Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Georges Kaplan

Georges Kaplan

Georges Kaplan ne s’appelle – de toute évidence – pas vraiment Georges Kaplan puisque Georges Kaplan est un leurre. Né en 1975 dans une grande ville du sud de la France qui fût autrefois prospère grâce à son port, Georges Kaplan a principalement quatre centres d’intérêts dans la vie : sa famille, la musique, les bateaux (à voile) et l’économie. Ceux qui le connaissent considèrent Georges Kaplan comme un « libéral chimiquement pur » qui pense pour l’essentiel s’inscrire dans la tradition de la pensée libérale classique française et celle de l’école autrichienne d’économie. Il gagne honnêtement sa vie sur les marchés financiers et passe le temps en publiant des articles sur son blog http://ordrespontane.blogspot.com/

promospeciale

112,7% de taxes sur les dividendes en France, c'est possible !

Audience de l'article : 2875 lectures
Nombre de commentaires : 8 réactions
Prenons le cas d’un célibataire sans enfants avec un revenu de 100 000 par an. En principe, après l’abattement de 10% et application des différentes tranches, il devrait payer un IRPP de 23 571 euros ; soit un taux moyen de 23,6%.

Admettons que ce célibataire ait acheté pour 75 000 euros d’une obligation à 4%. Chaque année, il perçoit donc, en plus des revenus évoqués ci-dessus, 3 000 euros d’intérêts.

Selon le PLF 2013, avec ces intérêts, son IRPP augmente de 1 225 euros à 24 796 euros [1] auxquels viennent s’ajouter les 465 euros dus au titre des 15,5% de prélèvement sociaux ; au total, il paye donc 25 261 euros d’impôt.

Au total, ces intérêts sont donc frappés à hauteur de 1 690 euros (25 261 – 23 571) ; c'est-à-dire à 56,3%.

C’est ici que les choses cessent d’être fiscales pour devenir économiques.

Imaginons que l’inflation – qui est, je le rappelle, un impôt – soit stable à 2%. Le rendement réel de l’obligation de notre célibataire n’est donc pas de 4% mais de 2% ; autrement dit son gain réel n’est pas de 3 000 euros mais de 1 500 euros.

C'est-à-dire que pour un gain réel de 1 500 euros, il est taxé de 1 690 euros. Les revenus réels du patrimoine de notre célibataire sont donctaxés à hauteur de 112,7%.

Bien sûr, en cas de dérapage de l’inflation…

--- 
[1] Les 5,1% de CSG déductible sont pris en compte.
Poster un commentaire

8 commentaires

  • Lien vers le commentaire Yves jeudi, 22 novembre 2012 17:29 Posté par yves

    Et pour peu que ce celibataire soir aussi à l'ISF, sur ces 75000€ d'épargne placée en Oblig, il devra payer au moins 0,50% soit 375€. La France veut décourager les fourmis qui travaillent et épargnent depuis des années et félicitent les cigales. On est dans la continuité de Mitterand/Chirac/Sarkozy, juste en un peu plus stupide.

    Un conseil pour notre célibataire , l'achat de métaux et oeuvres d'art sur les sites appropriés. Le tout bien entendu inutile à notre économie mais présentant trois avantages : arreter de financer les deficits de la France (Obligs), arreter de payer des niveaux astronomiques d'impots, se destresser (car il y a encore le doute pour des années sur la possibilité de la France de rester en zone euro sans devaluer).

  • Lien vers le commentaire Henri Dumas jeudi, 22 novembre 2012 14:13 Posté par Henri Dumas

    Bonjour,
    Au délà d'un million, l'impôt est de 75%.
    Mais, comme le Conseil Constitutionnel a jugé que l'imposition sur 125% des revenus (si l'on est pas inscrit à l'une des agences d'espionnage des Services Fiscaux) est normale (!!!) l'imposition réelle est donc de 90%.
    Sauf à s'abonner aux emprunts, source de fragilité, l'entrepreneur ne peut pas s'autofinancer si son bénéfice lui est confisqué à 90%. Par ailleurs, s'il ne depasse jamais un million d'€ de bénéfice il ne sera pas un entrepreneur performant. Dans tous les cas il est baisé.
    Sauf à n'entreprendre qu'en ayant au préalable crée une société, c'est à dire en devenant personnellement irresponsable de son activité economique.
    Tout cela est économiquement débile.
    Cordialement. H. Dumas