Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
William Finck

William Finck

Je m'intéresse à l'économie, la finance, la santé et... les impôts !

J'ai vécu 6 mois en Colombie, expérience que j'ai relaté sur un site : www.capcolombie.com

William-Finck

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
cryptopassion

Où s'expatrier ? Voici le résultat d'une étude réalisée auprès de 22 000 expatriés dans 198 pays du monde qui pourrait vous aider à choisir !

Audience de l'article : 3301 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
La banque HSBC vient de sortir son étude « expat explorer survey 2015 ».  C’est la 8e année qu’elle réalise cette enquête qui est basée sur les informations recueillies auprès de 22 000 expatriés dans 198 pays.

survey

Qu’est ce que l’on apprend de cette étude ?


La Suisse offre à ses expatriés les revenus les plus aisés. Pour améliorer leur niveau de vie, les candidats optent pour le Mexique, la République Tchèque, le Qatar ou encore le Vietnam.

Quand on pense à l’expatriation, on mise généralement sur  comment  booster son confort et la qualité de vie ! Or, la réalité est souvent bien différente.

Les multinationales ou les entreprises qui embauchent des étrangers sont moins généreuses qu’auparavant ! Il y a plus de frais pour les expatriés aujourd’hui. Par conséquent, les budgets sont plus serrés et les choix d’une destination idéale sont moins larges.

Les allers et retours avec la France, le logement, le coût de la vie, l’éducation et les frais de scolarité des enfants sont des éléments à ne pas négliger et à inclure dans son budget, peu d’entreprises prenant en charge ces postes de dépenses.


Quelles conséquences ?


Très peu de destinations permettent désormais de mener grand train. Selon l’étude Expat Explorer, la France, par exemple, se situe dans les dernières places du classement. Paris n’est pas un bon plan, loin derrière la République Tchèque et la Suisse qui sont, en Europe, les deux destinations qui permettent d’atteindre un niveau de vie supérieur au pays d’origine. En termes de revenus, Genève, Zurich et Lausanne offrent des salaires moyens annuels de 181.000 dollars soit 80.000 dollars de plus que la moyenne mondiale.


Quel pays pour faire croitre ses actifs et doper son pouvoir d’achat ?


L’attractivité financière des pays a été évaluée à travers t différents indicateurs : la progression des revenus effectivement disponibles, la capacité à épargner davantage et la possibilité d’augmenter son patrimoine immobilier. En tenant compte de l’ensemble de ces critères, le Vietnam, le Qatar, la République Tchèque et le Mexique sont les destinations les plus propices.


Le Moyen-Orient, une zone attractive !


Le Qatar, Oman, l’Arabie Saoudite et le Bahreïn sont des pays offrant de belles perspectives pour les expatriés. Au Qatar, 59% d’entre eux estiment que leur niveau de vie a progressé depuis leur installation, avec un revenu annuel supérieur à 200 000 dollars (contre en moyenne 104 000 dollars dans le monde). 31% des expatriés ont même acquis une résidence supplémentaire. Dans cette région du monde, les jeunes expatriés (moins de 35 ans) réussissent à développer énormément leurs revenus, 68% d’entre eux reçoivent également une prime de logement de la part de leur employeur.


Et l’Asie ?


C’est selon l’enquête,  le Vietnam qui vole la vedette à la Chine, 67% des expatriés ont vu leurs revenus progresser de manière conséquente.

A Hong Kong, le budget, le coût de la vie et les frais du package total de l’expatriation a explosé, malgré tout, 67% des sondés estiment avoir été capable d’épargner pas mal. Pour les jeunes expatriés, l’Asie est  synonyme  d’un coût de la vie abordable, et la majorité des jeunes couples installés notamment en Indonésie et en Inde stipulent catégoriquement que les frais de logement sont moindres que dans leur pays d’origine


Pour finir, un petit mot sur le continent américain


Là, c’est le Mexique qui occupe la première marche du podium. 21% des expatriés déclarent y avoir acquis une résidence secondaire et 36% confient s’être offerts beaucoup d’extras qu’ils ne se seraient pas permis en restant dans leur pays respectif...

Aux Etats-Unis et au Canada aussi, près de 50% des candidats épargnent davantage depuis leur installation. Pour les jeunes en âge d’accéder à la propriété, le Canada représente l’une des meilleures destinations : plus de 25% expatriés ont pu investir dans un bien immobilier facilement.

William Finck
Poster un commentaire