Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

La France va réglementer l'utilisation des drones - Zoom sur le détail de ces mesures et leur impact

Audience de l'article : 1729 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
A Flamby Land, la chasse aux drones est désormais lancée, lâchez les lévriers, ça va swinguer !

Mais quelle est donc la raison de toute cette hargne socialiste ?

Bien sûr, vous vous en doutez il y a des antécédents. L’événement qui a littéralement mis le feu aux poudres, ce sont les fameux drones qui ont survolé Paris début mars 2015. Ils ont pu parcourir des dizaines de kilomètres en toute impunité, planant au dessus de sites sensibles comme des centrales nucléaires de la capitale.

drone-centrale-atomique


Cela a provoqué un mini incident diplomatique et l’Etat s’est dit prêt à riposter. Car il considère ces phénomènes comme un problème sécuritaire à prendre au sérieux. Pour le moment, il n’existe pas de réglementations très précises quant à l’utilisation des drones civils. Les dirigeants socialistes comptent bien mettre de l’ordre et pour cela nous pouvons leur faire confiance. Ainsi, 2 nouveaux outils vont voir le jour. Leurs noms, Boréades et Angelas.

Au Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale (SGDSN), tout le monde est sur le pont ! L’organisme a mis en place une vaste opération de lutte contre les drones malveillants. Ce qui inquiète beaucoup de spécialistes c’est qu’il n’y a encore aucune technique de neutralisation véritablement aboutie pour combattre et stopper les drones. Aussi, ces engins volants sont trop petits pour être détectés et les procédés employables pour les arrêter seraient jugés trop dangereux en milieu urbain.

Les craintes de la SGDSN ne dissipent pas pour autant, d’autres aspects font frémir les experts. Selon ces derniers, les évolutions fulgurantes de la technologie des drones présentent une menace plus que réelle à moyen terme.
Mais revenons à l’arsenal anti drone dont l’ONERA (l’Office National d'Etudes et de Recherches Aérospatiales) est un partenaire actif en France.


Quels sont les mystères des dispositifs Boréades et Angelas ?


1. Le projet Boréades

Il fonctionne avec un réseau de capteurs visuels et thermiques afin de localiser précisément l’engin volant. Le système dispose aussi d’une caméra rotative capable de balayer tout l’espace, et de capteurs fixes qui s’occuperont quant à eux, des différents angles morts.

Le système rend possible la neutralisation en vol des machines. Avec notamment un brouillage des communications entre le drone et sa base, une perturbation des signaux GPS servant à son positionnement, ou encore le piratage des systèmes de sécurité embarqués. C’est une technologie qui permet de forcer le drone à se poser près du pilote. Un RTH (return to Home) déclenché à l’insu du conducteur peut ainsi localiser la machine et dans un second temps l’attraper.

Drones


La seule condition préalable est pouvoir pister au sol la trajectoire aérienne du drone. C’est une méthode douce et moins dangereuse qu’une destruction pure et simple des appareils. Néanmoins, cette technologie est un véritable challenge, notamment en ce qui concerne les drones électriques car leur empreinte thermique reste très faible.

D’ici 2016, le processus Boréades pourra être déployé de manière permanente près de certains sites à risques, ou de façon aléatoire sur décision de la préfecture de police.


2. Le projet Angelas

L'approche privilégiée par le projet Angelas est de pouvoir détecter et neutraliser sur tous les terrains en combinant un panel de différentes technologies. Ce dispositif s’inscrit clairement sur le long terme. Il développe des systèmes optroniques, optiques ou encore électroniques.

angelas


Parvenir à intercepter un drone est dépendant d’une multitude de facteurs. Tout d’abord, il y a l’environnement qui rentre en ligne de mire. Que l’on soit en milieu urbain ou naturel, aura impact par exemple sur les paramètres acoustiques. La taille du drone et son poids auront souvent une incidence au niveau des radars ou des capteurs optiques.

Réussir à associer et intégrer ces différents éléments est un défi majeur pour tous les chercheurs.


D’autres réformes dans les tuyaux pour réglementer l'utilisation des drones

Aux Etats-Unis, les autorités projettent déjà de ficher les pilotes de drones avant début 2016. Le gouvernement français a également des intentions similaires. En ce mois d’octobre 2015, un rapport de la SGDSN est à l’étude.

Il prévoit l’obligation d’un enregistrement systématique des drones civils, ainsi que de leur immatriculation. La démarche d’immatriculation sera valable pour les drones supérieurs à 25 kg, et celle de l’enregistrement sera impérative pour les engins compris entre 1 et 25 kg.

D’autres composantes de ce rapport envisagent des obligations de signalement par des dispositifs électroniques et lumineux. Les drones de moins de 1 kg ne seraient pas visés par ces mesures.


Les drones sous surveillance ? Que faut-il en conclure ?

A Flamby Land, on dénombre plus de 1 800 professionnels sur le marché des drones. Cette année, une moyenne de pas moins de 3 000 drones est en activité. Une dynamique réjouissante dans un pays étouffé par des perspectives moroses !

La question est de savoir, si toutes ces réformes ne vont pas entraver la belle croissance de ce secteur économique plus que prometteur. L’avenir du marché des drones nécessite un bon arbitrage. Privilégier la sécurité ? Oui, sans doute. Mais cela ne doit pas se faire non plus, au détriment du développement et de la liberté économique.

William Finck 



Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire titi lundi, 26 octobre 2015 12:21 Posté par zetiti

    Eclairez moi sur le fait divers : où sont ces fameuses centrales nucléaires parisiennes ? Vous parlez de celle de Nogent (à 110km) ou de celle de Dampierre (à 150km). Là où sont situés les centrales nucléaires en France, on n'est pas trop dans un cadre "urbain dense"... mais bon
    D'ailleurs la SGDSN est sur l'affaire depuis un peu plus longtemps qu'avril 2015. renseignez vous !