Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Vincent Benard

Vincent Benard

Vincent Bénard est analyste à l'Institut Turgot (Paris) et, depuis mars 2008, directeur de l'Institut Hayek (Bruxelles). C'est un spécialiste du logement et  de la crise financière de 2007-2008 (subprimes). Grand défenseur du libéralisme économique, Vincent décortique tous les errements des Etats providence !

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
Loic Abadie - Le bouclier

Acheter un "condo" en Floride, une bonne idée ?

Audience de l'article : 6142 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 1 réaction
Votez pour cet article
(53 Votes) - Note : 3.98
Partagez cet article avec vos connaissances

 

 

En écoutant la radio ce matin, j'entendais une publicité pour une officine jusqu'ici inconnue vanter les mérites d'appartement (condo, "appartement en copropriété") en Floride, pour un prix soi disant Discount:

"Votre Condo 2 chambres, 2 salles de bain, dans un immeuble de Standing à Miami: seulement 159 000 Euros ! Il en valait encore 300 000 il y a trois ans !"

Près de 50% de décote, alléchant, non ? Cela ne pourrait pas tomber encore plus bas, tout de même ?

Et bien, à ce prix là, FUYEZ. L'association des agents immobiliers américains vient de publier son dernier relevé trimestriel d'évolution des prix. Le prix médian d'un Condo à Miami est tombé de 215 000$ en 2007 à... 82900$ (quatre vingt deux mille neuf cent - pas une faute de frappe) au troisième trimestre 2010. Moins 62% !

Naturellement, comme toute moyenne, ce chiffre recouvre des disparités, mais enfin, 159 000 Euros ( 214 000$) pour un 2 pièces/2salles de bain, sans standing particulier (sinon la publicité en aurait fait des tonnes), c'est a première vue exagéré.

Une telle chute s'explique assez simplement: en période de crise, ce sont les biens les moins désirables qui chutent en premier. Et croyez le ou non, malgré les discours pro-logement collectif des planificateurs urbains professionnels qui sévissent aussi aux USA, les américains préfèrent, de très loin, la maison individuelle, dont les prix médians n'ont chuté "que" de 365000 à 214 000$ (-42%), avec même un léger rebond depuis le premier trimestre 2010 ou les prix médians s'affichaient à à 193 000$.

Bref, si vous voulez acheter à Miami, mieux vaut aller voir sur place plutôt que passer par un intermédiaire, il y a sans doute des bonnes occasions à saisir. Mais avant de craquer pour un Condo, même au prix d'une BM série 7, évitez tout de même quelques pièges:

(1) Le taux de vacance dans l'immeuble: Tous ces ensembles ont généralement des charges de copropriété élevées: salle de sport, piscine, gardiens, etc... Si le nombre de logements vide est trop élevé, les charges sont réparties sur moins de propriétaires.

(2) Les taxes foncières sont en générale assez élevées aux USA, de 1 à 2% de la valeur du bien annuellement. Pas sûr que les communes fassent de gros efforts pour réévaluer les assiettes taxables à la baisse (source)... Il faut absolument vous faire communiquer ces taxes via un document officiel des impôts.

(3) Qualité de construction: de nombreux immeubles construits pendant les années bulle n'ont pas été épargnés par les malfaçons, en Floride comme ailleurs.

(4) Et surtout, vérifiez bien que la vente est assurée par un assureur-titre ("title insurer"), car la Floride est l'épicentre du scandale du ForeclosureGate dont Objectif Eco a été longtemps le seul à évoquer l'existence avant d'être rattrapée par la meute des suiveurs (synthèse, liste de mes articles sur le sujet). Cela veut dire que si le condo de vos rêves est revendu par une banque suite à une saisie, il n'est pas totalement certain qu'elle ait eu le droit de le faire, et déjà nombre d'anciens propriétaires expulsés commencent à vouloir contester des faillites antérieures. Il est peu probable qu'un grand nombre récupère leur maison, mais une assurance spécifique conclue avec un Title Insurer, qui vous couvrira contre la plupart des litiges postérieurs à la vente concernant la validité de votre titre de propriété, est absolument indispensable.

Plus d'explications sur le rôle des Title Insurers: Foreclosuregate épisode VI

Les grands assureurs titre, pour l'instant, ont stoppé les ventes de contrats sur les ventes consécutives à saisie effectuées par certains grands réseaux bancaires. Raison de plus pour se méfier.

---------
Selon le Biscayne Times, citant Tom Zalewski, ex agent immobilier aujourd'hui conseiller en achat de condos (et oui), fondateur du site "condo vultures" (vautours), tout un programme, Il n'est pas rare de voir des promoteurs dont les programmes ont coûté plus de 3200$/m2 à la construction devoir vendre à 200$/Sq.Ft (2150$/m2), voire moins. 
---------
Sur Condo Vultures justement, on apprend qu'un investisseur a racheté 32 appartements à 69 000$ pièce et 104m2 à West Palm Beach (Nord de la conurbation de Miami, 50km de la capitale de la Floride, au dessus de Delray Beach, Ft Lauderdale et Boca Raton), pour un total de $2,2 millions. Un prix moyen de 670$/m2 ! Mais ne vous précipitez pas: D'après Zalewski, de tels deals sont de plus en plus rares. Des investisseurs se sont fait une spécialité de racheter en masse ("bulk puchase") à des prix massacrés des ensembles dont le taux de vacance pouvait dépasser 50% avant leur arrivée.

 

 

---------

Bonne chasse !
---------

 

 

 

 

 

Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Charles DEREEPER mercredi, 17 novembre 2010 04:18 Posté par Charles DEREEPER

    Ben mon Vincent, tu vois que tu peux nous faire des bons petits papiers opérationnels. Nickel celui ci. Je suis en contact avec ces officines. A Orlando, 20% de la ville est désertée. Il y a des grosses routes où seuls quelques voitures par jour transitent. Surtout, les promoteurs déstockent sur la Floride, mais NE SONT PAS EN FAILLITE, pas encore... c'est une énorme raison d'attendre. D'un autre côté, plus la crise augmente au moment des pics et plus le dollar se renforce contre un euro. Donc, il faut calculer son coût entre économie de change au moment où ca va à peu près et pertes sur change, mais chute des prix immobiliers...

    Charles