Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

«Les Français ont des poils dans la main… !!! »

Audience de l'article : 1755 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Les Français ont «des poils dans la main», estime Longuet. Gérard Longuet…. Ha mon gégé, toujours le « maux » pour rire.

Il faut dire que gégé est fâché. Pour lui «tous les employeurs vous disent il y a des jeunes qui viennent pointer chez moi et qui me disent ‘Surtout ne me proposez rien, j’attends plusieurs mois avant de retravailler », a-t-il affirmé sur le plateau d’une émission de Public Sénat.

Je passe le fait que dire que les Français sont paresseux est, plus qu’une insulte un véritable mensonge. La productivité française est plutôt bonne et meilleure que celle des Américains. Les Français sont plus inventifs que beaucoup d’autres pays, et les 35 heures ont été largement absorbées car les gens en réalité travaillent plus pour les cadres et bénéficient juste de congés supplémentaires, et pour les non cadres bien souvent le temps de travail est annualisé.

Non seulement les Français ne sont pas paresseux, mais pour l’immense majorité le chômage est vécu comme un drame, un déclassement social.

Évidemment, il y en a qui exagèrent comme partout. Ainsi est l’être humain. D’ailleurs les abus sont courants dans le monde politique comme dans celui des patrons au hasard. Nous avons même quelques beaux exemples de lâcheté lors des attentats du 13 novembre. Il y a la lâcheté et le courage, les deux faces d’une même médaille, comme la paresse et le travail. Vous avez sans doute vu cette vidéo de quelques membres de la BAC qui sont à l’extérieur du Bataclan et qui essuient une rafale de Kalach. Ils détalent comme des lapins et ne reviennent pas. Il y en a qui restent et qui ne reculent pas. Contrairement à Gérard Longuet, je ne juge pas. Ainsi est l’homme et ses faiblesses et personne ne sait vraiment quel serait son comportement dans de tels cas.

En revanche il y a les donneurs de leçons et ces gens-là sont assez insupportables.

« En 1967, soupçonné en sa qualité de dirigeant du mouvement d’extrême droite Occident d’avoir été un des instigateurs d’une expédition violente contre des étudiants d’extrême gauche à l’université de Rouen (l’un de ces derniers étant laissé dans le coma après l’attaque), Gérard Longuet est inculpé et condamné le 12 juillet 1967 à 1 000 francs d’amende pour complicité de « violence et voies de fait avec armes et préméditation », en même temps que douze autres militants d’extrême droite, dont Alain Madelin, Alain Robert et Patrick Devedjian »…

Je vais être perfide mais il vaut mieux que les Français n’aient que des poils dans la main… et pas des fourches, car le Longuet n’attendrait pas longtemps avant de sentir des piqûres dans son postérieur de supérieur !

Cessons d’être stupide. Le chômeur est un agent économique comme les autres !

Bon ne soyez pas naïfs mes chers lecteurs, l’idée de « culpabiliser » les chômeurs n’est pas nouvelle. Il s’agit de dire que le chômeur est coupable et le patron forcément un saint.

L’idée c’est de forcer les gens à travailler. Pourquoi pas. Cela pourrait se discuter, mais la réalité c’est que le patronat français est bien infoutu de créer suffisamment de postes, il est même, depuis presque 10 ans, en train d’en détruire consciencieusement des centaines de milliers et d’encaisser les gains de productivité.

Non en fait l’idée ce n’est pas tant de forcer à travailler qu’au fond s’affranchir du coût du chômage et de la comptabilisation de ces mêmes chômeurs qui renvoient nos gentils mamamouchis chaque mois à leur échec de plus en plus patent.

Longuet, comme les autres, est bien incapable de faire baisser le chômage et d’ailleurs Longuet a presque 70 ans… cela fait quelques décennies et pour tout dire je trouve cela un peu longuet que l’on se traîne la même classe politique qui nous promet toujours de faire plus du même truc qui ne fonctionne pas.

Pour réduire drastiquement le chômage, je propose simplement que l’on arrête de faire les comptes, ou que l’on confie le calcul à la Préfecture de Police de Paris.

Enfin, le chômeur est un agent économique comme les autres. S’il gagne 1 300 euros au chômage, pourquoi aller travailler pour 800 euros ? Les patrons veulent que les gens travaillent, mais ne veulent pas rémunérer le travail.

Ils veulent que les salariés aient la même implication et la même motivation qu’eux-mêmes… mais c’est, par définition, impossible. Le créateur et le salarié n’ont pas la même implication, ni exactement les mêmes intérêts, ni les mêmes possibilités, bref, ils sont en tout point dissemblables.

D’ailleurs il faudrait dire à Longuet de changer de copains patrons, car c’est toujours les mêmes qui se plaignent de la qualité des gens, ou de la difficulté à trouver du monde… C’est toujours les mêmes. Pourtant, alors que c’est très difficile pour certains, de trouver des gens travailleurs, honnêtes, ponctuels, ou que sais-je encore, Mac Do sert des big-mac tous les jours en exploitant des équipiers quelques heures par semaine au prix le plus bas, avec une discipline de fer… et je suis servi tous les jours, toute l’année et il y a toujours du monde. Je propose donc de commencer par envoyer Longuet, qui manifestement ne connaît plus le monde et la vraie vie, faire un stage de 6 mois chez Mac Do. A son retour, il pourra se permettre de l’ouvrir et de nous parler de « nos poils dans nos mains ».

On n’a pas tout essayé contre le chômage !

« De manière globale, «nous avons trop d’inactifs, on commence trop tard, on arrête trop tôt, on ne fait pas assez d’heures par semaine, pas assez de semaines dans l’année», a encore expliqué le sénateur de la Meuse. «Nous n’avons pas tout essayé» pour essayer de faire baisser le chômage, a ajouté Gérard Longuet en évoquant «un coût du travail écrasé par les charges»…

Par où commencer la critique économique de telles inepties?

Oui, avec les luttes sociales, qui portaient jadis le nom de conquêtes sociales ou même de progrès social, nous avons gagner le droit de travailler pour vivre et pas de vivre uniquement pour travailler. Nous avons gagner des normes et des protections. Par exemple un patron n’a pas le droit de fouetter un salarié ou de le tuer à la tâche. On a même eu des vacances, les congés payés, ou encore un salaire minimum.

En nous faisant lutter sans frontière ni droit de douane avec des petits Chinois payés au lance pierre, corvéables à merci, sans droit de grève, et presque sans droit social, nous n’avons strictement aucune chance. Tout tenter pour lutter contre le chômage revient à dire que tout le monde doit être payé comme les Chinois. A ce prix-là alors nous serons « compétitifs ».

Si l’on baisse les charges, et il faudrait le faire sur le travail, cela veut dire que l’on doit taxer ailleurs, car globalement nous sommes plus en déficit qu’en excédent !!! On peut forcer les chômeurs, on peut transformer ce pays en dictature, on peut avoir un état d’urgence permanent, interdire les manifestations et considérer un alter-mondialiste ou encore un écolo comme des terroristes. Nous pouvons faire tout cela pour installer cette Europe Fédérale rêvée par nos eurotpathes, mais de tout cela les peuples ne veulent pas.

Ce sera soit imposé par la force, soit un échec total, dans tous les cas, nous marchons droit vers un immense bain de sang tant les violences faites aux peuples augmentent et que rien ne semble vouloir stopper les dérives d’un système décidé d’aller jusqu’au bout de sa logique, la logique d’une dictature, une dictature qui est le «totalitarisme marchand ».

En attendant mes chers amis, préparez-vous, il est déjà trop tard !

Charles SANNAT

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autours de l’approche PEL, patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

 


Source le Parisien ici
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire zoulou2 jeudi, 17 décembre 2015 09:28 Posté par zoulou2

    Je confirme, beaucoups de francais ont des poils dans les mains, d'ailleurs dans beaucoups d'administrations, on voit beaucoup de francais des DOM-TOM