Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Ludovic Matten

Ludovic Matten

Pourquoi écrire sur la location immobilière ?

Pour se faire plaisir, pour vous faire plaisir. Pour aider, partager, commenter. Nul ne connaît la vérité, mais en s’informant, on apprend et on évite les erreurs. Dans l’immobilier, plus qu’ailleurs, il faut tout faire pour minimiser les risques. Surtout en temps de crise.
 

      BOUTIQUE 
    LUDOVIC MATTEN


PDF-location-saisonniere 

Tout ce qu'il faut savoir pour se lancer sur cette niche rentable dans l'investissement locatif. Cliquez ici pour découvrir le sommaire complet

Acheter des immeubles, chercher des rentabilités énormes, la passion de Guillaume Malgouyres…

Audience de l'article : 2387 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
C’est toujours un plaisir de converser avec de vrais investisseurs, des gens qui vous tirent vers le haut en partageant avec vous leur expérience de l’immobilier. Guillaume Malgouyres est l’un d’eux. Malgré ses 26 ans, il a réalisé de nombreux investissements. Si vous aviez besoin d’une bonne dose de motivation pour vous lancer, suivez le guide…

Partons à la découverte d'un investisseur de 26 ans, Guillaume...

Partons à la découverte d’un investisseur de 26 ans, Guillaume…




Guillaume est ce que l’on pourrait appeler un « serial investisseur », un gars qui fonce (pas tête baissée, bien au contraire) et qui s’enrichit pendant que d’autres suivent ce que certains appellent la « rat race ». Il évoque ici son parcours, somptueux, qui me donne envie de faire « copier-coller ». Ah si la France possédait davantage d’investisseurs comme lui…

Guillaume est un amoureux de l’investissement en général et de l’immobilier en particulier. Il souhaitait partager son aventure immobilière avec le plus grand nombre. Bien lui en a pris, il est tombé sur LE blog de référence (bon, c’est peut-être pas vrai, mais ça soigne mon ego…)

« Je suis convaincu que les plus grosses rentabilités se trouvent à la campagne, indique-t-il de prime abord. Malgré le risque locatif dont parle tout le monde, il ne me semble pas si important (ça, je confirme…). Pour trouver des locataires, il suffit de proposer mieux que ce qui est disponible sur le marché… pour le même prix ». Réfléchissez à ça, c’est un point indispensable. Encore ce week-end, une dame m’a contacté pour louer mon appartement en février à la montagne. Elle était désolée d’apprendre que mon T4, loué « seulement » 1450 € la semaine, était réservé… Elle a dû se retourner sur un autre bien affiché à 1800 €.

Bref, continuons avec l’aventure de Guillaume, qui retrace les grands moments de sa carrière d’investisseur :

« En 2008, indique-t-il, mes parents m’ont acheté deux maisons, dans l’Aveyron, au prix, frais de notaire et travaux inclus, de 55 000 €. Ces deux maisons sont aujourd’hui louées 780 € par mois (soit une rentabilité de 17% brute). »

En avril 2013, accélération du rythme, retour chez les notaire pour l’achat d’un premier immeuble. « Un immeuble de 6 appartements T2 (dans le lot-et-Garonne), au prix de 150 000 € avec frais de notaire (pas de travaux). » Les chiffres ? Prêt : 100 000 € /15 ans ; mensualités : 725 €. Loyers : 1500 €. La rentabilité brute ? 12%.

La même année, en décembre 2013, Guillaume a acquis sa résidence principale à Bussy-Saint-Georges, en Seine-et-Marne. Son prix ? 170 000 € (frais de notaire inclus). « J’ai emprunté 110 000 € sur 15 ans, pour des mensualités de 780 €. » (Si on regarde bien, le cash-flow du premier immeuble paye quasiment les mensualités de la résidence principale… y a pire).

Quelques (petits) mois plus tard, Guillaume, en mai 2014, a acheté un deuxième immeuble. « De 4 appartements ainsi qu’un local commercial », précise-t-il. L’ensemble situé dans la Marne (le département, pas la rivière, hein…). Le prix de cette acquisition ?  « 75 000 € frais de notaire inclus, répond Guillaume, auxquels il convient d’ajouter 65 000 € de travaux, afin de créer du déficit foncier. » L’emprunt ? 117 000 € sur 12 ans. Les mensualités ? 980 € pour 1700 € de loyers. « Aujourd’hui, après trois mois de travaux, l’immeuble est entièrement remis en état et loué », confie-t-il.

Quelques photos de l’immeuble situé dans la Marne, avant et après travaux:

1598660_10152206056934483_1961104219_o

1898353_10152206058994483_1439472242_o

1900545_10152206057814483_913294979_o

1898353_10152206058994483_1439472242_o

Photo0050

Photo0060

Il aurait pu s’arrêter là, n’est-ce pas ? Mais non, en septembre 2014, ce conducteur de travaux dans le bâtiment a acheté un troisième immeuble, « quatre appartements en SCI familiale (40 % pour moi) dans l’Yonne, témoigne-t-il. Le coût ? 70 000 € (frais de notaire compris) + 35 000 € (travaux –> déficit foncier). Emprunt 100 000 € sur 15 ans. Les mensualités seront de 750 € pour des loyers estimés de 1 600 €. Les travaux vont tout juste débuter… »

 Quelques photos du projet dans l’Yonne :

10269110_10152400147189483_4960316336479781548_o

859914_10152400148154483_3422178936461325448_o

10264179_10152400148354483_8105391915601783285_o« Sur ce projet, il y a deux achats, explique Guillaume. Le bâtiment principal en pas trop mauvais état dans lequel je vais créer un t3 et un studio. Prix : 65 000 euros ;
travaux : 80 000 euros. » « Le terrain avec plusieurs bâtiments en ruines pour lequel je vais créer un t4 et 3 t2 plus la démolition des bâtiments gênants et l’aménagement du terrain au centre. Prix : 28 000 euros. Travaux : 150 000 euros ».



Bien évidemment, comme vous, je me suis posé des questions. Pas mal de questions. Comment parvient-il à investir autant, si jeune ? Ses parents étaient-ils riches, de gros investisseurs ? Pourquoi dans la Marne, dans l’Yonne, en Lot-et-Garonne ? Pourquoi se disperser ? Guillaume a éclairé ma lanterne : « Mes parents ont fait un peu d’investissement immobilier mais pas à grande échelle. Ils sont propriétaires de leur résidence principale ainsi que de deux maisons. Ils ne sont pas vraiment passionnés par l’immobilier… », indique d’abord Guillaume. Avant d’ajouter : « Je ne me suis pas fait offrir un immeuble mais deux maisons, pour un total de 55 000 €, c’était pour mes 20 ans (il a quand même de la chance le bougre…). Concernant l’apport, je suis très économe et grâce aux investissements qui dégagent pas mal de cash-flow, mon salaire actuel correspond à ce que je mets de côté tous les mois… » Là, ça devient franchement intéressant.

« Je ne regarde plus les immeubles en dessous de 14 % »

Ensuite, pourquoi dans des endroits « perdus » ? « L’Aveyron, je n’ai pas choisi, c’était un cadeau, confie-t-il. Le Lot-et-Garonne, c’est parce que j’habitais à côté de Bordeaux à l’époque. L’Yonne et la Marne c’est parce que j’habite en région parisienne à présent et c’est l’endroit le plus proche de Paris que j’ai trouvé avec une telle rentabilité. Je ne cherche pas dans une région en particulier, je ne regarde pratiquement que la rentabilité… » C’est-à-dire ? « Concernant les rentabilités, je ne regarde plus les immeubles en dessous de 14 %… Mon objectif est de tourner entre 16 et 20 %. Si je ne pense pas qu’il est possible de faire 16% de rentabilité, je ne me déplace pas pour visiter. La fiscalité sur des biens loués vides est très lourde, je suis donc obligé d’utiliser le levier du déficit foncier pour me créer un cash-flow largement positif. »

Avec des chiffres, on comprend vite mieux… « En 2015, je mettrai 62 000 € de côté environ que je réinvestirai surement dans des assurances vie. Mon salaire ne représente qu’environ 30 000 € nets avant impôts ». ça, c’est également intéressant. Cela prouve que sans de très gros moyens, on est capable de se bâtir un empire.

D’ailleurs, Guillaume ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « J’ai encore beaucoup de projets comme l’aménagement des combles de l’immeuble dans l’Yonne pour créer un T3 et T2, mais aussi de racheter les ruines derrière cet immeuble pour créer plusieurs nouveaux logements et des parkings. »

 Avec l’aide d’un artisan… qui gère quasiment tout

Après visite le week-end dernier du chantier, Guillaume a affiné sa réflexion : « Je vais reconstruire une partie à partir des ruines pour créer plusieurs logements. Une maison T4, et 3 T2. Ces travaux seront réalisés seulement si la location du premier immeuble ne pose pas de problème. Je resterai seulement Maître d’ouvrage sur ce dossier et je ne passerai qu’une fois par mois sur le chantier. » Qui va gérer les travaux ? « Un artisan qui m’a suivi pour un premier projet et qui me suit sur celui-là, répond-il. Sur ce dossier, il s’occupe de tout et sous-traite certains lots. Il restera sur place la semaine et rentrera chez lui le week-end. ».

Comment s’y prend-il pour dénicher des perles ? Pour la petite histoire, j’habite à une vingtaine de kilomètres de Villeneuve-l’Archevêque où Guillaume a investi. Eh bien, honnêtement, je n’aurais jamais imaginé acheter un immeuble là-bas… « J’ai des visites plusieurs fois par mois avec des agents immobiliers qui cherchent pour moi, souligne-t-il. J’ai même le projet de devenir éventuellement agent immobilier, ce qui me permettrait de trouver des affaires encore plus belles. » Son but ? « Arrêter de « travailler » à 40 ans et devenir rentier. Tous mes prêts actuels se termineront pour mes 40 ans. J’espère d’ici là générer plus de 7 000€ par mois après impôts… »

Recherches ayant permis de trouver cet article:

  • guillaume malgouyres
  • avis acheter immeuble de 10 appartement locatifs en milieu rural
  • temoignage immeuble de rapport conseil nombre de lot
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire bad dimanche, 04 janvier 2015 14:18 Posté par bad

    bonjour


    Je découvre votre blog, intéressant.


    Plusieurs remarques sur cet article et sur le profil de Guillaume :


    Pour réussir dans l'immobilier, il faut avoir de solides connaissances en batiment. L'idée est de créer du déficit foncier et pour cela, il faut faire des travaux qui faut savoir chiffrer soi-meme comme un grand. Pratique quand on est conduc de travaux.


    Finalement les connaissances en immo s'acquièrent sur le terrain, les notions de renta et deficit sont des principes de compta assez basiques à mon sens. Il faut malgré tout se cultiver avec des lectures adéquates (comme ce blog..)


    Enfin, il faut quand même se dire que "c'est plus facile" d'investir quand on s'est fait offrir 2 maisons, mises en loc (donc qui rapporte sans que ça coute, puisque c'est un cadeau) et sur lequel on peut appuyer ses emprunts pour les garanties...


    Je suis locataire et j'ai investi dans un premier bien. J'ai des revenus confortables et c'est juste ce qui m'a sauvé. Car le fait de ne pas être propriétaire de résidence principale est un réel frein pour les banques ou plutot pour le conseiller bancaire lambda, qui n'a aucun pouvoir. Pour avoir des vrais banquiers, qui s'y connaissent en investissement, il faut avoir beaucoup d'argent ou beaucoup de chance !


     


    En tout cas, très beau parcours que je rêve de suivre ;)


    Les renta sont juste folles! Pour info, si il rechigne les renta entre 10 et 13.9%, je suis preneur  :)