Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Guillaume OLIVERES

Guillaume OLIVERES

Qui suis-je ?

Année de naissance : 1974
Situation maritale : marié
Lieu de résidence : France

Job actuel : 

  • Animateur, Formateur immobilier pour un groupe national

Job(s) précédent(s) :
  • Directeur Gérant d'une agence immobilière sous contrat de Franchise pendant presque 7 ans (4 à 6 salariés)
  • Commercial pendant 9 ans ( Multinationale en Bureautique et Pharmaceutique)

Passions :
  • Autrefois pratiquées : pêche à la mouche, arts martiaux
  • Pratiquées occasionnellement : golf, VTT, lecture, séjour sur l'île de la Réunion
  • Pratiquées régulièrement : trading, voyages en Italie

Ma présence sur Objectif Eco :

Faire profiter de mon expérience de changement de vie professionnelle tout en restant en France (nous sommes nombreux à vouloir le faire, mais le grand saut dans l'inconnu fera peur à beaucoup de monde). Je vous en dirai plus sur l'inconnu.

Comment je suis passé du statut de salarié à chef d'entreprise et de chef d'entreprise à salarié avec compléments de revenus significatifs. (c'est possible et je le prouve).

Vous parler de chef d'entreprise qui ont réussi (oui il y en a), ce que ça rapporte et ce que ça coûte (pas que sur le plan financier. Pourquoi ils réussissent, et pourquoi certains ont échoué (et comment ils ont rebondi). 

Mon regard sur la vie des Français  et l'immobilier(tous les jours je rencontre des acheteurs ou des vendeurs qui ont un projet immobilier ou une galère à gérer) .
En effet l'immo occupe une place centrale dans la vie des Français, et ce dernier conditionnera en grande partie leur bonheur futur ou une galère qu'il vont payer une grande partie de leur vie. De l'extérieur ça a l'air évident, mais pourtant...

DU TRADING comment sur plus de 200 tansactions annuelles, plus de 70 % de mes trades sont gagnants et que mon portefeuille progresse de minimum 20% par an depuis 3 ans.

Vous faire partager certaines expériences de vie, et comment je fais progresser mon patrimoine tous les mois. Objectif multiplier par 5 mon patrimoine en France en 12 ans. (eh oui ça prend plus de temps au pays de la fiscalité, mais tout quitter n'est pas toujours possible avec une famille).

DES IDEES DE TRADING 
avec une philosophie originale mais très pragmatique. Vous verrez que plus de 70 % des ces idées de trades seront gagnantes maximum dans les 6 mois. Et une bonne majorité en 1 mois







 

s.

promospeciale

Acheter ou louer sa résidence principale - ce qu'en pense l'agent immobilier (cas réel)

Audience de l'article : 1699 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions





Hier en consultant Facebook, j'ai reconnu une maison qui revient  à la vente 8 ans plus tard mais à un prix bien inférieur.



Certaines maisons vous marquent plus que d'autres.
A l'époque en 2010, quand j'étais un jeune agent immobilier nous venions de rentrer cette jolie maison dans les 375 KE.
J'avais hésité à me positionner dessus (elle me faisait envie).


Envie plutôt que besoin.

En effet si j'analyse mes motivations de l'époque j'étais totalement dans l'irrationnel.

Je n'en n'avais pas besoin car j'étais déjà propriétaire d'un beau 3 pièces sans credit.

J'étais seul, car je venais de me séparer, et j'avais acheté mon agence immobilière depuis à peine deux ans et en plus j'avais toujours un credit sur mon DeRobien.

Financièrement ça pouvait passer (tout juste mais ça passait).

Mais pourquoi donc vouloir prendre un crédit pour une baraque dont je n'utiliserai même pas la moitié de la surface pour laquelle je payerai  davantage de taxes, de chauffage, d'assurance(s), et des intérêts .

Si on raisonne en usage, c'est une connerie monstre.


Aujourd'hui avec le recul et la maturité je l'explique pour plusieurs raisons

En fait il y avait , les raisons sincères et les alibis.




Les alibis.

1) Je venais de me séparer, donc volontés de couper avec mon ancienne histoire.

Faux car en fait j'avais totalement refait la découvrir et changé les meubles, bref j'avais parfait gérer la coupure. D'autant plus que j'avais enchaîné les aventures ces six derniers mois, donc l'ancienne histoire était finalement bien gérée. Voir digérée.

2) Je prévoyais l'avenir :

Je me disais que vu mon âge (35 ans), j'allais pas tarder à me stabiliser avec une femme, et que probablement d'ici quelques années il y aurait un ou plusieurs enfants, ainsi cette maison serait adaptée. Parier sur le fait que la maison plaira à ma future compagne, est statistiquement improbable. Dans un couple l'avis de la femme pour la maison pèse lourd.

3) Cette maison était plus près de mon lieu de travail donc gain de temps et d'argent.

6 km plus près avec 2 aller et retour par jour, c'st bien mais objectivement c'est pas suffisant pour faire un arbitrage de domicile.



Les raisons sincères :

1) On enchaînait les barbecues et soirées avec mes potes presque tous célibataires, (eux étaient divorcés), mais avaient une belle maison. Je voulais donc faire comme eux, ce fameux besoin d'appartenance (voir pyramide de Maslow).



Faut dire que quand on arrive chez ses potes le soir dans une belle maison et que l'on passe une bonne soirée on veut remettre ça. Le,problème, c'est que l'on est dépendant des invitations, car faire ce genre de soirée dans un trois pièces c'est pas pareil qu'en terrasse avec barbecue et parfois même la piscine avec musique (car voisins pas trop près).




2) Le besoin d'estime. Y a pas à dire, une belle maison c'est comme une belle voiture, on dira ce que l'on voudra mais ça fait son effet. Son on est honnête avec soit même, et que l'on a assez bien réussi on a envie de le montrer, on est fière et on veut que CA se voit. C'est ni mal, ni bien, c'est comme ça. Après il ne faut pas tomber dans les excès. Mais recevoir ses amis ou ramener une fille dans une belle maison ça fait son effet, et on prend sa piquouse de reconnaissance.


Bref rien de mal à tout il faut juste le savoir. Et faire des choix conscient.






Je n'ai finalement pas acheté cette maison, je l'ai vendue et empoché une belle commission d'agence qui m'a permis de faire d'autres belles choses.




Toujours est-il que cette maison revient sur le marché 8 ans après environ 30 000 euros de moins, et les frais de notaire d'environ 20 000 euros ne sont pas absorbés.

C'est donc 50 000 euros de perdus + 8 ans de taxe foncière à environ 1700 euros.

Bien sûr à cela il faut déduire le loyer qui aurait été payé disons environ 1 000 euros par mois pour un bien équivalent.

Si on pousse encore plus loin, les intérêts d'emprunt et l'assurance décès invalidité.

Bref on voit tout de suite que l'opération est perdante.

Est-grave ? Je ne sais pas...     Ces clients on peut être perdu au final 20 000 euros sur 8 ans.

La vrai question est ? Ont-ils étaient plus heureux pour 20 000 euros investit (à fond perdu) en 8 ans en étant propriétaire de cette maison ?




Si la réponse est oui, alors c'est parfait, ils ont fait le bon choix.

Mais si ils ont dû se priver de certains plaisirs, et qu'il leur manque 20 000 euros aujourd'hui pour concrétiser un projet encore plus important, ils ont fait une erreur.




En résumé, oui un achat immobilier pour sa résidence principale est irrationnel et c'est une bonne chose, c'est important qu'il y ait du plaisir dans cet acte d'achat.

Mais attention à bien évaluer dès le départ le coût de la partie irrationnelle.

Il faut être sur d'en avoir les moyens.

Et être en mesure de se projeter dans le temps pour environ (plus ou moins) une dizaine d'années. C'est probablement ce qui est le plus difficile pour le commun des mortels.

Savoir tracer un projet de vie pour les 10 ans et s'y tenir.

Deux qualités sont donc requises pour réussir l'achat de sa résidence principale.

Savoir se projeter Visionnaire

Savoir s'y tenir Perséverence
Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire alex6 lundi, 27 août 2018 09:35 Posté par alex6

    Il ne peut pas y avoir de raisons objectives a un achat de sa residence principale puisqu'il est presque certain que les besoins en logement vont changer de nombreuses fois.
    Entre les besoins de celibataire puis ceux de famille avec petits puis grands enfants, puis ceux de couple sans enfants a charge puis retraite, il ne peut pas y avoir d'arguments rationnels.
    La logique veut que l'on loue sa residence et que l'on achete des biens a louer, beaucoup plus facile a diversifier dans le style, la location etc...

    Bon apres, j'en ai deja entendu me dire que l'achat de leur maison principale etait un investissement dans la pierre...

  • Lien vers le commentaire banville vendredi, 24 août 2018 03:59 Posté par banville

    Trois fois acheté, trois fois vendu avec une bonne plus value; je rappelle que la seule vraie niche fiscale du pays....à condition de faire une bonne affaire au départ. Bref, on se fait plaisir avec toujours des améliorations à réaliser et une sédentarité qui nous endort. Pourtant, je suis personnellement passé de plus de 240m2 à...75 et je n'en suis pas malheureux dès lors que ce choix s'est fait sans douleur et pour être dans une résidence "classe". Je suis locataire et bien content de ne plus participer à la solidarité nationale que sont les dépenses et impôts de toute sorte.Qui plus est, quand vous avez petit, vous sortez davantage. Que dire des futures taxes sur tout ce qui a une grande inertie!!
    reste à positionner ses liquidités. J'opte pour IB en $(çà va faire plaisir à Charles) et avec la flat taxe, je pense que de bonnes choses sont en devenir au niveau boursier. Evidemment, je n'ai plus 20 ans, ce qui fait qu'il faut vivre ses pulsions en temps et en heure. Aucun choix n'est "La Vérité".