Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

«Braquage à la chypriote !»

Audience de l'article : 1930 lectures
Nombre de commentaires : 4 réactions
Mes chères contrariées, mes chers contrariens !

Je sais le titre est facile et rappelle « braquage à l’italienne » mais que voulez-vous, il est tard. Bon vous l’aurez compris, je ne résiste pas à l’envie et au besoin compulsif de vous parler de Chypre.

Un peu d’histoire

Faisons un peu d’histoire, rapidement rassurez-vous, pas besoin de vous parler de l’antiquité, non, tiens, démarrons je ne sais pas moi disons en 2008. Il y a 4 ans. Cela ne fait donc pas bien longtemps. Il y a donc 4 ans, en 2008, Chypre rentrait dans la zone euro. Oui. On ne vous le dit pas trop, tout le monde s’en fiche, personne ne se pose la question et tout le monde a oublié (c’est d’ailleurs sans doute pour cela qu’il faut supprimer les cours d’histoire, à part donner de mauvaises idées aux peuples cela ne sert à rien).

Donc en 2008, Chypre était un autre pays. En effet Chypre disposait en 2008, le jour de son entrée dans l’euro, d’une industrie très prospère. 90% des voitures vendues en Europe étaient produites à Chypre. Tout le monde voulait rouler en voitures chypriotes. Les allemands, pourtant fiers de leur standard qualité, achetaient par millions la chypromobile de chez chypromotor. Vous ne vous en souvenez pas ? Pfff.

Mais ce n’est pas tout. Les compagnies aériennes du monde entier achetaient des Chyproplane de la compagnie Chyproaviation leader mondial devant Airbus et Boeing. Vous ne le saviez pas ? Pfff.

En 2008 Chypre était déjà un Paradis fiscal

Oui il faut bien le reconnaitre. Chypre était déjà un paradis fiscal en 2008. Mais on ne le découvre qu’aujourd’hui. Holalala pô bien les chypriotes. Vilains. Donnez-nous vos comptes en banque.

Alors nous sommes en droit de nous poser la question de l’élargissement de la zone euro à Chypre en 2008 alors que la crise économique venait de commencer l’année précédente en 2007 !

Aujourd’hui le contribuable européen est donc appelé à l’aide pour sauver un pays dont le modèle économique est d’être un paradis fiscal et soit dit en passant de blanchir également de l’argent pas forcément très propre.

On nous demande donc au nom de la solidarité au sein de la zone euro de payer pour eux.

Et bien non. Je refuse.

Chypre doit sortir de l’euro

Comprenons-nous bien. Je suis scandalisé par ce braquage à la chypriote des comptes bancaires. C’est une honte que rien ne peut justifier. Cette solution est imposée de l’extérieur par une Troïka qui n’a aucune légitimité démocratique.

La seule solution valable compte tenu des spécificités de Chypre est de laisser Chypre aux chypriotes. C’est leur problème et c’est à eux de trouver la moins mauvaise des solutions.

Il était évident qu’en intégrant ce type de pays dans la zone euro nous courions à la catastrophe économique déjà que c’est très compliqué de faire marcher ensemble dans la même zone monétaire un pays comme la France et l’Allemagne… alors imaginez Chypre.

Entre l’adhésion et le problème ? 4 ans ! C’est court. Nos politiques font n’importe quoi et je le dis avec une colère difficile à contenir. Ce qui arrive était une évidence.


Qu’est-ce que l’on entend comme âneries !

Ma préférée c’est «nous quand on paie l’ISF c’est pareil».

Hé bien non ce n’est pas du tout pareil. D’abord l’ISF est un impôt. Il est voté dans le cadre d’un processus législatif, prend place dans une loi de finance. Certaines possibilités d’exonérations ou de réductions existent. Personne n’aime payer un impôt y compris l’ISF, mais nous avons une forme de visibilité.

Et la grande différence c’est que l’ISF se calcul sur votre actif net. Vous avez 1 million d’euros de patrimoine et 1 million d’euros de dettes car vous venez juste d’acheter un très bel appartement, vous ne payez pas d’ISF car votre patrimoine moins vos dettes = 0. D’ailleurs cela donne lieu à quelques savants montages fiscaux mais c’est un autre sujet.

Dans le cas du braquage à la Chypriote peu importe votre endettement. Ce qui compte ce sont vos dépôts. C’est du vol pur et simple.

Une autre que j’aime bien, c’est « à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle ! » Ho, ben oui ma brave dame vous comprenez c’est comme ça. Le problème avec ce genre d’argument c’est qu’il permet de tout justifier tout, y compris l’arbitraire, la dictature, les massacres, les génocides et tout le toutim… Les mesures exceptionnelles c’est la porte ouverte au régime d’exception. Et les dictatures commencent toujours de cette façon-là, lorsque le droit s’efface pour laisser place à l’arbitraire et que le silence consentant de tous, personne ou peu s’y oppose. Reprenez vos cours d’histoire bon sang !

L’économiste français Frédéric Bastiat disait (et il est mort depuis bien longtemps) : « quand le pillage devient un moyen d’existence pour un groupe d’hommes qui vit au sein des élites de la société, ce groupe finit par façonner pour lui-même tout un système juridique qui légitime le pillage, et un code moral qui le glorifie ».

Et c’est comme ça que vous obtenez un Chypre c’est différent, c’est un paradis fiscal, ils ne payent pas d’impôts, alors franchement ils l’ont bien cherché, comme les grecs et leurs armateurs, comme les espagnols et leur promoteurs, comme les italiens et leur mafia, comme les français et leurs aides sociales…

Tournez le problème dans tous les sens. Cela reste de la spoliation. Tout simplement.

Cela risque de créer un précédent dramatique.

Je préfère la faillite à la spoliation !

Oui mes chers contrariens, je suis un défenseur de la faillite ou du défaut, comme vous le souhaitez et peu importe la terminologie car cela est très différent.

Si j’achète une action j’accepte le risque que la société fasse faillite et que mon action vaille 0.

Si j’achète une obligation d’état, c’est-à-dire que je prête à un pays qui fait faillite (défaut) j’accepte que mon obligation vaille 0.

On joue, on gagne et des fois on perd. On assume les conséquences de ses placements.

Car ce qu’il va se passer c’est que l’on vole 10% de l’épargne des gens. L’économie chypriote va s’effondrer, entrainant la nécessité de faire d’autres « taxes » ou « prélèvements » obligatoires.

Alors oui on doit privilégier les faillites aux spoliations.

D’où la question, pourquoi préférer une spoliation ? Pour sauver les banques pardi ! Et que croyez-vous qu’il se passera en Italie où la dette vient encore de grossir de 34 milliards d’euros grâce à la gestion extraordinaire de Mario Monti ? Que se passera-t-il en Espagne ? Et enfin, chez nous, sur les comptes de chacun d’entre vous ? Il se passera exactement la même chose. On fermera les banques et on volera votre argent au nom de votre bien.

Bon je vous passe toutes les autres bêtises qui sont du même acabit et ne tiennent pas à une contre argumentation sérieuse.

Rejet du plan de « sauvetage » européen par le Parlement Chypriote

Alors que le Ministre des finances chypriote et le porte-parole du gouvernement sont démissionnaires, la majorité au parlement a indiqué qu’elle s’abstiendrait lors du vote ce qui va laisser un boulevard au rejet du texte par l’opposition.

Ha… les résultats du vote viennent de tomber. Récapitulons.

Le Parlement chypriote a donc rejeté (comme prévu) le plan de naufrage heu pardon de « sauvetage » conclu samedi avec l'Eurogroupe et censé éviter une faillite de l'île, par 36 voix contre, 19 abstentions et aucune pour.

Pour faire plaisir à nos « zélites » européistes béates, le résultat de ce vote a été accueilli par une explosion de joie par des milliers de manifestants réunis devant l'Assemblée !

Heureusement le communiqué de la BCE vient de tomber.

« La Banque centrale européenne (BCE) a pris acte du vote négatif du Parlement chypriote sur le plan de sauvetage européen, et a réaffirmé qu'elle fournira autant de liquidités que nécessaire, dans le cadre des règles existantes ».

Enfin, pour vous remonter un peu le moral et parce qu’il faut bien rire, le Président de la Banque Centrale de Chypre porte le doux prénom de « Panikos » (Demetriades de son nom). Et franchement en pleine panique bancaire avoir un Gouverneur portant le prénom Panikos, on ne pouvait rêver mieux. Comme quoi ils sont forts ces chypriotes… pour nous faire rire !

Allez à demain, je pense que l’on ne va pas s’ennuyer ces prochains jours, et n’oubliez pas d’avoir quelques centaines d’euros en espèces devant vous, on ne sait jamais, dès fois que Panikos bloque les cartes bleues du reste de l’Europe !

 

Charles SANNAT
Editorialiste et rédacteur du Contrarien Matin
Directeur des Études Économiques Aucoffre.com
http://www.lecontrarien.com/

 

 
Poster un commentaire

4 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Helios jeudi, 21 mars 2013 08:31 Posté par helios


    "Je préfère la faillite à la spoliation !"

    oui, mais pour les déposants je pense que la faillite traduirait pas une perte beaucoup plus
    importante que 10%.
    Mais il est probable aussi que cette  ponction serait suivie d'autres, ou de la faillite à la fin.

    Moi je suis étonné de voir un peu partout des commentaires hostiles aux mesures demandées
    par l'Europe, faits par des gens qui se félicitaient des décisions prises par l'Islande lors
    de ses problèmes de banques. Il me semble que dans le cas islandais les déposants avaient
    été bien plus impactés.


  • Lien vers le commentaire hftrade jeudi, 21 mars 2013 01:05 Posté par hftrade

    pour comprendre tout ceci il faut raisonner en termes politiques

    - l'euro est une construction avant tout politique finalement (des apparatchiks de l'UE en ont decidé ainsi) qui demontre de plus en plus son absurdite en termes economiques, comme vous le montrez

    - cette absurdite et ce scandale de prelever sur des depots (y compris depot de moins de 100000 theoriquement garantis au sein de l'UE) est dictée par les elections allemandes qui approchent bientot (dont j'ai apercu l'importance a l'avance et dont evidemment on parle peu ou prou dans la presse francaise). les tensions politiques croissantes en allemagne font que merckel a impose une contribution propre importante a chypre et apparemment le seul endroit ou ils pouvaient trouver facilement de l'argent c'etait les depots.

    - on ne touche pas aux bondholders, ce qui est totalement illogique en termes economiques car on devrait les depecer bien avant les deposants, car les bondholders sont souvent les institutionnels et les banques europeennes (qu'on a contraint d'acheter des dettes d'etat, la boucle est bouclée).
    par exemple, si l'Italie fait defaut ou retourne a la lire (meme effet a peu pres), les banques francaise sautent (pour 300 milliards). inutile de dire que le beppe grillo avec son retour a la lire fait paniquer les dirigeants francais.

    - l'ambassade d'allemagne a chypre a saccagee. des portraits de generaux monocles refont surface comme on en trouvait pendant la guerre, epoque ou la propagande etait quand meme intense. les peuples guides par la colere se retournent les uns contre les autres comme a d'autres epoques.

    je crois que le suite est evidente actuellement : l'explosion de la zone euro (et decoule des points ci-dessus). le chateau de carte (zone EUR) est une creation instable. tout systeme instable n'est pas viable dans le long terme

  • Lien vers le commentaire fred marseille mercredi, 20 mars 2013 20:22 Posté par fred marseille

    Bonjour,
    Effectivement les jours qui viennent vont être très interessants !
    Les banques sont toujours fermés à cette heure... comment vont elles faire pour ré-ouvrir ?
    J'attends ça avec impatience ! Va y avoir du sport aux guichets !
    La mèche est allumée comment vont ils l'éteindre ?
    Hi Hi Hi, pardon je rie mais c'est les nerfs.
    Fred marseille