Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

La gifle

Audience de l'article : 1229 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction


Premier constat

Quelle chance avait raisonnablement l’auteur de la gifle de voir arriver sur lui Macron en courant et, en quelque sorte, en tendant la joue ? Aucune.

Cet acte n’est donc pas prémédité, c’est un acte réflexe. Est-il lié à la position sociale du gifleur où du giflé ? Je dirais les deux.

Difficile donc de déterminer qui a tort et qui a raison dans l’absolu.

Deuxième constat

La réaction de Macron, et sa déclaration.

Il réagit sainement, courageusement, il affronte. Parfait.

Mais sa déclaration est stupide, et c’est là que le bât blesse : “Il faut respecter les fonctions dans la République et je ne lâcherai jamais ce combat”.

C’est l’inverse qui s’impose.

Dans tous les cas les hommes doivent être respectés, c’est en cela que l’auteur de la gifle est condamnable.

Les structures et les fonctions au contraire doivent être constamment remises en question, c’est l’objet même de la démocratie.

Par essence la structure tend à devenir oppressante, elle doit être constamment critiquée, adaptée à l’évolution de la société. C’est à cela que sert l’Assemblée Nationale. Toute démocratie n’est que possibilité pour le démocrate de juger et de remettre en question la structure de gouvernance.

L’inverse de la pensée profonde du jeune Macron.

Vu son âge politique, ce n’est pas une gifle qu’il faut à Macron, c’est une bonne fessée (électorale). Il la mérite, pour inverser ainsi l’ordre des choses et exposer le pays à la violence en lui faisant croire que ses problèmes sont liés au choix des chefs et non à de profondes modifications structurelles indispensables.

On comprend mieux son échec, son cantonnement politique stupide limitant nos choix à lui ou Le Pen, ce qui n’a pas de sens.

Voilà une gifle fondatrice, arrivée dans le débat par hasard, mais essentielle.

Sera-t-elle analysée comme il se doit ? Nous verrons.

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire hftrade mercredi, 09 juin 2021 08:57 Posté par hftrade

    Le systeme democratrique ne fonctionne pas en france, Macron a ete elu au premier tour avec 20% des voix, plus bas score de la Ve repubublique. Pour etre elu il faut disqualifier ses concurrents comme Fillon, et tant pis si on ramasse 20% des voix au premier tour.

    Comme le dit bien alexandre delamarche, si ca continue comme ca, vous aurez bientot un chimpanzé comme president.

    Vu de l'exterieur, le pays est tres divisé et pourrait etre ingouvernable avec une guerre civile de plus en plus probable (guerre civile qui sera complexe car les fractures de la société francaise sont multiples)

    Le pillage des francais par les francais avec une secu en faillite (1/3 du PIB francais part en aides sociales !),  le communautarisme violent qui augmente, la haine sociale (mepris de classe) tres repandue en France, tout ceci est ferment de guerre civile.

    Et il est evident que l'armée francaise, garante de la nation, a compris les risques de desintegration. Mais le socialisme ca finit toujours mal (quand tout le monde pretend vivre au frais des autres)

    La France reste championne des dépenses publiques sociales (lefigaro.fr)