Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Santé Retraite

Santé Retraite

Quand on a de l'argent, avec un patrimoine financier suffisant pour commencer à se détendre vis à vis du stress de la survie matérielle, les études sont formelles !

Nos objectifs prioritaires se modifient.

1 - Plutôt que de faire progresser encore plus son patrimoine, on cherche en priorité à le conserver, à maintenir en toute sécurité le statut qui va avec la possession financière ce qu'on appelle vulgairement le confort de vie douillet des personnes aisées.

2 - Juste derrière cette priorité absolue qu'est la protection de ce que l'on a déjà, est cité en deuxième position le maintien d'une santé adéquate.

Généralement, l'argent va avec l'âge mature !

Et avec l'âge mature vont les soucis de santé ! La machinerie du corps humain commence à montrer de sérieux signes de fatigue et exige pas mal de frais de maintenance / entretien !

Nous allons explorer ce volet dans cette rubrique Santé, avec les offres de tourisme wellness en plein essor, les offres de tourisme médical, les stratégies pour la retraite, pour optimiser sa forme, le anti aging et les progrès des biotech qui nous promettent parfois la vie éternelle...

Les boys de Google n'ont ils pas annoncé qu'ils lançaient la guerre à la mort ??? !!!!

promospeciale

Les retraités sont nerveux - qui va payer leurs factures pour leurs soins ? Les chiffres américains font peur

Audience de l'article : 1832 lectures
Les travailleurs américains vivent de plus en plus longtemps et, par contrecoup, ils sont de plus en plus préoccupés par le fait que l'argent qu'ils ont épargné au cours de leur vie ne sera pas suffisant pour couvrir les coûts associés aux soins de santé pendant leur retraite.

Selon une enquête menée par l’Employee Benefits Research Institute (EBRI), moins d’1 travailleur américain sur 5 se dit très confiant par rapport à son épargne, et qu’elle sera assez conséquente pour payer les dépenses en soins de santé auxquels ils sont susceptibles de faire face après leur vie active.

Les données de l’enquête

Cette 25e enquête annuelle - Retirement Confidence Survey (RCS) - d’EBRI a révélé que seulement 18% des travailleurs américains sont très confiants et qu'ils vont être en mesure de couvrir leurs frais médicaux à la retraite.


confiance travailleurs frais med retraite
Cela signifie que seulement 14,7 millions des 81,5 millions d'Américains âgés de 45 à 64 ans dorment sur leurs deux oreilles quand ils pensent à leurs futures retraites.

Le plus inquiétant, c’est que l'étude d’EBRI a constaté que les travailleurs américains sont encore moins confiants sur leur capacité à payer des soins à long terme. Seulement 14% des sondés croient qu'ils auront amassé assez d'argent pendant leur vie active pour couvrir ces coûts.

confiance travailleurs frais med long durée retraite

Pourquoi les retraités américains sont nerveux

Les données recueillies par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) montrent que 19% des Américains âgés de 75 ans et plus déclarent avoir été hospitalisés pour maladie ou blessure au moins une fois au cours de l'année précédente.

Les données des CDC montrent également que moins de 5% des Américains âgés de plus de 75 ans ont été en mesure d'éviter une consultation chez un médecin, la salle d'urgence ou des soins à domicile au cours d’une année. Pour ne pas arranger les choses, 36,3% d'entre eux souffrent d'une maladie cardiaque et chez 21,4% d’entre eux on a diagnostiqué un cancer. Indépendamment de cela, les estimations suggèrent que la maladie d'Alzheimer sera diagnostiquée chez près d'un tiers de tous les Américains de plus de 85 ans.

Ces statistiques alarmantes font peurs et ont de quoi faire réfléchir, surtout quand on considère que les coûts des soins liés à ces pathologies ne cessent de croitre.

Selon la Kaiser Family Foundation, le coût moyen d'une hospitalisation se monte à 1 878 $ dans un hôpital public par jour en 2013, en hausse par rapport à 2003 et ces 1 227 $.

Les coûts connaissent aussi une flambée pour des traitements spécifiques, et cela est en partie dû aux coûteux dispositifs médicaux de la prochaine génération et aux nouveaux médicaments. Par exemple, les innovations dans le traitement des maladies cardiaques ont conduit les coûts des traitements annuels vers des niveaux historiquement deux fois plus élevés que ceux rencontrés dans toutes les autres pathologies. Par conséquent, jusqu'à 75% des 3 000 milliards de $ que les US ont consacré à la santé l'année dernière sont allés dans les soins de patients avec une pathologie cardiaque.

Les dépenses thérapeutiques contre le cancer ont une similitude inquiétante. Entre 2008 et 2011, le CDC rapporte que les dépenses annuelles moyennes pour un survivant masculin du cancer se montent à 8 091 $. Un chiffre considérablement plus élevé que les 3 904 $ de dépenses médicales annuelles pour des hommes sans antécédents de cancer. Chez les femmes, au cours de la même période, les coûts annuels pour les survivantes du cancer se sont élevés à 8 412 $, à comparer aux 5 119 $ pour les femmes sans antécédents de cancer.

Pire encore, les dépenses liées à la maladie d'Alzheimer pourraient vraiment faire sauter la banque. Puisqu’il n'y a pas (encore) de remède pour la maladie d'Alzheimer, la plupart des patients finissent avec des soins nécessitant d’importants moyens humains, et ces soins sont très coûteux. Genworth Financial estime qu'une chambre semi-privée dans une maison de retraite médicalisée coûte 77 380 $ par an, et que les services de base dans un établissement avec services de soutien tournent autours des 3 500 $ par mois.

Les éléments à prendre en compte

Certains travailleurs américains pourraient sous-estimer leur capacité à payer les leurs factures de soins, car environ 39% des retraités sont très confiants et estiment qu'ils peuvent honorer leurs frais médicaux. D’un autre côté, le pessimisme des autres travailleurs ne doit pas être mis de côté puisque 21% des retraités sont soit, pas du tout confiant, ou pas trop confiants, sur leur capacité à payer ces soins.

Si l’inquiétude des travailleurs se traduisait par des prises décisions aujourd'hui, en s’assurant d’une sécurité financière qui tienne la route, le pessimisme des travailleurs peut finalement se révéler être une bonne chose. En effet, de petits changements apportés aujourd'hui peuvent avoir un impact important dans le futur. Par exemple, les travailleurs pourraient stimuler leurs contributions financières pour leurs retraites avec le même montant que l’augmentation annuelle de leurs salaires. Cela impliquerait plus d'argent à la retraite en raison des intérêts accumulés, tandis que des choix de vie sains pourraient réduire la probabilité de développer des maladies coûteuses, telles que le diabète, plus tard dans la vie.

Poster un commentaire