Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Sacha Pouget

Sacha Pouget

J'ai une expérience de 10 ans en salle de marchés chez BNP Paribas, Royal Bank of Canada et Crédit Agricole Cheuvreux. Je me focalise uniquement sur les société de Biotechnologie, qui disposent des plus forts catalyseurs de hausse sur le marché en un minimum de temps. Je m'intéresse plus particulièrement aux sociétés qui disposent d'un Momentum avec un calendrier favorable pour leurs publications d'études cliniques.

Je tire ma performance de ma stratégie de trading parfaitement adaptée aux sociétés de biotechnologie (la stratégie PRE-CATALYSTE), qui m'a permis de multiplier mon capital par plus de 3 en 3 ans (mes clients en sont témoins) tout en ayant un risque maîtrisé. Auteur d'un Livre sur les investissements dans le secteur de la Santé, j'ai développé des méthodes d'analyse et de sélection de valeurs propres à mon secteur. 

Mes modèles d'inspiration sont Paul Tudor Jones et Jean-Marie Eveillard pour l'aspect Gestion – Money management, et les livres de Mike Havrilla "The Ultimate Guide to Biotech Stocks" et de Tony Pelz "The Biotech Trader Handbook" pour l'aspect trading. Mon site internet : http://sachapouget.com/

Mes PDF gratuits

ebooksachapouget

- Comment je travaille ?

- Quels courtiers, quels tarifs pour acheter les valeurs du secteur santé biotech ?

- Mon journal de bord intégral lors de ma performance de +41% au T3 2012

Cliquez ici pour recevoir les liens pour télécharger ces infos

promospeciale

La nouvelle arme des professionnels pour Vampiriser les Marchés : l’automatisation des ordres et l’interprétation des News par les Robots (Exemple 1: DIEBOLD)

Audience de l'article : 1577 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

L'époque où les investisseurs échangeaient des titres avec les êtres humains a été remplacée par un ordinateur qui traite avec un autre ordinateur. De nouvelles applications, alimentées par des systèmes professionnels qui communiquent avec des algorithmes, traitent sur le marché des titres uniquement à partir de données historiques, des événements ou des mots-clés : on appelle cela le News Feed Algo. Conséquence de cette « computerisation » des échanges : la manipulation des cours sans la moindre intervention humaine. Exemple avec Diebold, en Juin 2010.

Le 2 Juin 2010, alors qu'une réunion avec les investisseurs vient de débuter, le chef de la direction de Diebold, Thomas Swidarski, a vu le cours de l'action de son entreprise chuter de plus de 30 % en six secondes. À la fin de la journée, plus de 6 millions d'actions de ce fabricant de distributeurs automatiques de billets ont été échangé, soit environ 11 fois le volume habituel. L'action a clôturé à 29,08 $, soit 3 % de plus que lors de son ouverture. 
 
 
La raison de cette chute ? Une News concernant Diebold, diffusée par des flux professionnels de type Dow Jones Newswire, Reuters et Bloomberg, qui a été mal interprètée par les Robots.
 
 

 
Les systèmes de négociation sont ensuite entrés dans la danse instantanément (sans la moindre intervention humaine). Cet incident met en lumière les préoccupations au sujet de la négociation à haute fréquence (le High Frequency Trading, ou HFT), comme ceux qui ont provoqué le Flash Crash du 6 Mai 2010 (près de -10% pour le Dow Jones sans aucune raison, si ce n'est un phénomène d'emballement des systèmes de trading automatisés).
 
 
  • Plongeon du cours de 30%… en Six secondes chrono... sans aucune raison !!!
 
 
La chute libre de Diebold du 2 Juin a commencé après que Thomas Swidarski (Pdg de Diebold) ait annoncé qu’il paierait 25 millions de dollars pour régler une infraction qui fait suite à une fraude comptable. Cette annonce était connue de toute la communauté financière, et était déjà intégrée dans son cours puisque cette annonce avait été révélée un an plus tôt. Diebold avait alors annoncé vouloir se conformer aux bonnes pratiques comptables, et l'enregistrement des ventes de machines avant qu’elles ne soient livrées. Bref, autant dire que l’interprétation des News feed Algo a été défaillante.
 
 
Bref, rien de neuf suite à la réunion investisseurs de la Direction de Diebold. Mais à 12h22, le cours de Diebold plonge de 8 $ en six secondes pour atteindre les 18,26 $. Le cours est alors remonté en flèche et s'échangeait au dessus de 25 $ une minute plus tard, à 12h23. Ce 2 Juin, 427 ordres ont été exécutés sur Diebold en dessous des 23 $, portant sur une quantité totale d’environ 113 600 actions. Tous les ordres ont été acheminés de manière électronique, via le Nasdaq Stock Market ou le Bats Exchange. Fait important : aucune transaction sur Diebold ne s'est produite pendant 70 secondes sur le New York Stock Exchange à partir à 12h22.
 
 
Les fluctuations des cours de manière temporaire a conduit certaines entreprises à installer un logiciel qui cherche à profiter d’un point bas pour procéder à un achat (en swing). Des sociétés comme Pipeline Trading Systems LLC aident les investisseurs institutionnels à mettre en œuvre des algorithmes qui visent à identifier la fin d'une vente massive. Les solutions informatiques ne manquent pas pour établir une solution basée sur des stratégies. On assiste de plus en plus à une course aux armements entre les traders institutionnels qui font fluctuer les cours face aux positions des gestionnaires de portefeuille et des traders qui déploient des outils pour déterminer dans quelle direction il faudrait négocier un titre particulier. Si un acteur « automatisé » (un Robot) s’ajoute à cette interaction, et si la machine est bien programmée, ce système peut générer des millions d’euros par jour.
 
 

Ensuite, les traders ne se soucient pas des algorithmes qui peuvent parfois mal interpréter les données à mesure que les ordinateurs réussissent à minimiser ce type d’erreur. Pour que le système marché, il faut créer des backtests, et la mise au point est parfois longue et fastidieuse.  Aucun doute que les plus values engendrées dans la majorité des cas suffit pour poursuivre ces stratégies. Comme dans tout procédé, il y a parfois des déchets, mais dans l’ensemble tout cela fonctionne très bien. Et même si des évènement comme ceux de Diebold se produisent, les régulateurs ne trouvent rien à redire. La vampirisation continue tranquillement son chemin.

 

Sacha Pouget

Poster un commentaire