Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

La dette

Audience de l'article : 1538 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Il se dit tant de choses au sujet de la dette en règle générale que j’ai éprouvé le besoin d’essayer de clarifier la chose dans mon esprit. Depuis cinq ans que j’ai le plaisir de partager mes réflexions avec vous, il me paraissait évident de le faire aussi cette fois. Merci de me pardonner si vous trouvez ma réflexion très ordinaire.

Quelle soit élitique ou populaire, privée ou publique, insignifiante ou colossale, la dette reste une dette. C’est-à-dire un lien qui relie deux entités, dont l’une doit quelque chose à l’autre.

Ce lien n’a que quatre façons d’être rompu :

– La disparition du créancier.

– La disparition du débiteur, sans succession dans la responsabilité.

– Le paiement de la dette.

– Un accord des deux parties pour l’annulation de la dette.

Trois de ces façons laissent le profit issu de la dette non compensé, donc indu, avec toutes les conséquences qui en découlent.

Le débiteur est évidemment en situation de dépendance par rapport au créancier. Situation qui peut devenir insupportable dans le cas où il s’avère être dans l’impossibilité de s’acquitter de sa dette.

Quelles que soient les sociétés, la constante est que le créancier est doté de moyens de coercition conséquents pour lui permettre de recouvrir sa créance, tant ce recouvrement est considéré comme irrévocable.

Imageons la situation suivante.

Amateur de belles voitures, vous décidez de louer un weekend une Ferrari. Le weekend terminé, vous ne pouvez pas vous résoudre à rendre cette voiture, à laquelle vous vous êtes attaché. Evidemment, son propriétaire n’envisage pas de vous la laisser, il considère que votre dette à son égard est de lui rendre la voiture à l’issue de la location.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

– Vous pouvez prétendre que la voiture vous a été volée pendant le weekend. Vous aurez à affronter la suspicion du loueur, de son assureur, probablement de la police. Graves ennuis à l’horizon.

– Vous pouvez simplement dire au loueur que vous gardez la voiture, point barre. Il va encaisser votre caution, mettre en route le compteur locatif et vous poursuivre en paiement du loyer qui court et en restitution de la voiture.

– Plus finement, vous pourrez peut-être démontrer qu’il a lui-même volé cette voiture, voire qu’elle ne lui appartient pas vraiment ou encore qu’il n’a pas la légitimité morale de la posséder. Cela ne vous en rendra pas propriétaire, mais le doute que vous allez créer sera peut-être suffisant pour que les procédures trainent en longueur, pendant ce temps vous profiterez de la Ferrari. Cependant, la dette restera, un jour ou l’autre vous serez dessaisi de la voiture, il vous restera en plus à régler les frais générés par la combine.

– Vous pouvez, mais avec très peu de chance de succès, rapporter au loueur une Renault Twingo en lieu et place de la Ferrari, et prétendre qu’il devra s’en contenter. Qu’après tout ce véhicule est largement suffisant pour rouler à 90 Km/h. Que vous gardez la Ferrari par esprit d’humanité, pour éviter que seuls certains privilégiés puissent en jouir, ce qui n’est moralement pas compatible avec la location automobile qui doit être impérativement accessible à tout le monde. Vous aurez des supporters. Pas le loueur bien sûr. Mais vous ne devrez plus sortir avec la Ferrari que la nuit, en espérant ne pas être vu, pour ne pas choquer vos supporters.

– Enfin, vous pouvez réunir vos amis et votre famille, leur promettre de leur prêter la Ferrari et les convaincre de venir avec vous faire pression sur le loueur pour qu’il accepte la Twingo en lieu et place de la Ferrari, lors de la restitution du véhicule loué.

– En dernier ressort, vous pouvez tenter de payer votre location, plus l’achat de la Ferrari au loueur, à l’aide d’une nouvelle monnaie, qui n’a d’usage qu’entre vous et vos proches et que vous fabriquez, pour rien, sur votre photocopieur personnel. Il est probable que le loueur s’opposera à cette solution.

– Dernière solution, vous pouvez avouer que cette location était une folie qui ne se reproduira plus. Que vous avez été très déçu. Que la Ferrari c’est de la merde. Que vous n’avez pas besoin de ça pour vive. Que si ce loueur n’en n’avait pas louée, vous ne seriez pas dans cette panade morale et économique. Que ce sont lui et Ferrari les deux seuls responsables de vos ennuis. Vous  lancez alors une pétition sur le net pour que les habitants de votre ville paient la location, et l’achat que vous convoitez, à votre place. Voire vous les y contraignez par une cotisation dont ils se sentiront redevables car elle sera dissimulée derrière une excuse collective, pour laquelle ils ne pourront pas se dérober.

Pas facile dans l’ensemble

C’est à cette situation que sont confrontés les Grecs demain et nous après-demain.

Quelle que soit la décision qu’ils vont prendre la dette est là et elle restera là. Il en sera de même pour nous.

Le différentiel, car il y en a un, c’est que, si ce sont bien eux qui ont profité de leur “Ferrari”, ce ne sont pas eux qui ont signé le bon de commande de la location. Pareillement pour nous.

La morale

Nul ne peut sortit intact d’une dette, sauf à la rembourser.

Ceux qui font des dettes payables par les autres sont la lie de l’humanité, quelles que soient les raisons qu’ils mettent en avant. Nos responsables politiques sont de ceux-là.

Le pire du pire

Ils fabriquent des dettes collectives, c’est très grave. Mais ils fabriquent aussi des dettes personnelles qui sont de véritables assassinats.

Ainsi, quand M. Sapin se vente d’avoir fait établir pour 20 milliards de redressements fiscaux, alors que nous savons formellement que 50% de ces redressements n’ont aucune réalité, que la justice est inopérante à les détecter, cela veut dire que dix milliards de dettes artificielles et personnelles sont mises sur le dos de centaines de milliers de français, qui vont en mourir : inacceptable.

Bien cordialement. H. Dumas
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Xavier lundi, 06 juillet 2015 09:43 Posté par Xav75

    ATTENTION !!!

    Ayant acheté la plupart des ebooks d'ERIC DAVID, je peux vous garantir que c'est une supercherie, ne tombez pas dans le panneau et ne succombez pas à l'une de ses pseudos promotions limitées dans le temps.

    Il avoue en plus ne pas utiliser les techniques qu'il vend !

    Stop à l'imposture Mr ERIC DAVID !!!

    Comment un site comme aussi sérieux qu'Objectif Eco peut encore se permettre de publier un imposteur pareil ???

    Ah bah oui c'est évident, il ramène du passage sur le site avec ses articles bidons...