Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Michel de Poncins

Michel de Poncins

Ancien directeur de société, Michel de Poncins est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, et docteur en Économie.

Il est fondateur et président de l'association Catholiques pour les Libertés Économiques (CLE), qui organise régulièrement à Paris des conférences sur des sujets de société.

Il est administrateur du Cercle Renaissance

Dans ses livres, articles et conférences, il analyse principalement le dirigisme étatique qui est, à ses yeux, le phénomène économique le plus significatif de notre époque.

Michel de Poncins anime aussi deux magazines catholiques sur Internet : Tocqueville Magazine et Radio Silence. Il pourchasse le gaspillage des deniers publics, qui est pour lui une destruction pure et simple des ressources produites par les gens qui travaillent. Il a écrit un certain nombre d'ouvrages sur ce thème, donnant des exemples de dilapidations montrant les maux que cette dilapidation entraîne, ou montrant la voie d'un redressement possible.

promospeciale

TROP D'IMPOTS TUE L'IMPOT

Audience de l'article : 2862 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions
L'adage ci-dessus doit être rappelé avec force à l'heure où la folie taxatoire de Hollande-Ayrault ne s'arrête pas. Nous proposons l'adage inverse : moins d'impôts multiplie l'impôt. Avant de l'expliquer évoquons cette furie taxatoire.
Les sages autoproclamés du Palais Royal ont censuré la taxe à 75 % sur les hauts salaires. Elle serait injuste et confiscatoire dans certains cas. Quels que soient les arguties juridiques, c'est un raisonnement dénué de sagesse car tout impôt est confiscatoire. Quant à Hollande, il a promis sans tarder de la rétablir dès que possible par un texte adapté, ce sur quoi les connaisseurs disent que c'est impossible. Pour bien montrer qu'il ne perdait rien de son allant, il a remarqué que la majorité des nouveaux impôts prévus pour 2013 étaient passés sans encombre, ceci pour un total de plus de vingt milliards.
Les médias ont détaillé le menu des réjouissances pour cette année 2013. Tout le monde est taxé : entreprises, riches, pauvres, familles, retraités, titulaires de niches, stock-options, retraites chapeaux. Par exemple pour un prétexte environnemental le pouvoir, sans que personne ne proteste vraiment, vient de créer une écotaxe sur les camions : tout le monde en souffrira par réduction du pouvoir d'achat. Grâce à la solidarité républicaine, rien n'est prévu pour rogner les privilèges scandaleux des élus nationaux et locaux.

EXPLIQUER L'ADAGE

L'explication de l'adage et de son contraire est simple. L'excès d'impôt ralentit nécessairement la croissance et, diminue donc la matière à taxer : au bout du compte l'impôt pourrait disparaître. S'il n'y a plus de riches, il y aura que des pauvres pour payer. L'adage inverse s'explique ; l'allègement et, mieux encore, la suppression totale de certains impôts déclenche la création de richesse.
A cet égard, il faut mettre en vedette le rôle des entrepreneurs, seuls vrais créateurs de richesse. En combinant sans cesse des capitaux, du travail, de la recherche, et maints autres éléments, ils créent des surplus qui n'existeraient pas sans eux ; ce type d'action est aussi bien valable pour l'entreprise d'un seul que pour celle de milliers de personnes. La suppression de certains impôts les frappant durement, déclenche le cercle vertueux de la création de richesse et augmente la base fiscale des impôts restants.
A Londres, il y a une nouvelle Silicon Valley qui fonctionne tres bien: Tech City. Le nombre de start-up y a triplé depuis deux ans, pour atteindre 700 entreprises. Les Français qui veulent fonder une start up sont sûrement attirés par Tech City. Des entrepreneurs importants avec des noms prestigieux partent de la France en disant qu'ils ne partent pas pour des raisons fiscales : personne ne les croient.
Des facteurs divers s'ajoutent dans l'exode : instabilité des lois fiscales, risque de nationalisation, difficultés pour la transmission des entreprises. Les gens qui prennent des risques importants en créant une entreprise, veulent pouvoir récolter le fruit de leur travail.
Bien entendu, il ne peut être question de diminuer seulement des impôts, ce qui ne crée pas de choc, car un impôt diminué revient toujours. Il faut supprimer complètement certains impôts bien ciblés : plus de déclarations, plus de fonctionnaires, plus de bureaux, plus de contentieux, plus de contrôles.
L'économiste Auguste Laffer avait bien mis en lumière l'adage en traçant sa célèbre courbe. C'est une modélisation économique fondée sur l'idée que la relation positive entre la croissance du taux d'imposition et la croissance des recettes de l'Etat (l'Etat étant défini au sens large, c'est-à-dire que le terme représente ici toutes les administrations publiques) s'inverse lorsque le taux d'imposition devient trop élevé. Cela vient comme expliqué plus haut de ce que les agents économiques ne sont plus incités à travailler.

UN CERCLE VERTUEUX

Dans la perspective du cercle vertueux, si un pouvoir voulait l'appliquer, il devrait réfléchir à l'équilibre des comptes publics sous l'oeil attentif des marchés. Il pourrait s'appuyer sur le jeu mécanique du nouvel adage, mais cela risquerait de ne pas être rapide et suffisant.
Il serait impératif de faire des économies ; là aussi il ne faudrait pas se contenter de mesurettes. Les économies devraient être massives, immédiates et certaines. Dans un pays socialisé à 70 % la marge de manœuvre est immense.
Un pouvoir le fera-t-il ? Ce serait un coup de tonnerre, la France étant accusée par tous ses voisins de ne pas se réformer. Le pouvoir actuel pourrait le faire : il faudrait à cette fin qu'il abandonne ses intérêts électoraux pour s'occuper enfin du bien commun.

MICHEL de PONCINS
Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire Yves mercredi, 09 janvier 2013 16:22 Posté par yves

    La France adore les impôts depuis 400 ans. C'est d'ailleurs sous Louis XIV que l'exode en Suisse a commencé et que le secret bancaire suisse s'est mis en place. L'arrivée d'Hitler et sa Gestapo n'ont fait que renforcer la méfiance des suisses en 1933 versus ce processus européens destructeur et injuste d'impôts élevés profitant à une minorité (état, église ...). Je vous invite à lire sur le sujet : http://www.rfi.fr/actufr/articles/111/article_79211.asp

  • Lien vers le commentaire zoulou2 mardi, 08 janvier 2013 23:58 Posté par zoulou2

    Coluche:   J'aurai bien travaillé dans l'administration, mais toute la journée à rien foutre, c'est dur.
    Mais c'est à dire que vous savez, en France, l'administration c'est très fertile :
    On y plante des fonctionnaires, il y pousse des impôts.