Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

« France 2 les pieds dans le plat »

Audience de l'article : 1959 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
infos fr2
France 2 a été fidèle à son slogan lors du JT du 20/12/12 !


Mes chères contrariées, mes chers contrariens !


 
Tout d’abord je voulais vous souhaiter tous mes meilleurs vœux de santé et de bonheur pour cette nouvelle année 2013 qui s’ouvre. Nous ne devrions pas nous embêter cette année, et l’actualité économique sera sans doute très riche.


Tout s’est passé comme prévu


Bon, disons-le, l’année commence bien. Enfin pour la Bourse qui décide de monter de 2 % grâce à la bonne nouvelle du fiscal cliff. Les États-Unis ont évité de tomber de la falaise fiscale avec un accord de dernière minute qui augmente les impôts des ménages gagnant plus de 450 000 dollars !!

Ce qui m’inspire la remarque que la définition d’un « riche » entre la France (ou notre Président avait déclaré qu’un riche c’est quelqu’un qui gagne plus de 4 000 € par mois) et les États-Unis n’est pas vraiment la même. Mais ce n’est pas le plus important.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’en ce qui concerne les coupes budgétaires et le reste des sujets du fiscal cliff, ils sont renvoyés à une négociation ultérieure devant aboutir à un nouvel accord dans les deux mois qui viennent.

 
En réalité, encore une fois, rien n’est réglé. Le déficit US est toujours là. La dette américaine, qui grossit de jour en jour, est toujours là. Mais pour le moment et pour deux mois encore, l’argent gratuit coulera à flot, alors… le show peut continuer, les Bourses peuvent monter, les robots de trading peuvent « roboter » et tout va bien dans le meilleur des mondes. Fin de l’histoire et fin de la crise.

 
La France en fureur !

 
Le 20 décembre, France 2, notre chaîne nationale, diffuse dans son JT de 20 heures deux fictions. Deux scénarios économiques pour 2013. Le premier est le scénario rose, qui globalement n’a retenu l’attention de personne semble-t-il sans doute parce que personne n’y croit vraiment.

Puis vient le scénario noir. Celui d’une forme d’effondrement économique avec, à la fin de l’année 2013, l’explosion de l’euro sur fonds d’émeutes urbaines… surtout en Espagne (il ne faut pas nous dire tout de même que cela pourrait se passer en France).

C’est une grande première. L’hypothèse d’un scénario noir, évoqué au JT à l’heure de plus grande écoute, puisqu’il s’agit de la grand-messe cathodique. Normalement, tout va mieux que bien et le pire forcément derrière nous. En dehors du fait que le scénario noir présenté est parfaitement crédible et les enchaînements plutôt bien faits, ce qui est passionnant c’est la réaction des gens face à une réalité « fiction » présentée qui dérange le confort intellectuel et psychologique des masses. 

C’est du « vrai » journalisme que France 2 nous a offert. Sous forme de fiction, cela permet d’initier une réflexion et un débat autour de l’économie. C’est suffisamment rare pour être souligné et pour féliciter France Télévision de cette initiative courageuse. L’information, en tant que contrarien nous le savons bien, cela peut déranger. 

 
Un déni généralisé de la gravité de la situation

 
Or les réactions « populaires » sont unanimes et très, très négatives. Les insultes à caractère professionnel proférées à l’encontre de Monsieur Pujadas sont très nombreuses. Cela va de « rendez votre carte de presse » à « vous ne savez plus ce que c’est qu’informer » en passant par « vous êtes un incompétent ».


Mais quelle incompétence y a-t-il à évoquer des scénarios ? Quelle incompétence y a-t-il à vouloir faire « réfléchir » ?


Voici quelques commentaires représentatifs que j’ai sélectionnés pour vous


Monsieur X

« Nuls hier soir les 2 pseudos scenarii pour 2013.

Si les présentateurs ont voulu faire peur aux Français, c'est gagné !

Pourquoi avoir voulu faire ces clips dont l'un était trop pessimiste et l'autre trop optimiste, à quoi ont joué les concepteurs ?

Il aurait été plus raisonnable de rester dans "l'information" !

Le téléspectateur veut de l'information, pas du baratin dirigé, aucun journaliste ne sait plus travailler, sans faire transpirer ses opinions, et essayer de les faire partager.

INFORMATION, pas science-fiction ou commentaires tendancieux ! »


Pour Monsieur X, ce reportage « fait peur ». Il faut bien comprendre que personne, personne à part quelques rares « pessimistes » dont je revendique faire partie, n'accepte l’idée que nous ne sommes pas mieux que les Grecs ou les Espagnols et que ce qui leur arrive… va sans doute nous arriver aussi, même s’il y aura certainement quelques différences.


La « peur » qu’a suscitée ce scénario est l’un des reproches les plus nombreux faits à notre chaîne nationale. Nos concitoyens ne veulent pas avoir peur. Ils veulent pouvoir continuer tranquillement leur rêve d’État-providence éternel.


Ou encore le commentaire de Monsieur Y plutôt laconique.


« Le journal télévisé est sorti de son rôle c'est le moins que l'on puisse dire ! »

 
Aucune réflexion, aucun recul, juste un agencement fort d’être dérangé pendant son dîner sur ses certitudes de bien-être matériel éternel. 

Ou encore le commentaire de Monsieur Z, l’un de mes préférés. 

« David Pujadas et François Lenglet ne sont plus dans leur rôle de journalistes. Ils font de la politique fiction, et devraient être sanctionnés pour de tels débordements. Ils sont payés par A2 pour informer, pour renseigner, et non pour mettre la pagaille dans la tête de certains qui sont un peu faible d'esprit.... ».


Pour Monsieur Z, il faudrait carrément « sanctionner de tels débordements » car tenez-vous bien, cela « met la pagaille dans la tête de certains » qui pourraient commencer à comprendre ce qui pourrait se passer… et cela ne doit surtout pas arriver pour que le rêve général puisse se poursuivre.
 

Ce que l’on voit à travers ces commentaires, c’est que les gens ne veulent en réalité pas être informés. L’information, la vraie justement, ils ne veulent pas l’entendre. Les téléspectateurs et les citoyens eux-mêmes deviennent leurs propres autocenseurs. C’en est remarquable de bêtise et aussi de tristesse.


La rigueur sera forcément pour les autres


Pendant les fêtes, c’est bien sûr l’occasion de se retrouver en famille et entres amis. Ce fut bien sûr mon cas.

J’ai constaté une nouvelle fois le déni de la réalité, déni qui s’exprime qui plus est en fonction des « préoccupations » de la personne concernée. 


Aimant bien mettre une ambiance saine dans les dîners en ville au plus grand désarroi de mon épouse qui désespère de faire un jour de son époux un Homme « sortable » et « politiquement correct », je n’ai pas résisté à quelques provocations intellectuelles.
 
Première cible : une copine médecin, charmante et intelligente de surcroît. « Dis-moi copine, toi qui est docteur, tu sais qu’en Grèce et en Espagne on ne trouve plus de médicaments ou très difficilement car les laboratoires pharmaceutiques qui ne sont plus payés ou remboursés ne livrent tout simplement plus les pharmacies, quels sont les cinq médicaments les plus importants que tu stockerais au cas où… surtout pour les enfants ? »
 
Sa réponse : « Tu sais, il est impossible qu’il n’y ait plus de médicaments en France. Ils supprimeront les retraites, mais de quoi soigner on aura toujours ce qu’il faut… » Circulez, il n’y a rien à voir, et ne demandez pas à un médecin d’imaginer exercer la médecine sans pouvoir prescrire une liste à la Prévert de cachets modernes.

Deuxième cible : les retraités de la famille. « Alors ? Êtes-vous prêts à une baisse importante de vos pensions de retraites dans les mois qui viennent (ça c’est pour faire très peur) ? »

Leur réponse unanime ? « Impossible qu’ils baissent les retraites et les pensions (ce qui est le cas partout en Espagne, en Grèce on n’en parle même pas, et même au Royaume-Uni ou aux États-Unis) ! »

Pourquoi ?

Parce que nous, les retraités, nous représentons un poids électoral trop important !

Brillant raisonnement. « Oui mais les caisses sont vides, donc comment vont-ils payer vos retraites ? » « Ho, ils couperont dans les dépenses de la sécu et rembourserons moins les médicaments… On augmentera un peu les taxes et la CSG mais on continuera à payer les retraites. C’est impossible de ne plus les payer. »

 Impossible, sans doute comme en Grèce. Impossible, sans doute comme en Espagne, au Royaume-Uni ou aux États-Unis, où les séniors vivent au mieux très « petitement », et le plus souvent, travaillent à des âges surprenants pour des salaires de misère, ou doivent se contenter de bons d’aides alimentaires.

 
Le déni se poursuit

Alors cette nouvelle année s’ouvre sur des stations de ski qui ont fait le plein de touristes pour les fêtes. Les huîtres n’ont jamais été aussi cher (j’en sais quelque chose), les retraites ont été payées, les chômeurs ont été indemnisés, les médicaments ont été remboursés.

Le déni généralisé peut se poursuivre en ce début d’année. Je ne suis pas inquiet pour le début d’année, il y a de l’inertie dans l’économie et la Grèce a mis cinq années avant d’en arriver à sa situation actuelle.

Mais hélas, pour beaucoup, la deuxième partie de l’année 2013 sera certainement celle de la prise de conscience que la situation devient vraiment difficile pour tout le monde, et pas uniquement pour le voisin.

Le réveil sera douloureux pour la grande majorité des gens, c’est ce que nous montre ce reportage que France Télévision a eu le courage de diffuser… Et qui sait, si l’objectif n’était pas aussi, justement, de commencer à préparer la population française à un futur compliqué et à une austérité douloureuse, car il ne faut pas se leurrer, l’austérité heureuse cela n’existe pas.

Alors encore une fois, je vous présente tous mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année qu’à mon sens vous devrez consacrer avant tout à la protection de votre patrimoine et de votre famille pour vous permettre d’aborder au mieux la plus grande période d’incertitudes économiques que nous avons jamais eu à affronter depuis la Seconde Guerre mondiale.

Bon courage.

 
Au fait, ma femme, me dit qu’elle vous souhaite à tous une excellente année, qu’il ne faut pas trop m’écouter, que je suis un indécrottable pessimiste... si c’est ma femme qui le dit !!

 

Charles SANNAT
Directeur des Études Économiques Aucoffre.com

 
Poster un commentaire

1 Commentaire