Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Thibault Doidy de Kerguelen

Thibault Doidy de Kerguelen

Je suis président de la Compagnie Financière et Patrimoniale de Normandie. Vous pouvez me suivre sur mon site http://maviemonargent.info/

Si même Rothschild perd de l’argent! Où allons nous, ma brave dame!

Audience de l'article : 1463 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
C'est Paris Orléans, société cotée regroupant l'ensemble des activités du groupe Rothschild, qui a annoncé aujourd'hui une perte nette de 13 millions d'euros au premier semestre.

Le résultat semestriel de Paris Orléans, la maison mère du groupe Rothschild a été pénalisé à la fois par des « charges fiscales exceptionnelles », à hauteur de 23 millions d’euros, et par un bond des charges correspondant aux « participations ne donnant pas le contrôle » (24 millions cette année contre 3 millions au premier semestre 2012), lié à la réorganisation du groupe.

Paris Orléans a également passé une dépréciation de 22 millions d’euros relative à sa participation dans Banque Privée Edmond de Rothschild, « reflétant une nouvelle baisse de sa valeur ».
Toujours sur le premier semestre, L’ensemble du groupe a dégagé un chiffre d’affaires en baisse de 2%, à 493 millions d’euros,.

  • Le  chiffre d’affaires de l’activité de capital investissement et de dette privée a reculé de 48%. Les actifs sous gestion s’élèvent à 3,1 milliards d’euros.
  • L’activité de conseil financier ne connait qu’une baisse limitée de 3% du chiffre d’affaires et ce, malgré un marché des fusions-acquisitions en berne.
  • L’activité de banque privée et de gestion d’actifs a progressé de 3%, les actifs sous gestion ayant pour leur part augmenté de 4%. Cette légère progression est due à la fois à l’appréciation des marchés et à une légère collecte nette.
Si les activités européennes de banque privée sont en croissance, « les pressions auxquelles ne cessent d’être soumises ces activités, émanant d’une régulation toujours croissante, plus particulièrement en Suisse, y compris celle relative au Programme avec le Département de Justice américain, persisteront en 2013/2014 », préfère prévenir le groupe dans son communiqué, ce qui n’augure rien de bon pour la fin de l’année.

Toujours dans le plus beau style langue de bois, le communiqué poursuit: « Dans un contexte économique difficile et fragile, où le volume des fusions-acquisitions ne devrait pas progresser à très court terme, nous orientons nos efforts sur l’amélioration de la rentabilité, la maîtrise des coûts et la mise en œuvre des synergies entre nos trois secteurs d’activité ». Autrement dit, il y a du serrage de ceinture chez les Rothschild!

Comme il faut toujours, c’est une règle en communication, finir sur une note positive et optimiste, les directeurs généraux Nigel Higgins et Olivier Pécoux, s’affirment: « confiants dans notre capacité à bénéficier d’une amélioration des conditions de marché, notamment sur le marché des fusions et acquisitions, lorsque celle-ci interviendra et de délivrer une performance durable ». Autrement dit, « après la pluie, le beau temps, même si on ne sait pas quand »…

On comprend mieux dans ces conditions que l’organe central du Parti Socialiste, « Libération », chroniquement déficitaire malgré les millions d’argent public qui lui sont annuellement versés, se soit vu éconduit quand, récemment, il est allé réclamé quelques investissements supplémentaires de la part de son actionnaire principal, le groupe Rothschild!!!
Poster un commentaire