Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

L'or - Fiche 33 : L'esprit contrarien

Audience de l'article : 3109 lectures

Le premier secret des grands investisseurs, c’est de jouer contre la foule, en adoptant l’esprit contrarien. Lorsque vous adoptez l’opinion générale pour l’achat d’un actif, vous êtes probablement déjà trop de monde à l’avoir acheté, et comme plus personne ne voudra l’acheter après vous, le prix redescendra aussitôt en vous emportant avec lui. De même, si vous adoptez l’opinion générale pour vendre un actif, vous êtes probablement déjà trop de monde à l’avoir vendu, et comme plus personne ne voudra le vendre après vous, le prix remontera en vous faisant un majestueux pied de nez. Vous devez donc fuir l’opinion générale, ou le consensus, comme la peste. Les conseils financiers que vous pouvez lire dans les grands journaux ne peuvent que vous faire perdre de l’argent. Car même si les fondamentaux peuvent vous paraître excellents, ils sont peut-être déjà contenus dans les prix. Alors vous arriverez trop tard. Il faut apprendre à réfléchir par vous-même et vous demander pour chaque idée d’investissement portée par d’excellents fondamentaux : « Qu’en pense l’opinion générale ? ». Et l’or ne fait aucune exception à la règle. Alors je questionne mon entourage sur ce sujet, et je me rends compte que :

 

ü      personne ne possède d’or à des fins d’investissement ;

 

ü    personne ne peut me citer le nom d’une seule société minière aurifère ;

 

ü      personne n’a l’intention d’investir le moindre euro dans une pièce d’or ;

 

ü      tous se montrent très sceptiques sur le potentiel de l’or ;

 

Les réponses sont souvent : « Les pièces d’or ? Ce n’est pas un investissement, c’est juste bon pour les collectionneurs », ou encore : « L’or ? Ce n’est qu’un simple bout de métal qui ne paie même pas d’intérêts ». Lorsque vous ne rencontrez que de l’incompréhension de ce genre, c’est le signe que nous sommes encore très loin de la phase 3 et que vous avez encore tout le temps pour prendre position dans ce marché, de préférence lorsqu’une opportunité d’achat se présentera (ce que nous verrons en détails dans la partie 2 du livre). Ceux qui étaient en âge d’investir dans le marché haussier de l’or des années 70, sont aujourd’hui âgés de 60 ans au moins, et pour la plupart, n’en ont eu connaissance que lorsque la phase 3 touchait à sa fin. Les moyens d’information de l’époque n’étaient pas les mêmes que ceux d’aujourd’hui ! Alors, il est normal que l’or n’ait pas laissé beaucoup de traces dans les mémoires. Jouer ce marché demande beaucoup d’esprit contrarien, de la ténacité et des convictions en acier trempé, car nous jouons un marché alternatif qui prend une position baissière sur les actifs traditionnels que sont les actions et obligations. N’attendez surtout pas d’un banquier qu’il vous conseille de jouer ce marché. A moins qu’ils n’en fassent leur spécialité, les banquiers, par principe, détestent l’or qui a toujours représenté une menace pour leurs autres activités mieux rémunérées.

 

Le second secret des grands investisseurs, c’est de jouer à l’opposé de ses émotions. Des livres entiers sont écrits à ce sujet, et pourtant c’est le piège n°1 des investisseurs et des traders. L’amateur achètera toujours le sommet lorsque la complaisance ou l’euphorie règne, et il vendra toujours le creux lorsque la peur ou la déprime règne. Le trader amateur le fera parce qu’il n’a aucune idée de ce qu’il a entre les mains, mais un investisseur bien informé ne devrait pas tomber dans ce piège. Et pourtant, j’ai déjà vu de fervents croyants dans l’or se faire éjecter au pire moment, simplement parce qu’ils voulaient éviter une baisse plus conséquente. Combien de fois ai-je lu tel analyste dont l’objectif de prix final sur l’or était de $2000, conseiller à ses lecteurs de sortir temporairement du marché lorsque le prix n’était que de $450 pour éviter de subir $50 de baisse sur le prix ? Je vais vous dire une chose : tous ces analystes ont fini par se casser la figure une fois ou l’autre, et après avoir été éjecté,  il est psychologiquement très difficile de revenir dans le marché, à un prix plus élevé. C’est le propre d’un marché haussier de vouloir vous éjecter par tous les moyens possibles. Le marché de l’or connaissant une plus forte volatilité que les autres marchés (sans parler des actions de sociétés minières qui sont les actions les plus volatiles au monde), vous êtes pratiquement assuré de vous faire éjecter un jour ou l’autre. Pourquoi vouloir sortir du marché à $700 ou $800 si vous êtes convaincus que le prix sera multiplié par 4 ? L’or est une assurance, ne l’oubliez jamais. Ne vous en séparez pas, même temporairement. Croyez-vous que vous auriez pu trader correctement le marché haussier des années 70 si vous étiez entrés à $35 en 1971 ? Vous vous seriez fait éjecter manu militari lors de la correction de $200 à $100, entre 1975 et 1976. Et ne me dites pas que vous seriez revenu en 1978 à $200, je ne vous croirais pas. Non, en fait, la seule stratégie gagnante était d’acheter et conserver tout au long du marché haussier, et de disposer d’un ou deux indicateurs pour vous renseigner à quel moment sortir du marché, comme nous le verrons au chapitre suivant. Pourquoi en serait-il autrement aujourd’hui ? Ma stratégie est donc de rester investi en permanence jusqu’à ce que notre objectif soit atteint, et de ne faire du trading qu’avec 30% à 40% de nos positions sur l’or, au grand maximum.

 

 Léonard SARTONI

Poster un commentaire