucher des gens, ne pas m’endetter sur 30 ans pour un clapier en banlieue, ne pas être submergé par les taxes. Ici, ni taxe foncière, ni taxe d’habitation car ce n’est pas encore inventé ; ca viendra.. TVA de temps en temps à 10 % seulement. Et oui aucune violence physique, aucun sentiment d’insécurité ; Un soleil radieux illumine les journées. Mon enfant fréquente une école privée, qui coûte une blinde, mais ce n’est pas grave. Ici, si les enseignants n’enseignent pas, on les vire !

Je vois débarquer chaque année des centaines de jeunes Français, qui préfèrent largement repartir de zéro ici, et gagner 500, puis 1000, puis 2000 dollars plutôt que de se morfondre en France.

Pour le Vietnam, un effort d’adaptation est indispensable. Il convient pour bien faire, de parler la langue, ce qui change tout, mais ces langues tonales sont difficiles à prononcer, et cela demandera du travail. Un investissement intense de 18 mois est nécessaire, mais ô combien payant ! Les Vietnamiens sont un peuple fier, qui ne vous attends pas, et qui ne fera aucun effort pour vous faciliter une expatriation. C’est à vous, et à vous seul de faire le chemin. Ces choses étant bien comprises, un boulevard peut s’ouvrir à vous, la communauté des entrepreneurs français qui réussissent est aussi remarquable que discrète.  
Poster un commentaire

1 Commentaire