Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Thibault Doidy de Kerguelen

Thibault Doidy de Kerguelen

Je suis président de la Compagnie Financière et Patrimoniale de Normandie. Vous pouvez me suivre sur mon site http://maviemonargent.info/

Peake oil, vous avez dit peake oil?

Audience de l'article : 1138 lectures
Les tenants de la théorie du pic pétrolier, pas plus que les tenants du pic charbonnier en leur temps ne sont en phase avec la réalité

Vous connaissez mon aversion pour ce qui touche à l’idéologie, c’est à dire à la capacité qu’ont certains à vouloir nous décrire un monde à travers le prisme de leurs certitudes, certitudes qu’ils ont le plus acquises sur des raisonnements intellectuels et théoriques totalement déconnectées de la réalité scientifique.  L’économie, dans sa courte histoire, n’a pas été épargnée par les idéologies et nous en subissons encore trop souvent les conséquences.

Si la dure réalité des choses s’impose petit à petit dans l’ensemble du monde, en grand partie grâce au majestueux plantage de l’idéologie communiste, du point de vue économique, il est des domaines qui sont la proie d’idéologies, comme le climat ou l’énergie (l’organisation sociétale aussi avec les « fous du genre », mais ce n’est pas l’objet de ce site…). Vous connaissez tous la théorie du « peak oil », c’est à dire ces « prévisionnistes » qui n’avaient pas prévu que de nouvelles sources d’exploitation pouvaient voir le jour et annonçaient l’épuisement éminent des ressources pétrolifères mondiales. Pas de chance, de l’histoire humaine on n’a jamais autant extrait de pétrole qu’aujourd’hui et les réserves ne cessent de se révéler. A tel point que le court du pétrole a plongé à 90$ (je sais, ce n’ai pas visible à la pompe, mais n’oubliez pas qu’en France plus de 80% de ce que vous payez en carburant sont des taxes…).

Alors, bonne ou mauvaise nouvelle, cette baisse du pétrole? Indiscutablement une bonne nouvelle pour les entreprises car cette baisse va forcément générer une baisse du coût de l’énergie qui va se répercuter sur les coût de production. Pas terrible pour ceux qui avaient tout misé sur la « transition énergétique ». Celle ci risque d’attendre encore un petit peu. C’est marrant, cela me rappelle les années 70, lorsque l’on a déjà raté l’occasion de mettre en place une vraie politique de production décentralisée d’énergie à cause d’une baisse soudaine du prix du pétrole. Bonne nouvelle pour un pays comme le notre, incapable de générer un flux d’exportation suffisant pour équilibrer ses importations. Une diminution du coût du pétrole va permettre de une dévalorisation des importations et donc une « amélioration », au moins faciale, des chiffres du commerce extérieur. Et puis, c’est une bonne nouvelle pour la France aussi parce que, ayant raté l’occasion de mettre en place l’exploitation de ses réserves de gaz de schiste, elle va pouvoir, comme de récents accords nous l’ont révélé, acheté celui des USA à un prix indépendant sans toucher à son sous sol et mettre en route leur exploitation lorsque les prix sur le marché international repartiront à la hausse. Un tantinet opportuniste, comme attitude, mais efficace, d’autant qu’on peut raisonnablement penser que nous n’aurons plus le même gouvernement alors….



Poster un commentaire