Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Placements

Placements

La recherche de rendement pour nos patrimoines financiers est de plus en plus compliquée à concrétiser.

Les banques centrales ont lancé une énorme guerre au cash et à la rente. En clair, plus rien ne rapporte.

Il faut désormais prendre des risques et souvent travailler pour réaliser du rendement avec ses capitaux.

Objectifeco passe en revue toutes les possibilités offertes de placements et les idées d'investissement par rapport à cette problématique

promospeciale

Investir dans le vin, un actif tangible qui gagne de la valeur

Audience de l'article : 3811 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Investir dans le vin en vaut-il la chandelle ? Cet actif tangible connait un regain d’intérêt croissant en période de crise auprès des investisseurs. Il affiche une alternative fiable aux produits financiers à hauts risques et régale les amateurs toujours plus nombreux.

Quelles sont les perspectives de ce marché ?

Le Liv-ex Wine 100 est l’index de référence du vin, il est basé sur l’évolution de la côte des 100 vins le mieux notés, principalement des vins de Bordeaux. Il nous donne une indication intéressante sur l’évolution des prix du vin. Il se décline en plusieurs variations, Bourgogne, Rhône par exemple.

graphique-invest wine

Le graphique ci-dessus nous montre que le Liv-ex Wine 100 a gagné par an et en moyenne plus de 10%, cela sur une vingtaine d’années. Une augmentation franche et régulière qui s’avère beaucoup plus attrayante que celle du CAC40.

Une cassure en 2011, suivie de 3 années de baisse

chute 2011 WINE

Le krach de 2011 sur le marché du vin peut s’expliquer par le biais de différents facteurs : il y a notamment la mauvaise météo, la qualité des grands vins de Bordeaux en baisse au regard des années d’exception précédentes, ou encore le désintéressement des acheteurs chinois pour les vins hors de prix.

Un nombre réduit d’acteurs influe sur le marché des grands crus de Bordeaux. Robert Parker est en quelque sorte le Warren Buffett du secteur et quand il twitte « Ce millésime est sans aucun intérêt, si mon intuition est bonne » ça peut faire mal. Ces intervenants ont une capacité inouïe à pouvoir orienter ou désorienter le marché. Cette situation ne devrait pas s’améliorer, d’énormes fonds d’investissement consacrés uniquement à l’achat de vin sont en train de se former.

En quantité, les exportations vers la chine continuent de croître. C’est d’ailleurs ce marché qui a tiré les prix vers le haut ces dernières années.

2015, un retour certain vers la croissance anticipé par de nombreux spécialistes

Les experts voient pour cette année des signes de reprises surtout au niveau des grands crus bordelais qui connaissent un particulier regain de vitalité en remontant dans les classements. Certaines sociétés comme Patriwine offrent d’ailleurs d’investir dans des Grands Crus Classés du Bordelais comme des actifs réels et tangibles.

Au niveau de l’importation sur le marché mondial, une étude publiée en janvier 2015 prévoit une croissance impressionnante de la Chine avec Hong-Kong avec 30,3% et 5% au Royaume-Unis ainsi qu’aux États-Unis.

Parlons rentabilité !

Investir dans le vin peut vous apporter des pertes importantes comme des gains très élevés. Ainsi, en 2003, une bouteille de Lafite Rothschild 1982 s'est vendue aux enchères à 490 dollars. Six ans plus tard, la même bouteille est partie à 2 586 dollars, procurant à son vendeur un rendement annuel de 70 %. Les variations peuvent parfois être énormes comme en témoignent ces deux tableaux ci-dessous :

benefits wine

looses wine


Quelles précautions prendre ?


Le vin selon les experts doit rester un investissement de diversification ne doit pas dépasser 5 % de votre patrimoine. Il vous faudra aussi faire preuve de patience : l'horizon de placement est d'au moins cinq ans. Un client qui souhaite liquider sa cave dans les deux premières années a plus de 50 % de risque de perdre de l'argent.


Comment investir dans le vin en 2015 ?


Acheter en direct à l'aide de prestataires spécialisés

Vous pouvez acheter en direct, notamment via les sites de ventes aux enchères comme Idealwine.com. Pour stocker votre vin, votre cave doit combiner faible variation de température et taux d'humidité suffisant, faute de quoi vos précieux flacons risquent de s'oxyder.

Les bouteilles se valoriseront mieux que si elles sont cédées à l'unité. Les prestataires, Cavissima.com et Patriwine.fr, présélectionnent les bouteilles, les stockent et mettent à disposition un service de revente. Cavissima.com propose de créer sa cave dès 400 euros, mais la gestion sur mesure débute à 30 000 euros. Chez Patriwine.fr, la première cave vaut 10 000 euros. A ces tarifs, vous bénéficiez d'une exonération de TVA (20 %) puisque les bouteilles sont stockées dans des ports francs. Ces intermédiaires se révèlent particulièrement utiles pour organiser la revente. Car c'est là que les choses se corsent. Les crus n'ayant pas de cote officielle, il est difficile de connaître précisément la valeur d'une bouteille. Dans tous les cas, tablez sur plusieurs mois pour écouler l'intégralité de votre cave à bon prix.

Investir par l'intermédiaire d'un fonds

Pour déléguer toute la gestion, vous pouvez aussi investir par le biais d'un fonds. Ils sont assez rares et le succès n'est pas toujours au rendez-vous. Uzès Grands Crus est l'un des plus crédibles, car il est agréé par l'Autorité des marchés financiers (AMF), et la valeur liquidative du fonds est établie à partir des prix, fiables, du Liv-ex. Les deux premières éditions du fonds ne sont plus ouvertes à la souscription, mais un nouveau produit verra le jour dans le courant de cette année, accessible à partir de 30 000 euros.

Rejoindre un groupement pour l'avantage fiscal et successoral

Pour miser sur le vin à moindre risque et sur le très long terme, pensez aux propriétés viticoles. Certes, si vous êtes seul, le montant à mettre sur la table est important. Pour limiter le ticket d'entrée, choisissez l'option groupement foncier viticole (GFV), à partir de 5 000 euros (plus souvent 20 000 euros) : plusieurs investisseurs sont réunis au sein d'une société civile, propriétaire des vignes, qui sont confiées à un exploitant pour au moins dix-huit ans. Ce dernier vous reverse un loyer payé en argent ou en bouteilles. La rentabilité de ce placement est assez minime se situant entre 1,5 à 3,5%. Mais l’attrait de ce type de placement réside au niveau de la fiscalité puisqu’il offre une déduction de l’assiette globale de l’ISF allant jusqu’à 101 897€ ; après ce barème seul la moitié devient déductible. Le GFV offre, de plus, des avantages successoraux.

Le crowdfunding dans les vignes

Devenir actionnaire d'un vignoble, à partir d'un millier d'euros, c'est ce que propose Terra Hominis, une société de financement participatif centrée sur les exploitations viticoles. Vous achetez une ou plusieurs parts du domaine de votre choix par le biais d'une société civile immobilière (SCI) ou d'un groupement foncier agricole (GFA).

Chaque année, les associés touchent 4,5 % de dividendes, versés en bouteilles de vin. Ils bénéficient également de tarifs préférentiels. Deux projets, reposant sur la préservation de cépages anciens, sont encore ouverts au financement : La Truffière, appellation d'origine contrôlée (AOC) minervois-la-livinière, à 2 500 euros la part, et Les Vignes blanches de Sybil, AOC faugères, à 1 300 euros la part.

lead-enrichir-25000
Poster un commentaire