Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

Normalement la sécu devrait disparaître

Audience de l'article : 816 lectures
Nombre de commentaires : 4 réactions
Dans n’importe quelle organisation sociale vivant l’épisode COVID, un tel échec pour un tel coût, devrait entrainer la mort immédiate de l’organisme responsable.

Or la sécu, dont le principe et la base de financement sont en décalage complet avec sa simple dimension d’assurance, va pourtant probablement non seulement s’en sortir mais s’imposer par la force au détriment de la vie économique.

Cela tient au fait que l’idée est séduisante, le mensonge attractif.

Soigner tout le monde à prestations égales, à partir de cotisations payées par quelques-uns qui ne sont justement pas les malades, il faut bien le dire : ça fait rêver.

Une impression de solidarité se dégage de cette utopie, renforcée par quelques professionnels de la santé très gentils, qui se sont laissés dévorés par les protocoles de la sécu, ont assisté impuissants aux échecs qu’ils ont tentés de contrer par un engagement dantesque qui les a laissés épuisés, en gros plan sur tous les écrans de nos nuits blanches…

La solidarité c’est le truc qui vous fait croire que vous n’êtes pas seul au monde, mais qui en réalité ne sert que ceux qui se réclament d’elle; dont les masques, gestes barrières et dénonciations en tout genre donnent une idée assez précise des limites.

La raison voudrait que le plus tôt possible la sécu disparaisse, que les soins rentrent dans le réalisme du marché dont ils ne peuvent pas s’extraire, que la collectivité mette en place une aide économique pour ceux qui ne seraient pas capables d’assumer le coût de leur assurance maladie.

Au lieu de cela, dès la fin du COVID, les inspecteurs de la sécu vont fondre sur les pauvres cotisants et leur faire cracher la monnaie destinée à disparaitre au fond du gouffre de la sécu, sans espoir d’effet sauf la ruine des dits cotisants.

Là nous avons, grandeur nature, un exercice pédagogique de la différence entre la politique et l’économie.

La politique a des idées, mais aucune limite à la mise en place de ces idées. Bien plus, leur échec tend à les renforcer, car il est la plupart du temps tout simplement imputé aux opposants, sans autre réflexion.

L’économie a aussi des idées, mais quand elles sont mauvaises la faillite vient remettre rapidement les pendules à l’heure.

L’économie est source de progrès, la politique source de régression.

Tout cela ne règle pas cette émotion violente, terrible, qui emporte tout : l’Injustice.

L’injustice est mise à toutes les sauces, certains prétendent même avoir la capacité de la maîtriser. Ce sont les plus dangereux.

L’injustice est naturelle, face à elle il n’y a rien. Peut-être l’amour… à voir.

De la façon la plus certaine qui soit, tout ce qui tente d’imposer la justice par la force déchaine des injustices plus terribles que l’injustice naturelle. Ce n’est pas un théorème, c’est tout bêtement un constat, la sécu en fait partie.

Il nous reste à voir comment nos hommes de l’Etat, et la foule, vont s’y prendre pour effacer l’échec de la sécu, le transformer en une réussite exemplaire, augmenter évidemment son budget ?

C’est ça la grande mise en scène de demain, le film à gros budget que nous allons découvrir.

Sortie prévue au printemps. Je n’irai pas le voir.

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire

4 commentaires

  • Lien vers le commentaire philbp samedi, 07 novembre 2020 20:25 Posté par philbp

    La première idée reçue à combattre au sein d'une opinion publique française complètement lobotomisée, est la croyance que la plupart des maladies chroniques de civilisation sont la faute à pas de bol.

    La deuxième idée reçue à combattre au sein de l'EHPAD géante qu'est la France, est la croyance que le système de santé a pour objectif de soigner durablement les malades.

    Si l'objectif du système de santé était réellement de soigner durablement les malades chroniques, celui ci mettrait le paquet sur la médecine préventive, sur le diagnostic et le renforcement du système immunitaire de la population, sur la responsabilisation des gens qui deviennent acteurs de leur propre santé.

    Mais en fait l'objectif du système de santé est d'assurer des emplois et de préserver un fonds de commerce. Or la maladie est un fonds de commerce.

    J'ai 55 ans. Les seules visites médicales que j'ai eu à faire durant ma vie d'adulte m'ont été imposées pour l'obtention de Visas. Je n'ai jamais ingurgité aucun médicament. Et depuis 20 ans je n'ai plus de rhume. RIEN. C'est ce qu'on appelle l'immunité croisée. Si toute la population était comme moi, le système de santé serait complètement désoeuvré. Sauf les professionnels de la médecine préventive comme le docteur Saldmann.

  • Lien vers le commentaire zoulou2 samedi, 07 novembre 2020 11:12 Posté par zoulou2

    @frcclair
    Ce qu'ont pas les moyens ? ils meurent, c'est tout.

    C'est pour ca que les Chinois ne se font pas rembourser, les petites grippes, ils gardent les cotisations pour des grosses operations. 
    Y'en a qui font des quetes aux sortis des hopitaux, par wechat aussi, mais ca marche aussi par les enveloppe rouge, les amis la famille, donne des enveloppes avec de l'argent dedans, je l'ai vu de mes yeux. 
    Au niveau des prix, voir un specialiste c'est entre 1 et 4 euros, voir un professeur, le plus grade de l'hopital c'est 10 euros.
    Faut diviser les prix francais par 10, voir plus.
    Tu as aussi les hopitaux militaires qui font concurrence aux hopitaux civils.
    Et sinon, tu peux toujours cotiser des assurances complémentaire, des assurances d;etat et des privées, plus tu cotise plus tu as des droits.

  • Lien vers le commentaire francois samedi, 07 novembre 2020 09:36 Posté par frcclair

    @ Zoulou, Ok pour le cancer du fumeur, que faite vous des "cancers" de ceux qui ne l'ont vraiment pas cherché?

    Le système francais est perverti par plusieurs phénomène, cependant l'esprit de soigner ceux qui n'ont pas "les moyens" quand ils sont travailleurs, besogneux, fourmis plutot que cigale ne me parait pas déraisonnable.

    Concernant la gestion de la sécu, la oui, c'est discutable: fraude aux cartes vertes, fraude aux cotisations, gestion calamiteuse de l'efficacité et du personnel de l'entreprise "sécu" etc....

  • Lien vers le commentaire zoulou2 vendredi, 06 novembre 2020 01:48 Posté par zoulou2

    C'est exactement ce que font les Chinois, vous ne pouvez pas vous faire remboursser plus de soin que ce que vous avez cotisé. 

    Le fumeur qui a un cancer du poumon, il fois qu'il a épuisé ses cotisations, il ne peut plus rien se faire remboursser, ce n'est pas aux non fumeurs de payer des cotisations pour payer l'irresponsabilite du fumeur.

    Meme chose pour le covid-19, en mettant un masque, tous les jours. ca coute moins chers que d'aller faire un sejour a l'hopital, sans compter que si vous travaillez pas, vous gagnez pas d'argent en Chine.

    L'egalitarisme, le communisme c'est la France, pas les Chinois.