Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Placements

Placements

La recherche de rendement pour nos patrimoines financiers est de plus en plus compliquée à concrétiser.

Les banques centrales ont lancé une énorme guerre au cash et à la rente. En clair, plus rien ne rapporte.

Il faut désormais prendre des risques et souvent travailler pour réaliser du rendement avec ses capitaux.

Objectifeco passe en revue toutes les possibilités offertes de placements et les idées d'investissement par rapport à cette problématique

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
david renan telechargement livre

4 pistes pour placer son argent dans des ETF et des fonds

Audience de l'article : 1419 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Les ventes massives sur les actions ont bousculé les marchés. Il y a un réel potentiel pour dénicher de bonnes affaires.

En janvier, les indices boursiers ont connu une baisse sensible. Les valorisations «blue chips» étaient en chute libre de près de 10% par rapport à leurs sommets de 2015. La correction est sévère aussi chez les Small Caps. Elles ont perdu plus de 20%. Avec les prix du pétrole réduits de moitié, le marché baissier risque de perdurer.

Le Dow Jones a plongé de près de 2 000 points du 29 décembre 2015 au 20 janvier 2016. Le PER des actions américaines se maintient à des niveaux supérieurs à 5% de la valeur médiane enregistrée depuis 1975.

Des investisseurs chevronnés comme Warren Buffett, certifie que pour faire des opérations intéressantes, il faut trouver des actions qui sont véritablement sous-évaluées par rapport aux fondamentaux comme les bénéfices. Ensuite, on doit être patient afin de récolter les fruits de ses placements. Voici 4 stratégies pour naviguer avec succès et profiter de la baisse des marchés.


1. Rechercher activement des titres faiblement valorisés

Daniel Hughes, vice-président de Vaughan Nelson Investment Management, pense qu’il faut acheter les actions lors de la prochaine grande baisse. Profiter des soldes n’est pas chose aisée, car le moment idéal pour acheter se détermine en fonction de beaucoup de paramètres.


Un premier fonds à surveiller, c’est OAKMARK. William Nygren pilote ce hedge funds qui se concentre essentiellement sur des actifs comme les actions. Son PER moyen en 2015 était 16.4. Les prévisions anticipent un fléchissement de ce ratio pour 2015 à 14.7.

oakmark2



William Nygren et son équipe mise par exemple sur Oracle (ORCL), un titre ayant fortement chuté, et qui pourrait reprendre le chemin d’une hausse future.

oakmark3

Sur 10 ans, en moyenne, la value moyenne des actions de l’ensemble des hedge funds américains ont enregistré une performance de 4.5%, tandis que celles de OAKMAR ont progressé de 5.4%.

Sur la même période, le rendement moyen du fonds bat celui du S & P 500.
oakmark1



2. L’importance d’acheter dans les périodes de creux

Après la crise financière, les actions des banques en difficulté ont rebondi. Depuis, elles ont surperformé le marché de 50 points sur 7 années consécutives. Ce qui est dommageable, bien sûr, était que peu d'investisseurs avaient eu le courage de parier sur les banques en 2009, alors que la crise des prêts hypothécaires était encore effective.

Si l’on compare ce phénomène à la situation actuelle, aujourd’hui le contexte est similaire avec le secteur énergétique. Il y a seulement deux ans, l’or noire se négociait à plus de 100 $ le baril et les entreprises du secteur affichaient, des bénéfices, records.

Mais le ralentissement de la croissance sur les marchés émergents et la baisse de la consommation dans les pays développés ont fait chuté les prix. La Chine a été particulièrement concernée, son PIB régresse, on serait en réalité plus proche des 3 à 4%, que des 6 à 7% d’il y a quelques années en arrière.

Les prix du pétrole sont ainsi passés en dessous des 30 $, entraînant dans leur sillage un effondrement de toutes les valorisations du secteur énergétique de l’ordre de 40%. Le baril pourrait encore baisser dans les prochains mois. Mais pour un investissement sur les capitalisations pétrolières il est préférable des objectifs de rentabilité à long terme. Les prix vont à un moment donné suivre un nouveau rebond haussier. Il faut en profiter avant qu’il se produise.

La demande mondiale de pétrole a simplement été freinée, elle n’a en aucun cas diminué. William Blair, un gestionnaire de portefeuille chez Brian Singer, voit d’ailleurs les cours du baril remonter à hauteur de 45 $, d’ici deux à quatre ans. Si le prix du pétrole est moins cher, les américains consomment également plus. Les ventes de voitures ont explosé tous les records établis jusqu’à présent pour l’année 2015, aux Etats-Unis. Et notamment, celles qui figurent parmi les plus gourmandes en carburant sur le marché.

Pour se positionner idéalement sur le secteur énergétique en minimisant les risques, il y a des fonds bon marché, comme iShares North American Natural Resources ETF, qui propose un portefeuille attractif et diversifié.

iShares North American Natural Resources ETF

Il est constitué de plus de 90 titres. On retrouve des exploitants pétroliers, des plateformes et pipelines, des entreprises axées sur le service énergétique ou l’approvisionnement.

Une autre alternative consiste plutôt à viser les Small Caps dans ce secteur. Le ratio capital/risque est plus important, mais le potentiel est aussi beaucoup plus intéressant. Généralement, une majorité de ces titres sont liés à la production de pétrole.

Le fonds iShares MSCI Frontier 100 ETF, vous offre cet angle d’investissement. Il ​​détient près de 23% de ses actifs dans des sociétés productrices de pétrole, basées au Koweït, et environ 11% pour celles localisées au Nigéria.

iShares MSCI Frontier 100 ETF


Ce qu’il y a néanmoins de positif, c’est que ce fonds a misé pas plus de 10% dans valeurs énergétiques plutôt volatiles. La majeure partie du portefeuille est positionnée sur des actions du secteur financier, les télécommunications, ou encore des sociétés de biens et consommables, dont les clients pourront tirer profit, quand la hausse des prix du pétrole s’amorcera.

Au niveau des performances, le résultat est sans appel. Les chiffres ne souffrent d’aucune contestation. iShares MSCI Frontier 100 ETF génère un rendement annuel moyen de 14%, contre 8% pour les autres fonds spécialisées dans le secteur énergétique.

Et même, si les actions de cet ETF ont été pénalisées, avec une baisse de 21% sur un an, elles résistent à la moyenne des autres fonds basés sur les ressources et l’énergie, qui ont eux subi une perte de 37%.

Si l’on se penche sur les 3 précédentes années écoulées, iShares MSCI Frontier 100 ETF a à peine perdu en moyenne 2% par an, contre 16% pour l’ensemble des autres hedge funds.


3. Mettre l'accent sur la qualité

Si un nouveau bear market se produisait, les chasseurs de valorisations à la baisse se prendraient un revers violent. Une étude récente de Russell Investments a conclu que la value moyenne des actions accusent généralement le coup dans les 12 mois précédant une récession.

Avec un tel contexte, il préférable de dénicher des entreprises réellement sous-évaluées, peu endettées, avec un niveau de cash-flow satisfaisant. Des sociétés aux reins solides qui sauront résister à l’épreuve de turbulences économiques.

spqh value


Un bon moyen pour investir dans des actions de qualité, est de cibler un fonds tel que PowerShares S&P 500 High Quality ETF. Parmi les principaux titres de ce fonds, on retrouve de grosses valorisations, notamment Walmart et Union Pacific. Ces actions sont d’ailleurs en baisse de plus de 20% sur un an !

walmart

union pacific


Lors des 5 dernières années, PowerShares (SPHQ) a perdu environ 25% de moins que le marché actions, y compris quand celui-ci s’est effondré. En termes de performances pures, le fonds a battu 99% de ses concurrents sur la même période.


4. Rechercher de bonnes affaires

Si vous visez des actifs de qualité alors vous devez miser sur le long terme. Pour ce qui est du rendement maximum, les choses sont différentes.

Souvent, les titres performants ont des taux de croissance à 2 chiffres mais sur un laps de temps très court. Les frais de courtages sont également plus importants, que pour des actions plus conventionnelles. Selon Morningstar, ce coût représenterait 1.11% de la valeur moyenne des fonds de pension du marché.

PowerShares FTSE RAFI US 1000 (PRF) exige seulement 0,39% de commission par an. Il propose un panel impressionnant de valeurs de rendements, ainsi que quelques titres plus classiques.

prf


Sur 10 ans, cet ETF a réalisé des gains de 6.7% annuels, soit 2.2 points de mieux que les autres fonds moins spéculatifs.

William Finck
lead-enrichir-25000
Poster un commentaire