Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

Importantes annonces de la Fed hier

Audience de l'article : 1587 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

Annonces majeures de la Fed hier.

Ce que l'on savait déjà:
 
  • On ne change rien tant que l'inflation n'est pas remontée à 2%.
  • Maintien des taux bas. (Pas le choix de toutue manière.)

Le plus important: 

  • Injection d'argent frais renforcée à hauteur de 120 milliards de dollars par mois. (Excusez du peu).
  • Et ce durablement; au minimum le temps de mettre le coronavirus derière nous (économiquement).

 

Quelles conséquences?

Le scénario de crise monétaire à terme reste inchangé, pour moi.

On ne fait que recharger la couche de neige avant l'avalanche.

MAIS

Cette nouvelle couche va former une croute dure, qui va repousser le risque de plusieurs semestres.
Il pourra y avoir des enfoncements par endroits, mais cela devrait tenir dans l'ensemble.

Dans un précédent article, je voyais l'échéance de la crise monétaire pas avant 1.5 à 2.5 ans.
On peut aisément remettre 1 ou 2 ans de plus.

Bien sûr, sauf événement hors de contrôle de l'humanité. Mais ça cela fait partie de la vie et il faut bien se lever tous les matins. On ne peut rien construire sur cette base.




Une grosse partie de ces injections a pour but de stabiliser le système financier, en transférant de fait le risque sur les crédits à risque déjà en cours sur la Fed. En ce sens, elles ne devraient pas générer d'inflation dans l'économie réelle.

Mais, la Fed incite aussi officiellement les banques à utiliser ces sommes pour créer de l'inflation dans l'économie réelle jusqu'à 2%.

Quels sont les canaux de diffusion de l'inflation en grande masse?
  • Subventions et aides étatiques (Helicopter money)
  • Crédit
    • Aux entreprises
    • Immobilier
  • Marchés financiers en lien direct avec l'économie réelle (ex: actions et obligations)

(Il n'y aura pas de baisses d'impôts. Ne rêvons pas. Il faut maintenir la pression par aillleurs.)


Aides étatiques:

Pour la partie étatique, tout dépendra de qui sera le président. Biden ou Trump. (C'est encore ouvert pour moi.)
Si c'est Trump, les vannes resteront (partiellement) fermées.
Si c'est Biden, elles seront grandes ouvertes.

Crédits aux acteurs de l'économie réelle:

Tous les projets qui ont un retour sur investissement de moins de 4 ans et nécessitant un crédit sont à entreprendre à fonds.

Pour ceux avec un ROI de 5 à 9 ans:

  • que des projets sur des biens durables et tangibles, ET
  • il faut garder une réserve de cash pour pouvoir rembourser le capital restant dû, si cela est exigé par les banques au moment de la crise.

 

Cette sécurité ne doit pas être dans le sytème bancaire. Si n'est pas possible, au moins des banques hors zone Euro.

Pour ceux à long terme, extrême prudence maintenue, à moins d'avoir des réserves de cash suffisantes.
Il faut vraiment que cela en vaille le coup par rapport à des projets à maturité plus courte. 


Marchés actions:
La marée est clairement montante, avec l'afflux de liquidités à venir.

MAIS, quand tout le monde anticipe une tendance, il n'y a plus de contrepartie et le contraire se produit.
Il faut donc s'attendre à une très forte volatilité autour de la tendance.

Extraordinaire nouvelle pour les traders à court terme.
Et des sueurs froides pour les "buy and hold".


Marchés obligations et assurances-vie:
La bonne nouvelle est la stabilité du marché obligations. Mais la rentabilité va rester très faible.

Idem pour l'assruance-vie, mais avec tout de même le problème que ces sociétés devront gagner leur vie et arrêter de taper dans leurs réserves.
La seule solution est qu'elles augmentent la part spéculative (actions) dans leurs produits, ce qui n'est justement pas ce que l'on demande à ce type de placement.



Qu'il est dur d'être une amibe au gré des courants, quand on veut maintenir un cap !
Poster un commentaire