Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Laurent Conte

Laurent Conte

Je m'intéresse à tout ce qui a trait à l'immobilier et l'économie. J'ai une prédilection pour les prix immobiliers, la tendance dans le neuf et l'ancien, les indicateurs de marché, les avantages fiscaux, que ce soit pour la France, mais en Europe et dans le reste du monde. J'espère vous faire partager ma passion à travers des news originales qu'on ne lit pas ailleurs dans les circuits traditionnels des grosses machines à informer.

Mon blog est : http://www.immobilier-finance-gestion.com/

promospeciale

Immobilier : soldes -30% à -40% en vue !

Audience de l'article : 1817 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel. La hausse des prix de l’immobilier a duré tellement longtemps que l'on a oublié, sinon nié, le caractère cyclique de ce marché. Il faut se souvenir que, entre 1990 et 1997, les prix de l'immobilier ont reculé partout en France - de 39 à 49% -, y compris à Paris. Les indices séculaires des prix immobiliers établis par plusieurs économistes permettent d'éclairer ces variations à long terme du marché immobilier.

Le désormais célèbre Jacques Friggit estime que le prix de l'immobilier a atteint en 2010 un niveau historiquement anormal, supérieur de 70 % à sa tendance historique par rapport au revenu par ménage. Il devrait à terme rejoindre cette tendance : un scénario rapide consisterait en une baisse des prix (en euros courants) de 35 % en cinq à huit ans ; un scénario lent – moins probable mais qu'on ne saurait écarter – consisterait en des prix (en euros courants) qui resteraient constants pendant quinze à vingt ans.

Lire la suite et souce : agoravox.fr
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Vekol samedi, 13 septembre 2014 06:59 Posté par Martin.Vekol

    bonjour


    Les prix immo ont déjà baissé (et ça va continuer), tout le monde peut le constater.


    Personnellement, au regard du contexte "croissance nulle, inflation inexistante"... tant que les taux immo seront bas, il n'y a aucune raison de voir une chute brutale des prix, par contre les prix baisseront graduellement d'année en année... pour se caler à la "solvabilité moyenne des ménages".


    Ceci étant, chaque cas est particulier. Un bien de qualité (sa situation, qualité des matériaux et des équipements) se vendra mieux qu'un autre évidemment.


    100 m2 peut être vendu plus cher qu'un 130m2 à cause des ces éléments, beaucoup l'oublient...


    amha