Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Placements

Placements

La recherche de rendement pour nos patrimoines financiers est de plus en plus compliquée à concrétiser.

Les banques centrales ont lancé une énorme guerre au cash et à la rente. En clair, plus rien ne rapporte.

Il faut désormais prendre des risques et souvent travailler pour réaliser du rendement avec ses capitaux.

Objectifeco passe en revue toutes les possibilités offertes de placements et les idées d'investissement par rapport à cette problématique

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Pour Warren Buffett, les hedge funds vont droit dans le mur

Audience de l'article : 2023 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Warren Buffet

On pourrait être surpris de voir à la Une des média US certains gros titres déplorant les mauvaises performances des hedge funds par rapport aux indices boursiers.Mais pas Warren Buffett.

Le patron de Berkshire Hathaway a même sacrement taclé le comportement des hedge funds lors du Most Powerful Women Summit, organisé par Fortune le mois dernier.

Les gestionnaires de fonds spéculatifs servent deux maîtres : leurs clients et eux-mêmes.Cela ressemble à un solide rapprochement d’intérêts convergents - mais ce n’est pas le cas, explique l'investisseur milliardaire.En effet, les managers de hedge funds sont payés ; qu’ils gagnent ou qu’ils perdent.

Les frais fixes annuels que les hedge funds facturent sont les vrais faiseurs d’argent, pas les bonus et autres commissions contractuels liés aux performances.Par extension, Buffett critique les soi-disant activistes financiers de toutes sortes.Ils ne sont pas dans l'entreprise pour battre le marché, souligne Buffet. Ils sont dans l'entreprise pour attirer des actifs, un point c’est tout.

La structure de rémunération pousse à la sous-performance

Par exemple, un hedge fund qui gère 1 milliard de dollars perçoit 2% de frais fixes sur ces actifs par an, plus 20% en commissions de performance.

Supposons que le hedge fund ne performe pas du tout – avec zéro profit.Cela fait encore 20 millions de $ en frais d’honoraires fixes. Quand un hedge fund contrôle 20 milliards de $, le revenu est de 400 millions de $.

En raison de cette redevance fixe de 2%, les gestionnaires de fonds ont de moins en moins de raisons de se soucier de collecter 20% de bénéfices, note Buffett. C’est plutôt les fonds eux-mêmes qui s’auto-récompensent juste parce qu’ils grossissent. Et la promesse dure depuis assez longtemps pour qu’ils puissent continuer à s’enrichir.

Il n’est donc pas surprenant que la plupart des hedge funds durent environ cinq ans, et qu’un fonds spéculatif sur trois échoue sur une base annuelle. Alors pourquoi ne pas sauter à pieds joints dans le business des hedge funds ?Au pire, on met la clef sous la porte et on s’en va, plus riche de quelques millions de dollars. La meilleure solution serait de sortir des milliards de dollars à la place.

Des millions, des milliards... après un certain seuil, cela n'a pas d'importance. Ce sont des considérations de personnes riches – très riches. Le genre de richesse qui dure depuis des générations.

Mais si on descend d‘un étage – voire trois ou quatre, on verra néanmoins exactement la même logique opérer dans les fonds communs de placements. Au moins, les patrons de hedge funds ont une excuse : leurs investisseurs sont censés être assez riches pour être au courant.

Le problème c’est qu'ils ne savent pas mieux et continuent à jeter de l'argent à travers la fameuse structure de rémunération « 2 et 20 », c’est tout sauf un signe de sophistication ou d’accès privilégié. C’est juste stupide, s’agace Buffet, et il en coûte à ces investisseurs des millions et des millions de dollars. Voilà pourquoi CalPERS, l’énorme fonds de pension de l'État de Californie, a renoncé aux hedge funds en 2014.

Les fonds activistes ont capté un total de 127,5 milliards de $

A Wall Street, Warren Buffett aime à dire qu'il existe « les innovateurs, les imitateurs, et une myriade d’incompétents qui grouillent ».

« Les gens [qui gravitent autour] des investisseurs font la course à la promotion de la saveur du jour », poursuit Buffett. « L’activisme [financier] est une forme commercialisable ; par conséquent, il est vendu et Wall Street le vend. »

Et dernièrement les investisseurs sont allés à la rencontre de ces activistes. Ces fonds spéculatifs ont vu d'importants afflux au début de cette année. Au cours du premier trimestre, les investisseurs ont ainsi injecté 3,9 milliards de $ de nouveaux capitaux à des fonds activistes, ce qui a porté les montants investis dans ces fonds à 127,5 milliards de $, selon les données de Hedge Fund Research.

Pour Buffet, c’est la structure de rémunération des hedge funds qui est à l’origine des problèmes.

Personne ne reconnaît la gravité de la situation, sauf qu’une fois que le mal est fait. C’est la principale raison qui explique pourquoi les portefeuilles des retraités particuliers US restent coincés dans l’ornière, année après année.

Réduire les frais et commissions fixes est la réponse. Actions et obligations font ce qu'elles font. Mais une gestion prudente, low-cost, emporte la part du lion dans ces gains. Une gestion dispendieuse, un fonds manager avec activisme et à renfort de techniques de vente, quant à lui, atteint exactement l’opposé.

lead-enrichir-25000
Poster un commentaire