Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Jolicoeur

Jolicoeur

J'ai totalement déconnecté de nos élites auto-proclamées et consanguines, de leurs ministères de la Vérité (médias, éducation nationale, divertissement et arts), de la Paix (guerre), de l'Amour (loi et ordre) et de l'Abondance (économie… non économe).

Je crois au Bon, au Vrai, au Juste et au Beau.

promospeciale

Plus qu'une bonne crise majeure… et zouh, on y est !

Audience de l'article : 1838 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Gal Leonid IvashovLe 8 avril 2004, dans Sovetskaya Rossiya, le général russe Leonid Ivashov écrivait déjà sur la situation du monde (source)  :
« J’ai à maintes reprises, parlé de l’émergence d’un nouveau sujet, de nature supranationale, sur la scène mondiale. Il s’agit de l’élite financière et des multinationales, unies pour dominer le monde, contrôler tous les pays et toutes les unions entre les pas. Ce nouveau phénomène géopolitique est intéressant car il lie les personnes les plus riches de la planète et un réseau d’institutions financières (plus de 500 des multinationales les plus puissantes possèdent plus de 16 trillons de dollars et sont responsables de plus de 25% de la production industrielle mondiale).
(…) La particularité de ces élites est qu’elles abandonnent les intérêts de leurs pays pour les remplacer par le système de valeurs d’une oligarchie mondiale unique. Pour eux, l’Etat est simplement un moyen supplémentaire de s’enrichir, un instrument permettant d’écraser toute résistance et de contrôler le monde.
Les outils de contrôle et de la domination du monde sont, entre autres, les instruments financiers (surtout la pyramide financière virtuelle), le réseau des institutions financières internationales, les commissions, les comités, les clubs et les gouvernements de nombreux pays. L’idéologie de cet ordre géopolitique est un mélange de deux modèles de relations internationales : libéralisme radical, frontières ouvertes pour l’expansion d’une part et régimes «  démocratiques » uniformisés obéissant à la volonté des oligarques d’autre part. Les médias, véritables clés de voûte de ce système, modifient fondamentalement la vision et la psychologie du public en imposant à la société, à l’Etat et aux individus un modèle de comportement « permissif ». »

Ce n'est pas nouveau me direz-vous ! C'est vrai. D'autant que le président américain Woodrow Wilson permis, 2 jours avant Noël et quelques mois avant la 1ère guerre mondiale, la création de la FED, nous avait prévenu (un peu tard, c'est vrai…) :
« Je suis un homme des plus malheureux. J'ai inconsciemment ruiné mon pays. Une grande nation industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré dans le privé. La croissance de notre nation, en conséquence, ainsi que toutes nos activités, sont entre les mains de quelques hommes. Nous en sommes venus à être un des gouvernements les plus mal dirigés du monde civilisé, un des plus contrôlés et dominés non pas par la conviction et le vote de la majorité mais par l'opinion et la force d'un petit groupe d'hommes dominants.

"Théorie du complot" ou "complotiste" vous me direz alors !?… En même temps, dans son livre Mémoires (p. 405), David Rockefeller ne le niait nullement :
« Quelques-uns croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des États-Unis, caractérisant ma famille et moi en tant qu’internationalistes et conspirant avec d’autres autour de la Terre pour construire une politique globale plus intégrée ainsi qu’une structure économique – un seul monde si vous voulez. Si cela est l'accusation, je suis coupable et fier de l’être. »
david-rockefeller1
Au moins maintenant, les choses sont dites. Et en plus, on sait où on va…
Poster un commentaire