Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Témoignage de MEMBRE OBJECTIFECO

Témoignage de MEMBRE OBJECTIFECO

Nous allons publier vos témoignages. Nous en recevons beaucoup. Nous pensons que l'expérience des autres permet de réfléchir grâce à l'effet miroir. Il arrive souvent que nous soyons confrontés tous à des choix de vie, des choix d'argent ou des choix professionnels sans savoir sur quelle option miser. 

Il y a deux moyens principaux pour s'aider. Consulter l'expérience des autres sur le terrain, dans des configurations similaires. Lire des livres de spécialistes qui ont creusé la problématique.

ObjectifEco souhaite participer en mettant en avant vos expériences heureuses et malheureuses. 
ecrivez nousEcrivez nous par le biais du formulaire de contact présent en bas de chaque page de notre site à gauche !

promospeciale

Les sociétés humaines sont inadaptées à la condition humaine

Audience de l'article : 1687 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Une société humaine commence à 4 personnes : à partir de 4, toutes les relations possibles et imaginables peuvent se mettre en place.

La première des "sociétés" à laquelle nous appartenons est la famille, ensuite cela fonctionne par inclusion sous forme de cercles à différents niveaux.

Le problème des sociétés pyramidales n'est pas tant dans leur organisation que leur inadaptation à la condition hummaine ! C'est la perte ou le contrôle des informations qui forme le vrai "pouvoir" dans une société pyramidale bien plus qu'ailleurs... L'humain étant par nature plus "dominateur" que "collaborateur" c'est dans un premier temps le complexe d' infériorité des faibles qui leur permet de justifier à leur propres yeux leurs comportements.

Les dominants estiment nécessaire à leur propre survie de truquer les règles : ils sont persuadés qu'en jouant dans les "règles" ils n'auraient aucune chance dans nos sociétés actuelles. Dans un second temps c'est la généralisation de ces comportements "déviants" qui permettent au virus de se propager.  

"Puisque les autres sont tous "pourris", pourquoi pas moi?...".

Nous arrivons alors à un système qui ne fonctionne plus mais où la majorité porte une part de responsabilité du "pourquoi on en est arrivé là" !

C'est comme une balle jetée en l'air.

phase 1 elle monte très vite 
phase 2 elle ralentit
phase 3 elle est actuellement en suspension, un "moment" qui semble figé... mais qui n'est que le prélude à la chute. Nous en sommes là !


La "contrainte" de l'organisation est acceptée durant les phases 1 et 2 car le "bon peuple" a pour compensation une croissance vigoureuse et l'enrichissement de la majorité, mais dès que cela cesse... la "contrainte" n'est plus justifiée et le bon peuple se réveille...non seulement c'est le début de la fin de l'Etat providence mais aussi l'apogée du social-clientèlisme. Maintenant qu'il n'y a plus un sous à tondre, ça va commencer à chauffer doucement, comme un réacteur nucléaire sans liquide de refroidissement...
Poster un commentaire