Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
William Finck

William Finck

Je m'intéresse à l'économie, la finance, la santé et... les impôts !

J'ai vécu 6 mois en Colombie, expérience que j'ai relaté sur un site : www.capcolombie.com

William-Finck

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Comment j'ai failli me faire plumer de 725 € en Irlande ? Les leçons que j'en ai tiré

Audience de l'article : 1985 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Aujourd’hui, c’est un édito plus personnel. Il y a 2 mois de cela, j’étais encore en Irlande. Pour les quelques mois de séjour j’avais loué une chambre dans une grande maison sur plusieurs étages. Jusqu’ici tout va bien. C’est quand je suis parti que les choses se sont corsées. Je vivais en collocation, j’avais versé un deposit de 725 euros. Le propriétaire ne voulait pas me rembourser sur le champ la dite somme.

Je lui laissais donc mon RIB pour qu’il me paie ultérieurement. Les nombreuses relances par mail et par téléphone se révélèrent infructueuses. A chaque fois, le propriétaire disait qu’il allait me rembourser prochainement mais rien ne se passait.


Et puis, il y a une semaine, j’en ai eu marre et j’ai pris la situation en main. Voici l’email que j’ai envoyé à ce cher monsieur.


Hi,

You don't pay the deposit. All people of the house know this. I called my ex tenants. I move to Dublin to talk with tem. I make a complaint to the irish authorities.

I am journalist. I want to do a report about this problem. You will be famous.

Don't worry !


Le propriétaire me répondit immédiatement, visiblement très énervé.


Hello William.

Are you threatening me? I shall report this to the authorities. Threats aren't a nice way to behave.

When you come to Dublin call me. I'd like you to threaten me in front of my face and in front of the police.

Thank you

John


Je lui fis comprendre que la seule chose que je voulais c’était mon argent. C’est à ce moment qu’il essaie d’embrayer et noyer le poisson.


William.

You have threatened me and I now want you follow through with your threat. I will fight you legally if necessary. I will forward you your signed contract that you have with me and I will be seeking it to be paid in full.

Make sure when you threaten me you are standing on firm ground.

Threats aren't nice.

Kind regards

Il rajoute que le contrat signé m’engageait jusqu’en février 2017.

- Je lui rétorque à sa décharge que les contrats sont standards. Les locataires peuvent partir quand ils le souhaitent à condition qu’ils trouvent un nouveau locataire, ce que j’avais fait. Comme point d’orgue, je cite le troisième alinéa du contrat, « Deposit of 725 € to be paid in advance and to be returned within 1 week of vacating house ».


Acculé, il revient sur mes propos, n’appréciant pas l’idée d’être célèbre un jour. Il affirme qu’il est prêt à débattre en cours de justice avec moi.

- Je tranche alors sèchement, c’est soit il me paye, soit je porte plainte aux autorités avec petit reportage à la clef.

Il renchérit expressément en avouant qu’il avait toujours été un type honnête. Et c’est la raison pourquoi il allait finalement me payer.

72 heures après, les 725 euros apparaissaient sur mon compte. L’affaire était close. Avec le temps, je me rends compte de quelle manière ce propriétaire voulait me flouer. Les tactiques consistent à faire patienter au maximum le locataire, puis d’essayer de l’intimider. Sauf qu’avec moi, cela ne marche pas. Il est tombé sur un os.

Néanmoins, si je n’avais pas fait des pieds et des mains pour récupérer cet argent, j’attendrai encore la somme à l’heure actuelle, celle où nous parlons.

Moralité, il faut être persévérant et déterminé si l’on désire avoir quelque chose. Malheureusement, c’est souvent insuffisant. Et c’est désolant de voir, qu’il n'y a que la menace qui fonctionne dans ce monde pour pouvoir arriver à ses fins.

William Finck
william-15-indicateurs
Poster un commentaire