Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
William Finck

William Finck

Je m'intéresse à l'économie, la finance, la santé et... les impôts !

J'ai vécu 6 mois en Colombie, expérience que j'ai relaté sur un site : www.capcolombie.com

William-Finck

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
Loic Abadie - Le bouclier

Face à la paupérisation croissante des classes moyennes, entreprendre reste l'unique levier de survie économique !

Audience de l'article : 1627 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 1 réaction
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Bonjour à tous et à toutes !

Cela fait longtemps que je n’avais plus posté un billet… entre les vacances, les petits pépins de santé et les nouveaux projets en cours, j’étais littéralement submergé.

Je me remets donc à écrire, après avoir laissé la tempête passée. Si je reviens aujourd’hui vers vous, c’est pour vous parler d’un sujet qui me titille méchamment, celui de la paupérisation des classes moyennes occidentales.

En effet, depuis la crise financière de 2008, nous assistons à un véritable revirement de situation. Aux Etats-Unis comme en France, les classes médianes s’enfoncent petit à petit dans la pauvreté.

Selon une récente étude du Pew Research Center, seules 1,7 milliard de personnes appartiennent à la classe moyenne, et beaucoup d'entre elles gagnent tout juste assez pour se retrouver classées dans cette catégorie. Le revenu assimilé à la tranche du milieu, que gagne 13% de la population mondiale, est de 10$ à 20$ par jour. Soit environ entre 300 à 600 dollars par mois.

C'est moins que le seuil de pauvreté français fixé à 828 euros !

income


Des études supérieures avec un retour sur investissement considérablement plus faible !

C’est un fait, les études supérieures ne constituent plus le passeport unique quant à l’accession de revenus confortables. Une enquête publiée par l’organisme France Stratégie, montre que ce sont les millienals français les bien moins lotis. 27% des personnes âgées entre 18 et 34 ans auraient des revenus vraiment bas.


Des emplois salariés de plus en plus incertains

Exceptée la fonction publique, qui peut se targuer en 2016 d’avoir un emploi assurer jusqu’à la fin de ses jours ou tout simplement pour 2 ou 3 ans ? La globalisation de l’économie, Internet, les nouvelles technologies ont changé la donne.

Désormais, on ne fait plus « carrière dans une entreprise comme auparavant ».

Plus alarmant encore, ce sont l’ensemble des nouvelles révolutions qui pointent leur nez à l’horizon et qui menacent l’équilibre sociétal, les fondements de l’organisation du travail telle que l’on a connu au XX siècle. Le meilleur exemple est sans doute la Blockchain, un système décentralisé opérant sans avoir recours à des intermédiaires. 
Des milliers de perspectives sont ouvertes. Ce procédé peut s’appliquer à de vastes domaines, et pourra à terme, remplacer des professions qui jusque là, paraissaient indétrônables, (avocats, comptables…).

Plus proche de nous, il y a la volonté des gouvernements d’aller de plus en plus vers une flexibilité accrue du marché de l’emploi.
 

Des conséquences à long terme sur nos vies

La majorité des citoyens n’est pas préparée au prochain séisme. Quand celui-ci fera surface, les victimes se compteront à la pelle. La question à se poser : faut-il rester salarié, subir, s’exposer à une perte totale de manœuvre sur notre destin ? Et par conséquent, s'appauvrir !

Ou bien faut-il d’ores et déjà prendre sa vie en main ? Entreprendre, pour s’extirper de la masse des futurs perdants ?

Je vous laisse faire votre choix. Le mien est fait depuis longtemps.


Entreprendre, d’accord ?  Mais comment et dans quoi ?

Ce mois de septembre m’a donné l’occasion de réfléchir et d’investiguer ; j’ai notamment réalisé un dossier sur 80 idées business made in USA dupliquables en France. Des conseils sont également mis sur la table afin de pouvoir élaborer efficacement son premier business plan.

Entreprendre pour s'enrichir, est l’unique rempart qu’il nous reste face à la déchéance de la classe moyenne occidentale qui s’enlise chaque jour un petit peu plus ! 

Ce rapport vous donnera des idées concrètes pour vous lancer rapidement. Dans une période de crise, il y a des gagnants et des perdants. Il serait dommage de compromettre vos chances de réussite en campant passivement sur ses positions. Agir et ne pas attendre, me semble la plus sage des décisions.

Pour ma part, je suis déjà en train d’étudier d’autres pistes. Des projets business sont sur le feu (je vous en donnerai les détails le moment venu).

William Finck
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Tim Sanchez jeudi, 29 septembre 2016 08:20 Posté par Tim Sanchez

    Très bon article : à mon avis on va vers du multi-emploi , une explosion des freelance , et une tendance à regrouper les charges trop lourdes sous un même groupe communautaire  qui cassera au fur et à mesure l'individualisme qui à explosé avec la réforme protestante.

    Comme le retour à la vie multigénérationelsous le même toit.