Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
david

david

Tous les commentaires de ce membre (564 publications)
Charles, vous parlez de 2021 je crois ... alors si les cours butent sur ces niveaux (voir aussi : http://www.marketoracle.co.uk/Article62477.html )

petite devinette :

DEVINETTE

... petite réponse qui vaut ce quelle vaut, déterminée à partir du précédent commentaire (voir ci-dessous); une réponse qui vaut peut être un pet de crapaud, mais c'est juste pour la bauté de la chose :

dj2021krach
Pffffff ... n'importe quoi !



En fait on pouvait initialement s'attendre à un point significatif en décembre 2017 ... 

dow jones mensuel

c'est comme si, à partir du sommet de 2017, et à l'instar des cycles 55 devenus 56, on passait de 105 à 106 ... ce qui expliquerait le sommet de janvier 2018.

On remarquera par ailleurs le cycle qui mène sur septembre 2021. 

Ce graphique n'explique pas tout, bien entendu, et n'a surtout pas pour objectif de mettre le doute dans les esprits. Surtout pas. C'est pour la beauté de la chose.

Les niveaux du SP500 quant à lui par rapport au bas de 1987 sont ... comment dire ... 

+Bas 1987 : 216 points
+Haut 2007 : 1576 points
+Haut de vendredi : 2876 points
Ecart de 1360 d'un côté, et 1300 de l'autre ...

... et des 16, et encore des 16 ... peut être pour faire eccho au DJ ?
Précisions sur "Février 2018 / 10 ans US à 3% / tops marchés boursiers" (graphique sur commentaire suivant). En fait le dernier top actuel est janvier 2018 (pour le moment).

dj1616
Cette surprenante projection à partir du krach de 1987 (25 000 points) justifie selon moi le coup d'arrêt du DJ ...

Sur l'objectif de l'été 2021 et par extrapolation :

dj2021krach

Sur le top du CAC et son objectif pour 2021 : j'ai développé une théorie à partir du code donné par christine Lagarde. Ce n'est qu'une théorie. Je ne suis pas dans les secrets des dieux.

Les propos de la Directrice du FMI lors de ses vœux pour 2014 au National Press Club le 15 janvier de cette année-là sont (plus que) très douteux. De prime abord. Mais lorsqu’on les étudie sérieusement, ils prennent tous leurs sens. Je les interprète comme un message codé complexe donnant trois éléments : un point de départ, un point d’arrivée et une méthode, une procédure à suivre entre ces deux points qui nécessitent une connaissance précise des marchés. Avant de vous expliquer comment j’y arrive, il convient d’étudier cette mystérieuse séquence des voeux. La Directrice du FMI utilise ici la numérologie pour le côté mystique, mais aussi pour mettre en avant l’utilisation des mathématiques dans les règles d’organisations humaines depuis la nuit des temps (célébration, architecture, symboles … et algos appliqués sur les marchés financiers).

Je vous rappelle que le CAC est passé de la Compagnie des Agents de Change à Cotation Assistée en Continu, puis à, et c’est ma théorie, Codes Algos et Cycles. Je me suis donc penché sur ce fameux message codé que je vais tenter de décrypter, point par point, en reprenant et expliquant successivement chaque propos de la Directrice du FMI.

Point n°1 : « comme vous pouvez le constater, je fais ce qu’on me dit : je pensais devoir me lever aussitôt mon prédécesseur assis, j’ai échoué de toute évidence » : C. Lagarde avoue n’être que la porte-parole vis-à-vis du public extérieur, une simple exécutante. Ses vœux se déroulent au National Press Club qui est « l'une des organisations professionnelles mondiales majeures pour journalistes. Elle est située à Washington D.C. Ses membres sont constitués de journalistes, d'anciens journalistes, d'officiers de renseignement gouvernementaux, et de l'ensemble des personnes considérées comme des sources d'informations régulières. » (Wikipédia). Le véritable pouvoir n’appartient pas à ceux que l’on exhibe sur le devant de la scène. On le savait.

Point n°2 : « Merci de me recevoir. J’aimerais remercier le National Press Club et surtout son Président, non seulement pour m’inviter à cet évènement prestigieux mais essentiellement pour avoir présenté les grandes lignes de ce dont je veux vous parler. C’est comme si nous avions collaboré mais non ». Ici, règle de politesse d’usage (remerciements), mais surtout introduction à son message qu’elle veut nous donner. Peut-on parler de collaboration avec la presse ? « mais non » nous dit la Directrice. Chacun à sa place. Les médias sont une caisse de résonnance, un (inter)média(iaire) (définition du média) entre ce qui est en haut (eux) et ce qui est en bas (nous). Elle est là pour un but précis : « parler » d’un message (codé) et le faire passer par les médias (moyen) à eux-mêmes.

Point n°3 : « Premièrement, je vous souhaite à tous une bonne année. C’est quand même un moment opportun puisqu’on est à mi-chemin entre le nouvel an solaire et le lunaire qui aura lieu dans deux semaines ». Au moment où elle nous parle (15 janvier), nous sommes effectivement à mi-chemin entre la nouvelle lune du 1 er janvier et de celle du 30 janvier 2014. Elle nous donne donc une indication de « distance médiane entre deux dates ». Mais elle nous évoque aussi deux systèmes naturels, le système solaire et le système lunaire, qui ont des cycles différents. Phénomène que l’on retrouve appliqué sur les cycles des marchés boursiers.

Point n°4 : « Je veux vous parler de l’économie mondiale et des prévisions pour 2014 ». Le message codé commence. 

Point n°5 : « je vais tester vos aptitudes en numérologie en vous demandant de penser au chiffre magique, le 7. La plupart d’entre vous savent que le sept est très important dans plusieurs thèmes, religions …». Oui, les 7 péchés capitaux par exemple, on le savait, tout ça … mais elle reconnait donc implicitement, puis par sa démonstration qui va suivre, que c’est valable aussi sur les marchés financiers.

Point n°6 ; « je sais que vous pouvez compresser les nombres aussi ». Ici, elle passe du chiffre 7 aux nombres en utilisant la numérologie. Très étrange exercice de style de la part d’une Directrice du FMI. Presque irréaliste !

Point n°7 : « Si on pense à 2014 … OK, vous faites tomber le zéro … 14, 2 fois 7, c’est juste un exemple ». Ok, on a compris la méthode des nombres numérologiques. Ca marche effectivement pour 2014. Mais pourquoi 2014 ? Parce qu’à ce moment-là on est en 2014 ? Parce que c’est une année de référence ?

Point n°8 : « On continue, c’est juste un exemple ». Attention : elle va à partir de maintenant nous donner le message codé. Jusque-là, elle nous avait donné la méthode que je vous résume : il faut prendre la distance médiane entre deux points (point n°3), utiliser des systèmes cycliques différents (point n°3), pour donner un message pour l’avenir (= prévision) (point n°4), en utilisant le chiffre 7 (point 6) et le nombre numérologique (point n°6).

Point n°9 : « Donc, 2014 sera une année importante et, espérons une année magique dans plusieurs domaines. Ca sera le centième anniversaire de la première guerre mondiale de 1914. Ca sera le 70è anniversaire … on annule le zéro (=7), 70è anniversaire de la conférence de Bretton Woods qui a donné naissance au FMI. Et ce sera le 25è anniversaire de la chute du mur de Berlin, 25 ». 70, 25 … OK, on trouve le nombre numérologique 7. Bretton Woods, c’est la naissance du nouveau système monétaire (consécration du dollar sur la livre), la chute du mur de Berlin, c’est la consécration de la naissance de la mondialisation (début des premières délocalisations, adhésion des anciens pays communistes au FMI …). Elle utilise les méthodes contenues dans les points 5 et 6. Mais quid de la Première guerre mondiale ? Elle a eu lieu en 1914 (nombre numérologique 6), elle a duré 5 ans, elle s’est achevée en 1918 (nombre 1). Et on fête le centenaire du début de la guerre (nombre 1). Cette référence historique reposerait donc sur l’utilisation de la méthode du point 3 : une distance entre deux dates importantes (1914-2014 = 100 ans). Par cet exemple, elle demande en tout cas de prendre en compte l’année 2014 comme année importante (« magique ») au même titre que l’année 1914 et à considérer 2014 à travers le calcul de date à date. En outre, dans le point 3, elle parle également de « mi-chemin entre … et … ». Traduction, 2014 est une « année magique », « à mi-chemin entre » … « et » ….

Bonne transition pour arriver au point suivant.

Point n°10 : « Ce sera aussi le 7è anniversaire de de la crise des marchés financiers qui aura eu comme conséquence les plus grandes calamités depuis la grande dépression de 1929 ». On y vient : 2014 est donc « une année magique », « à mi-chemin entre » « la crise des marchés financiers » (il y a … 7 ans, donc 2007 et …. 2014+7= 2021). Voici donc le message codé de Christine Lagarde, qui est en fait décomposé dans plusieurs messages précédents et éclatés qu’il convient de recomposer en utilisant les trois méthodes (distance médiane entre deux dates, chiffre 7 et nombre numérologique). Elle nous avertit donc que 2021 est une année importante !

Conclusion intermédiaire : 2014 est un nombre numérologique, une date « magique » (parce qu’) à 100 ans de la première guerre mondiale, 70 ans de la naissance du FMI et 25 ans du début de la mondialisation, et à mi-chemin (7 ans) de deux dates historiques pour les marchés : 2007 et donc 2021.

Continuons :

Point n°11 : « La crise n’est pas finie. Mais l’optimisme est dans l’air. On a laissé le grand froid paralysant derrière nous, et l’avenir semble juste un peu plus lumineux. Après ces 7 longues misérables années fragiles et faibles, mes espoirs pour 2014 résident dans 7 années prospères». Elle nous donne ici quatre éléments à prendre en considération : la confirmation que (1) 2014 est l’année charnière entre 2007 et 2021 (« sept longues misérables années » et « sept années prospères »), que (2) ces quatorze années forment un même ensemble et qu’une prochaine crise est à venir puisque ses «espoirs pour 2014 résident dans 7 années prospères » mais «  j’ai échoué de toute évidence » car  « la crise n’est pas finie », que (3) on a « laissé le grand froid paralysant derrière nous » (comprenez 2009) : il semble donc qu’elle nous promet qu’on ne descendra pas plus bas que 2009 (sur les marchés directeurs, donc américains : discours à Washington) lors du prochain krach annoncé pour 2021. Un retour donc sur la zone des 10 000 points comme je vous l’ai annoncé sur le DJ pour 2021 devient alors cohérent avec son message. Enfin, que (4) les sept premières années (donc la première partie) « sont fragiles et faibles » mais espère « sept années prospères » pour la suite. Quand les vœux de la Directrice se réalisent, elle se transforme en voyante. Démonstration : Sur la première partie (2007-2014) le DJ a une amplitude de 10 065.20 points entre le 15 janvier 2014 (discours des vœux) (haut du 15/01/14 : 16 505.28) et le plus bas du DJ en mars 2009 (6 440.08). Sur la deuxième partie que la Directrice souhaite prospère, on passe de 16 505.28 (15/01/2014) au top du 26/01/18 à 26 616.71, soit 10 111.43 points (différence de seulement 46.23 points !). Cela veut dire qu’à partir du moment où elle fait son discours, le DJ gagne durant la deuxième partie le même nombre de points contenus dans son amplitude réalisée lors de la première phase, mais en partant plus haut que le sommet de 2007, effaçant donc « les longues misérables années fragiles et faibles » par un « avenir un peu plus lumineux ».

Point n°12 : « Je ne sais pas si le G7 aurait quelque chose à voir ou si ça sera le G20. J’espère que le FMI aura quelque chose à y voir ». Question : quelle est cette « chose » ? De la même manière qu’il faut recomposer les messages décousus, il convient d’interpréter ces propos à travers ce qu’elle a dit préalablement. Reprenons les différents thèmes abordés dans le point 9 : Guerre mondiale – Bretton Woods (système monétaire) – Chute du mur de Berlin (début de la mondialisation). 

Dans quoi le FMI et les G7 ou 20 pourraient- ils le plus « à y voir » ? Une guerre ? Une refonte du système monétaire ? Ou une refondation/fin de la mondialisation ? Réponse : certainement un changement monétaire avec par exemple l’utilisation des DTS pour stabiliser et relancer le système monétaire, par exemple fin juillet 2021, soixante-dix-sept (77) après Bretton Woods (Juillet 1944). Et le dernier plus « grand » changement monétaire a eu lieu le 15 août 1971 avec la désindexation du dollar à l’or. Or 2021-1971 = 50 ans. Y-a-il un rapport avec les 100 ans qui séparent le début de la Première guerre mondiale et 2014, et la distance à mi-chemin (100/2=50 ans) tel que défini au point 3 (1971-2021) ? A la limite, peu importe de ce que décideront les Maîtres de monde. Elle reconnaît également implicitement que le FMI n’est même pas le centre du pouvoir mondial. Elle-même semble a priori nous faire comprendre que rien n’est « programmé » à ce stade.

Alors, soyons clair : si ce message est repris par la plupart des sites complotistes de la terre, il ne s’adresse pas in fine à eux, mais bien aux initiés qui font et connaissent le marché . Je n’ai pas la prétention d’être un de ceux-là (ni initié, ni complotiste) ; mais cela fait 10 ans que j’étudie le CAC 40 et je vais maintenant vous donner l’application de ce code au C(odes)A(lgos)C(ycles) :

Reprenons le processus. Le message est donné le 15 janvier 2014, et on nous dit d’appliquer le chiffre 7 et des distances à mi-chemin. Soit ! J’émets l’hypothèse de trouver une date sur le 7ème mois de l’année (chiffre 7), donc juillet, sur l’année « magique » (2014) et de prendre la date de milieu de mois à l’instar du discours qui intervient au milieu du mois de janvier de cette année. Le mois de juillet a 31 jours, et est donc composé de 15 + 1 +15. Le 16 juillet correspond donc parfaitement aux critères qu’on nous demande d’appliquer (15 jours avant le 16/07 = 01/07 ; 15 jours après le 16/07 = 31/07). Le 16 juillet est bien à mi-chemin du septième mois de 2014. Sachant en outre que le 16 = 1+6=7.

Ne cherchez pas une bougie particulière sur le CAC ce jour-là. Il s’agit d’une banale bougie de départ qui se situe en 2014 (année charnière), à mi-chemin entre 2007 et 2021, et au milieu du septième mois (16/7). Elle ne sert donc que de point de départ pour comprendre les « 7 années prospères » à suivre (espoir donc … non promis, car krach à terme (« la crise n’est pas finie »).

Nous connaissons donc notre point de départ (16/07/2014) et les 365 points d’arrivée en 2021, avec une forte présomption pour juillet 2021 (77ème anniversaire de Bretton Woods, 50è anniversaire de la décision de l’Administration de Nixon) ou août 2021 (voir analyse DJ). 

Alors vous êtes en droit de me dire que c’est une hypothèse qui repose sur rien. Je vous réponds que (1) j’applique ce que l’on me dit … comme Christine (« comme vous pouvez le constater, je fais ce qu’on me dit » point n°1), et (2) j’ai la chance (par un long travail personnel sur le CAC) de trouver un indice plus qu’étonnant, je veux dire déterminant : le 16/07/2014 est la 1372ème bougie depuis le rebond de mars 2009. Ici, j’avoue être scotché ! Et lorsqu’on creuse un peu plus, voici en appliquant la méthode contenue dans le message codé ce que l’on trouve sur le CAC :

code fmi

1372, c’est exactement le nombre de jours de la hausse de la première bulle. Christine Lagarde nous demande donc de partir de l’équivalent de la vague de hausse de la bulle 1, appliqué à partir de la bulle 3 sur la 1372è journée pour déterminer le début et la fin des sept années prospères. Il n’y a pas ici de coïncidence. Ce n’est pas possible. (De plus, pour ceux qui ont suivi mes commentaires précédents, on sait que la ligne de vie partant cette fois du top secondaire de 2000 (1308) donne le top de la bulle 2 et le top de la bulle 3 à 2 jours près (2272/2274) : la logique est donc également la même). Vous remarquerez qu’en partant de ce point 1372, on a un cycle de 451 jours pour atteindre 1823 qui est une bougie fondamentale (voir tous les commentaires de l’année 2016). Mieux ! Ajoutons encore 451 jours, et on arrive au sommet de janvier 2018 ! Le Cac applique ici strictement la règle contenue dans le point 3. Là aussi, c’est un élément qui laisse penser qu’on ne fera pas un plus haut sur le Cac. A partir de janvier 2018, je pense donc définitivement que le cac est down, et que le Dow est couac ! Et si on ajoute encore deux fois 451 jours, on obtient ... 3176, bougie que j’ai déterminée il y a longtemps, par d’autres moyens, et bien avant que le sommet 2274 ne se réalise. Ici, le sommet de janvier 2018 (2274) est bien à mi-chemin du point de départ de 2014 et du point d’arrivée de 2021 (point 3 du code). Nous sommes donc en présence d’une forte présomption d’un point significatif sur la bougie 3176. Pour moi, il s’agit du bottom de la bulle 3 en cours. On remarquera enfin que 3176 – 1534 (durée de la bulle 2) = 1642, soit le sommet du 06/08/2015 (6 août ? le rebond de 2021 ?) de la bulle 3 ou le bottom de septembre 2001 de la bulle 1 (post 11/09) !

Ayant un point de départ, un point d’arrivée, et 4 cycles de 451 jours délimités au milieu par le sommet, avec les deux premiers cycles séparés eux-mêmes par le sommet 1823, on remarque ici que le marché « respecte » strictement les « préconisations » du point 3 avancé par la Directrice du FMI. Tout le travail consiste alors à étudier l’organisation des cycles et sous-cycles à l’intérieur de ces deux premiers cycles 451 pour comprendre ce qui va se passer sur les deux sous-cycles suivants. Les deux premiers cycles 451 forment en eux-mêmes des codes pour les initiés. C’est la méthode induite par ce message et dont je vous parlais en début de commentaire. C’est cette procédure que je suis en train d’étudier … 

Ah ! Du krach de 1987 à celui de 2021, on a 34 ans (3+4). 

Conclusion : En moins de quatre minutes, la Directrice du FMI communique un message codé ultra complexe. L’erreur consiste encore une fois à faire un travail d’analyse superficiel, en additionnant quelques chiffres, pour obtenir un nombre numérologique qui n’a aucun sens comme dans la vidéo que je vous mets ci-dessous en lien. Une Directrice du FMI ne passe pas 4 minutes à s’efforcer de donner une date ! Voyons ! Des responsables de haut niveau tel que C. Lagarde vont à l’essentiel, savent et peuvent lire/parler/comprendre entre les lignes (définition de l’intelligence = inter-lignes=entre les lignes) et sont capables de passer, dans un code ultra-court, plusieurs messages complexes. Quelle erreur d’interprétation (vidéo par exemple https://www.youtube.com/watch?v=M7u9sf6v_yk ) et mépris pour les Grands de ce monde que de considérer ceci. Chaque mot est important et chaque mot a un sens. Chaque exemple a sa signification. Il n’y a pas d’introduction, développements, conclusion à appliquer à la lettre, puisque par définition c’est un message codé. Il s’agit en fait d’un puzzle, décousu qui nécessite par ailleurs une connaissance précise des marchés.

Pour ma part, j'envisage un bas historique le… 5 août 2021 sur le Cac et les autres marchés boursiers débouchant par la suite sur un marché haussier séculier de douze ans (par exemple : Dow Jones 100 000 points en 2033).
Et puis, je me suis souvenu de la "prédiction" du porte-parole de l'establishment :

theeconomist-phoenix get ready for world currency by 2018

C'est la une du 09/01/1988 de The economist (après le krach d'octobre 1987) qui prédit une nouvelle "monnaie internationale", 30 ans plus tard, qui renaitrait de ses cendres; sur la couverture, on voit le dollar, la livre, le yen et le mark (= euro) brulés et dont émerge le phenix.

Prédiction "auto-réalisatrice" ?

Car le cahier des charges - fixé en haut lieu - est d'arriver à un DJ à 100 000 pts en 2030 ... coûte que coûte ... quel que soit la dette, l'état de l'opinion, ou de la planète ...

Comment ?

“In an extreme money-printing environment, the Dow Jones Industrial Average can go to 100,000,” selon Faber.

Pourquoi ?

En 1940, le DJ valait 100 pts
30 ans plus tard,
en 1970, le DJ valait 1 000 pts
30 ans plus tard, 
en 2000, le DJ valait 10 000 pts
30 ans plus tard, 
en 2030, le DJ vaudra (?) 100 000 pts.

Sans "croissance du PIB", et juste avec la" croissance de la monnaie" ? ou plutôt avec de la croissance mais sans emploi (laurence Parisot) ?

En tout cas, je rejoins (opinion perso) l'avis du PDG de Blackrock il y a quelques années et dont j'ai perdu son interwiew; en gros : il y aura quelques (grosses) turbulences sur les marchés actions, mais c'est ici que les individus pourront sauver leur "capital retraite" et nulle part ailleurs ...

Si vous avez compris ce que je viens de dire, c’est que je me suis mal exprimé comme disait l'autre ... Bon ! je connais le mépris de Charles vis à vis de ceux qui font des prévisions ... Dommage, car je pense que, si le jeu est complexe et plus souvent source d'erreur qu'autre chose, les cycles existent bel et bien, et que ceux-ci ne sont pas des cycles natuels, mais bien artificiels, écrits et réalisés par certains initiés très hauts perchés.


Si nous sommes sur une configuration de sommet, ce que je crois, comparons alors les trois bulles :

la bulle internet
rallye 2000

la bulle des subprime
rallye 2007

la bulle non encore dénommée 
223822722400

Pour info, la bougie 2272 correspond à la 2272ème bougie depuis le rebond de mars 2009. Dans la vraie vie, le plus haut de janvier 2018 est la bougie 2274.


Une fois le sommet passé, il faut bien le descendre ... comme en 2000 :
KRACHCYCLE2000

ou 2007
KRACHSUIVI2007 1

Pour l'affaire qui nous concerne, je pars personnellement sur une autre hypothèse qu'une réplique en TD de 2000 et 2007 (le rallye pré-krach est différent) mais sur une réplique gardant (exactement) la même strucure cyclique.... avec un premier bas soit le 9 octobre, soit le 30 octobre 2018.

Simple et humble avis (mais justifié).




 le Dow Jones nous envoie-t-il un signal, et sur quel horizon de temps ?

... peut-être un signal de baisse, genre retour sous les 10 000 points en 2021 ... qui sait ?

dj2021krach
Pour moi on est effectivement rentré dans un marché baissier sur le cac (pas encore sur les marchés US : double top possible fin juillet).

Sur la modélisation des vagues de baisse (très libre interprétation de ma part) :


vagues 55353

Appliqué à la bulle de 2000 :

vagues ktach 2000

Puis la bulle de 2007 :


vagues krach 2007


La plupart des sous-cycles dépendent de la longueur totale du cycle principal.
Je ne pense pas que la vague de baisse meurtrière arrive tout de suite, puisque j'envisage notamment un double top en juillet sur les indices US (avec un haut sur le cac ... le 24 juillet) et une baisse "modérée" (4% quand même !) la semaine prochaine ...

L'explication, ici
http://www.objectifeco.com/bourse/indices-boursiers/indices-reste-du-monde/la-bourse-ira-toujours-la-ou-on-l-attend-le-moins.html

























Je travaille pour ma part sur des signaux donnés par des cycles de marchés.
Mon système n'est pas fiable en termes d'orientation des marchés car je suis incapable par ce seul type d'indicateurs d'interpéter l'évolution des cours. Evidemment ... 

Et j'en conviens ...

Précisions sur le graphique suivant : 
la bougie 2272 est le 19/01/2018
le 23 janvier 2018 est (donc) la bougie 2274.
Graphique publié sur ce site le 16 mai 2017 http://www.objectifeco.com/bourse/indices-boursiers/indices-reste-du-monde/la-bourse-ira-toujours-la-ou-on-l-attend-le-moins.html?limit=40&start=40

Je sais par ailleurs qu'il existe une variable de 2 jours justifiée par des sous-cycles et composant des cycles majeurs. 

L'élément suivant, ainsi que le précédent graphique du DJ ( http://www.objectifeco.com/bourse/indices-boursiers/indices-usa/point-sur-les-marches-03-02-18.html   ) m'inquiètent ... quelque peu ...


dossier 4